08/07/2010

Rouen, Ville solidaire... à priori pas pour tout le monde.

RM.jpgRouen Ville Solidaire, à l'écoute des Rouennais : le slogan, décliné à qui veut bien l'entendre dans le compte administratif présenté au dernier Conseil Municipal se veut fort et représentatif de la vision socialiste de la gestion des affaires sociales menée par le Maire de Rouen et son équipe depuis 2008.

Et pourtant, dans la délibération soutenue par l'Adjoint en charge des personnes agées, présentée au dernier conseil, démonstration fut faîte là encore,  que la situation très fragile des personnes âgées n'était pas vraiment la préoccupation première de l'équipe municipale en place.

(Cliquez pour agrandir)

Une situation critique dénoncée par Laurence de Kergal qui n'accepte pas que l'on dise fièrement que "maintenant la Ville de Rouen organise 5 à 7 manifestations par an" quand on oublie de dire que l'on a supprimé -dès mars 2008- les 5 goûters animation qui étaient auparavant proposés gratuitement et qui rencontraient un véritable succès !

Et de dénoncer également, la participation financière de 8 à 12 euros par personne demandée aux personnes âgées et qui ne représente rien sur le budget de la Ville (à peine 2000 euros !!), quand leur situation financière n'est pas enviable. Dans les logements foyers gérés par le CCAS, 42 % des résidents sont au seuil de pauvreté (910 euros par mois) et 18% sont au minimum vieillesse, soit 677 euros par mois. Imposer ces tarifs n'aura pour effet que de les maintenir dans leur logement en foyer.

Interpellée par de nombreux résidents, Laurence de Kergal a également dénoncé la référence abusive par le Maire de Rouen et son équipe à la mise en place du service "petit bricolage". Présenté en Conseil Municipal, nous l'avions voté en en soulignant l'aspect novateur du service rendu.

Mais quelle n'a pas été notre surprise d'apprendre que tous les Rouennais n'étaient pas logés à la même enseigne ! En effet, les résidents des logements-foyers dont nous venons de rappeler les revenus, sont elles tenues de payer le temps de main-d'oeuvre passé dans leur appartement, alors même que d'autres, plus fortunés, ne règle pas l'intervention !!!

Signalée au Conseil d'Administration du CCAS au mois d'avril.dernier... la demande n'a toujours pas été prise en compte....

Dans son intervention, notre collègue interrogera également le Maire de Rouen sur le service de transport des personnes âgées qui n'ont plus de car à leur disposition pour participer à leurs activités ... et sur l'état des jardins des logements-foyers, laissés à l'abandon, un problème récurent qui n'est toujours pas réglé malgré nos multiples interventions. Une situation que reconnaîtra d'ailleurs l'Adjoint en charge des Espaces Verts, Guillaume Grima, qui se dira "honteux de voir les jardins dans cet état".

Alors Rouen Ville Solidaire ? A priori pas pour ceux qui en ont le plus besoin. Non décidément, tout n'est pas rose au pays des socialistes rouennais !

 

 

Écrire un commentaire