Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une bonne et heureuse année 2010.

     

    Carte 1 V.jpg

     

     

  • Les dragons nous ramènent.

    Ramene.jpg

     

     

     

     

     

     

    Bientôt la fin d'année, et réveillon oblige, l'éternelle question : je bois ou je conduis ?

    Comme à leur habitude, les Dragons sont donc de sortie demain soir encore, comme à l'accoutumée, depuis maintenant plus de 7 ans, pas uniquement à l'occasion de la Saint Sylvestre, mais régulièrement les vendredis et samedis de 20H à 5H, une action en faveur de la prévention et de la sécurité routière lancée officiellement le 3 octobre 2003.

    Début 2003, Catherine Grojean, Guy Fournier et Thierry Chaix décident d'initier une action où le club rouennais de hockey pourrait participer à sa façon à la vie de la cité : tout simplement redonner à tous les supporters et à tous les rouennais, la formidable énergie et le soutien inébranlable dont les Dragons bénéficient depuis près de 30 ans;

    Guy fournier lance l'idée d'adapter une ingénieuse action québécoise « Les Nez Rouges » : un service de raccompagnement des automobilistes ne se sentant pas en état de conduire.

    Où trouve t'on un dragon ? 90 bénévoles seront présents dès le 31 au soir à l'Hôtel de Ville, et avec eux une vingtaine de véhicules.

    Un dragon, ça se contacte comment ? Après avoir fixé un rendez-vous avec un dragon au 02.35.15.12.07, ce dernier part avec un coéquipier vous rejoindre à la date et heure prévue, et surtout sur le lieu où vous vous trouvez (non non, on ne vous demande pas de venir jusqu'à l'Hôtel de Ville !)

    Un dragon me ramène, mais comment ça marche ? Arrivé sur place, le premier dragon prend le volant d'une voiture de l'association,
    et le second repart avec vous dans votre voiture ! Et vous voilà raccompagné chez vous !

    Un coup de chapeau donc à tous ces bénévoles, et surtout

    on n'oublie pas d'inscrire le numéro dans son téléphone portable : 02 35 15 12 07;

    Ce serait quand même bête de commencer l'année autrement qu'en bonne santé !

     

    Plus d'infos sur Le site des Dragons.

  • Hausse du prix des parcmètres : même Tf1 en parle.

     

     

    Dans les rues de Rouen, les places de parking sont chères par leur rareté. A partir du 1er janvier, elles seront chères tout court. 1,20 € l'heure de stationnement à l'horodateur, contre 0,70 € aujourd'hui, et la fin de la gratuité entre 13 h et 14 h. Là c'est Paris Normandie qui s'en faisait l'écho.

    "Un cadeau de Noêl" fait par Valérie Fourneyron et son équipe aux rouennais, qui devront donc mettre un peu plus la main au portefeuille s'ils veulent stationner en ville, un handicap supplémentaire pour les commerçants du centre ville qui devront faire avec, dans un contexte économique morose.

    Quand on parle pouvoir d'achat...la municipalité défend d'abord le sien.

    Nous l'avions dénoncé, la presse locale s'était d'ailleurs aussi fait l'écho du mécontentement des rouennais.

    Aujourd'hui, preuve que la méthode interpelle, ce n'est pas moins que le 13H de TF1 qui s'en fait l'écho.

    Quand le Maire de Rouen souhaite faire parler de Rouen, c'est sûr qu'avec des sujets comme ça on est verni !

     

  • Un joyeux Noêl.

    boules-noel.jpg

     

    Catherine Morin-Desailly, Edith Calonne, Laurence de Kergal, Anne-Sophie Deschamps, Alain Mbongo, Nicolas Zuili et toute l'équipe de RouenPerspectives vous souhaitent un joyeux Noel, pour vous-même et pour tous ceux qui vous sont proches.

  • Départementalisation des Caisses d'allocations Familiales : oui mais en maintenant un service de proximité.

    images.jpegRépondant à un double souci de cohésion et d'efficacité, la convention d'objectifs et de gestion 2005-2008 engage la branche Famille de la Sécurité Sociale dans la voie d'une évolution de son réseau.

    Si l'actuel découpage du réseau des Caf n'est pas remis en cause, il convient en revanche qu'il soit mieux adapté aux réalités politiques et économiques. Le principe d'une Caf par département fait l'objet d'exception dans quatorze départements ( Aisne, Ardèche, Doubs, Finistère, Hérault, Isère, Loire, Maine et Loire, Nord, Pas de Calis, Oise, Pyrénées Atlantiques, Rhône et Seine Maritime.)

    Sans méconnaître les particularités locales, le moment est venu, pour la Cnaf, de repenser son réseau infra départemental pour une meilleure adéquation aux besoins des allocataires et des partenaires, et d'aboutir à une fusion des organismes infra départementaux pour créer une seule caisse départementale. Cela a d'ailleurs été fait au niveau d'autres organismes telles les Urssafs , et la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de Rouen s'apprête à fusionner avec celles d'Elbeuf et de Dieppe.

    Quatre facteurs conduisent à cette réorganisation : les nouvelles fonctions et compétences des Caf, les évolutions des techniques de traitement de l'information, une demande de simplification émanant tant des allocataires que des partenaires des CAF et l'évolution des réseaux (Quelle est la taille critique d'une Caf ? Comment optimiser et augmenter la qualité du travail des CAF ?). L'objectif de la départementalisation des Caisses est, par ailleurs, de parler d'une seule et même voix aux partenaires départementaux, d'offrir un service de qualité identique aux allocataires d'un même département, tout en tenant compte des singularités locales. Cette démarche doit aboutir en 2011.

    La Seine-Maritime est l'un des quatorze départements ayant plusieurs caisses sur son territoire (Elbeuf sur Seine, Dieppe, Le Havre et Rouen). Les concertations et dialogues préparatoires avec les administrateurs, les personnels et leurs représentants ainsi qu'avec les partenaires de la Caf et les élus doivent se faire en amont des décisions. Ils se sont exprimés.

    A ce jour, Rouen et le Havre sont candidates, suite aux votes des différents conseils d'administration des Caf de Seine Maritime. Conserver deux caisses,une au Havre et une à Rouen, aurait un sens ne serait-ce que pour des raisons démographiques : avec plus d'un million deux cent mille habitants répartis sur 745 communes, la Seine-Maritime fait partie des dix départements les plus peuplés de France.

    Pour notre part, si un seul siège devait toutefois être retenu pour notre département, il semblerait logique que celui-ci soit à Rouen, qui regroupe le plus grand nombre d'allocataires, sans pour autant sacrifier un réseau départemental propre à maintenir un service de proximité.

     

     

  • Le pouvoir d'un bulletin de vote.

    535-20091126184841_w350.jpgLes électeurs hauts-normands ont jusqu'au 31 décembre prochain pour faire la démarche ou signaler un éventuel changement d'adresse auprès de la mairie de leur logement, en vue des élections régionales en mars 2010. Il est conseillé de s'y prendre dès maintenant pour éviter l'affluence de fin décembre.

    Les élections régionales ont pour objet d'élire les conseillers régionaux qui siègent à l'assemblée délibérante de la région, le conseil régional. Ils sont au nombre de 55 : 39 pour la Seine-Maritime, 16 pour l'Eure. Le Conseil Régional est, notamment, compétent pour promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région et l'aménagement du territoire. 

    Les conseillers régionaux sont élus au suffrage universel direct. Outre l'affiche d'information, on trouve dans les mairies et autres lieux de l'administration des documents récapitulant les raisons et les démarches à entreprendre pour s'inscrire sur les listes électorales.

    Pour pouvoir voter en mars prochain, il faut se rendre à la mairie de son logement où une pièce d'identité en cours de validité ainsi qu'un document prouvant sa domiciliation seront demandés.

    La démarche peut s'effectuer par courrier avec le formulaire téléchargeable sur le site Internet du ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, www.interieur.gouv.fr.

    Les prochaines élections régionales auront lieu les 14 et 21 mars 2010.

    Alors si vous aussi vous avez envie que ça change en Haute-Normandie : votez !

  • Ils font bouger Rouen.

    Image-1.png

    Yves Asseline est vice-président des Foires, salons et congrès de France (FSCF) et président du groupement des gestionnaires de parcs des expositions. Né à Réville dans la Manche -dont il est l'un des élus aujourd'hui - il fait ses études à l' ESC Rouen promo de sortie 1972, puis un MBA au Stanford University, l'une des plus prestigieuses universités américaines.

    Défenseur des médias en général et du salon en particulier, il a débuté dans la publicité au sein de l'agence aujourd'hui disparue Feldman Calleux et Associés, absorbée dans les années quatre-vingt-dix par RSCG.

    Pour des raisons personnelles, il se fixe à Rouen, en Seine-maritime. En 1975, il devient responsable du parc des expositions de la ville. Il améliore le site, participe à la création du Zénith, développe le nombre de manifestations. Mais la Haute-Normandie est une petite région de deux départements qui souffre de la proximité avec Paris, à seulement une heure de route. D'où la difficulté d'organiser des salons professionnels.

    Ainsi, par an, ce sont près de 500 000 personnes qui fréquentent le Parc des Expositions de Rouen dont les activités sont en croissance constante.

    Sous la houlette de son Directeur, le COMET ( Comité d'Organisation des Manifestations Economiques et Touristiques ) est ainsi devenu le premier organisateur de manifestations économiques du quart Nord Ouest de la France. Il exerce 3 métiers :

    • Organisateur de manifestations économiques ( plus de 30 foires et salons par an).
    • Gestionnaire du Parc des Expositions de l'Agglomération de Rouen qui reçoit plus de 50 manifestations chaque année.
    • Réalisateur d'évènements à la demande de collectivités, d'entreprises, de groupements professionnels, il met en scène des salons, des forums, des congrès, des conventions... le meilleur exemple étant celui de l'Armada, avec le rassemblement des plus grands trois-mâts du monde qui a lieu tous les quatre ou cinq ans depuis 1989. Très actif pour le Marité, c'est lui qui mettra en place l'association des amis du Marité.

    Au cœur de la vie économique régionale, le COMET fait appel à près de 500 fournisseurs et assure plusieurs centaines d'emplois permanents ou temporaires. Au fil des ans, l'éventail des manifestations, grand public et professionnelles, salons, foires, congrès, séminaires organisées ou accueillies par le COMET, s'est élargi. Aujourd'hui, l'ensemble des évènements gérés par le COMET représentent, sur une année, quelques 230 jours d'occupation du Parc des Expositions de L'Agglo de Rouen, 4800 exposants.

    Aujourd'hui, Yves Asseline prend une retraite bien méritée, et c'est collectivement que nous tenons à le remercier de son engagement au service de Rouen et des rouennais.