Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rouen teste le bus du futur accessible aux personnes handicapées.

       A l'heure où la CREA s'apprête à dépenser près de 60 millions d'euros pour la rénovation du réseau métrobus, des ingénieurs tentent d’améliorer l’accès aux transports des personnes handicapées. Aujourd’hui, une personne en chaise roulante peut difficilement monter dans un bus sans l’aide d’une tierce personne.

    Pour faciliter l’accès à bord, les ingénieurs d’Irisbus Iveco ont mis en place un système équipé de détecteurs qui mesurent la hauteur du trottoir. Une fois le trottoir détecté, le bus ajuste son propre niveau pour que le passager puisse monter.

    Il suffit d’appuyer sur un bouton et un système pneumatique déclenche l’ouverture d’une planche sous les portes du bus. Pour l’ingénieur Philippe Rey, le dispositif est sans danger pour les passagers : « L’avantage de cette technologie, c’est principalement un accès facilité pour les personnes à mobilité réduite avec beaucoup moins de risques d’accidents et donc davantage de personnes qui peuvent prendre les transports en commun. Aujourd’hui nous avons un démonstrateur dans ce véhicule avec un premier produit qui fonctionne. L’industrialisation peut être très rapide. Dans un an on sera capable de mettre ce produit en circulation ».

    Ce prototype, testé à Rouen, s’inscrit dans le cadre d’un vaste projet de recherche européen visant à améliorer l’attractivité et l’image du bus. A l’avenir les personnes en chaise roulante pourront prendre le bus par leurs propres moyens. Même les passagers portant des bagages lourds pourront profiter de ce système.

    Un test qui s'il devient réalité, devrait simplifier les transports en commun pour beaucoup de nos concitoyens.



    sources euronews

  • Cantonales 2011 : Rouen 4.

    3367843797.pngA Rouen, quatre cantons tenus par le Parti Socialiste sont renouvelables aux élections des 20 et 27 mars prochains.

    J'ai décidé de ne pas me présenter dans le quatrième canton, comme cela avait été annoncé.

    Face à la menace d'un Front National présent sur tous les cantons, et qui a réalisé sur ceux-ci un score de plus de 20% lors des dernières élections Régionales de 2010, je tiens à ce que le deuxième tour des élections cantonales puisse opposer, projet contre projet, le Centre ou la droite républicaine, à la majorité socialiste sortante.

    La présence de deux candidats, centriste et UMP, dans un environnement politique défavorable, est à même de priver les électeurs d'un débat de deuxième tour, par l'absence de l'un et de l'autre, au risque alors de n'avoir le choix qu'entre les candidats du Parti Socialiste et des Verts, qui régleraient ici leurs différents municipaux, voire même du Front National.

    Dès le mois de novembre dernier, une proposition a été faîte aux responsables rouennais de l'UMP : je me désistais en faveur d'Edgar Menguy, et en contrepartie, Salah Benbia laissait Laurence de Kergal partir seule dans le 6ème canton. Ces discussions n'ont pu aboutir, l'UMP rouennaise souhaitant "se compter" pour savoir qui conduira une future liste aux municipales...en 2014 !

    Dans cette histoire, l'UMP se trompe d'élections, et prend les rouennais en otages, en faisant passer l'intérêt partisan avant l'intérêt collectif.

    Aussi, en prenant aujourd'hui cette décision, j'en appelle également à la raison, et demande à Salah Benbia de prendre ses responsabilités face aux rouennais et au groupe d'Opposition Alternance 76 au Conseil Général de Seine-Maritime, en offrant également la possibilité d'un deuxième tour dans le sixième canton.

    Pour autant, l'union est nécessaire pour la reconquête aux prochaines élections municipales en 2014.

    D'ici quelques semaines, nous organiserons, à l'échelle de Rouen, des assises de l'Opposition. L'idée est de rassembler l'ensemble des personnes qui ne se reconnaissent pas dans la politique menée par la majorité socialiste-communiste-vert conduite par Valérie Fourneyron.

    Il s'agit, comme en 1996 avec la constitution du G8 regroupant les principaux opposants à la politique d'Yvon Robert, de construire collectivement une alternative pour 2014 pour Rouen et les Rouennais par un projet, comme cela avait été rendu possible en 2001.

    Fort d'un soutien de membres issus du Centre, de l'UMP et de la société civile qui souhaitent cette union, le groupe Centre, Démocrates et Indépendants entend y prendre toute sa responsabilité et participer à sa mise en oeuvre, sans se tromper d'adversaires.

     

    Nicolas Zuili.

     

     

     

  • Les dragons nous ramènent... la coupe de France !

    news_4d441a3c65fab.pngAujourd'hui, les Dragons affrontaient les Ducs d'Angers à Paris-Bercy pour la finale de la Coupe de France de Hockey.

    Au terme d'un match à suspens, de prolongations et de tirs au but, Les Dragons s'imposent  sur le score de 5-4 (t.a.b) !

    Félicitation à tous les joueurs d'Angers et de Rouen pour ce très beau match, ainsi qu'au Staff qui les accompagne.

    Prochaine étape pour le RHE : La ligue Magnus !

  • La solidarité, priorité affichée en 2011.

    solidarite.jpgLa solidarité, c'est la priorité du mandat affichée lors du budget 2011.

    Une volonté, que nous partageons, n'en déplaise à certains de gauche n'ayant pas le "monopole du coeur", quand ils tentent d'excuser leurs aberrations de vote,  à vouloir faire croire au citoyen camarade qu'il peut dormir tranquille, et que la "gentille gauche" est heureusement là pour contrer "les méchants de droite".

    Pour autant, force est de constater, que sur certains aspects, les réalités quotidiennes de la majorité municipale ne sont pas à la hauteur des ambitions affichées, comme le pointe également du doigt le groupe des élus Europe Ecologie les Verts, par la voix de Cyril Moreau pour qui « Les marges de manœuvre dégagées ne sont pas assez employées dans le secteur social, alors que nous allons entrer dans une période de crise ».

    Quelques exemples :

    -Si la création d'une nouvelle résidence pour personnes agées, rue Maladrerie est un excellent projet, on  regrettera que ce soient 76 logements qui seront proposés alors même que les résidences Galliéni et Ruissel offraient à elles deux 131 logements. L’étude sur le devenir des logements foyers de la Ville de Rouen, étude commandée dès 2006 à un cabinet spécialisé, avait pointé du doigt l’état de certains résidences qui n’était plus adaptées et qui auraient coûté très cher à rénover, pourtant au final, ce sont 55 logements qui manqueront, et autant de personnes agées qui pourront être en manque de lieu pour les accueillir.

    -Que penser de demandes renforcées en accueil de la petite enfance et de l'effort qui sera porté sur l’année 2011 quand on se souvient de la volonté affichée de voir la Ville s’occuper seule des crèches  et pour cela abandonner la quinzaine de berceaux dévolus aux Rouennais dans l’enceinte de la crèche du CHU et l’abandon de la crèche école Dolto pourtant sur les rails . Étonnamment aujourd’hui, on nous annonce la création de 60 nouveaux berceaux avec un partenaire privé, la MATMUT, sur la rive gauche….

    -La Chaloupe, accueil de jour pour les sans domicile fixe connaissant des problèmes de santé, est depuis le mois de septembre fermée le samedi midi !

    -L’Escale, autre accueil de jour, sur le quartier ouest, est-elle aussi en sursis … mais pour combien de temps encore ?

    -La Pause, restaurant social de la rive gauche, qui sert environ 70 repas par jour, a vu son effectif en personnel diminuer puisque la structure est passée de 3 équivalent temps pleins à  0,5 ETP …

    -La Résidence sociale du Hameau des Brouettes est devenue Pension de Famille … ce qui permet au Département de se dégager entièrement financièrement !

    -la disparition du service d’accompagnement des personnes handicapées au sein de la Résidence Saint Filleul, est elle effective, et la presse s’en est fait d'ailleurs l'écho à plusieurs reprises ! Les handicapés devront donc se loger ailleurs.

    -Le Centre Social du Châtelet a été mis en liquidation, les subventions aux comités de quartiers ont subit de sévères coupes sombres....

    Au final, une politique municipale qui touche les Rouennais les plus fragiles et ce qu'a voulu dénoncer notre collègue Laurence de Kergal lors du dernier conseil municipal.

     

  • Train train quotidien....

    un-train-sillonnant-la-vallee-ag.jpgMercredi 26 janvier - 7H26- Gare de Rouen.

    Alors que sur le quai les passagers du train Rouen Dieppe entendent au haut-parleur la fermeture des portes du train qui n'est toujours pas en gare, dans le Rouen- Paris, les passagers s'entassent dans des voitures, plus petites que d'habitude.

    Alors chacun essaie de se trouver une place, assise pour les plus chanceux, par terre pour certains et debout pour les autres, ou quand le train prend des accents de bétaillère. C'est alors que là aussi, peut-être habituée aux retards traditionnels sur la ligne, une voix s'excuse auprès des passagers, du retard pris, quand pour une fois...le train est à l'heure.

    Quelques instants plus tard, se rendant alors peut-être compte de l'erreur, ou sur les remontrances d'un passager peut-être important, la voix bafouille, et énumère dans un long plaidoyer, les différentes raisons du dysfonctionnement, en s'excusant pour la compagnie, à chaque fin de phrase.

    A l'arrivée à Saint Lazare, mais à l'heure cette fois-ci, les passagers s'engouffrent vers les sorties de métro pour aller rejoindre leur travail, blasés par une énième mésaventure d'une ligne qui n'arrête pas de défrayer la chronique. Certains pourtant, ayant trouvé comme compagnon de galère, le Maire de Rouen présente elle aussi ce jour là, s'attarderont à manifester leur mécontement.

    Pour autant, il paraîtrait que notre ligne régionale ne se porte pas si mal qu'elle ne nécessiterait pas d'être prise en considération.

     

  • Les bonnes et les mauvaises réserves parlementaires.

    gabrielle_estree_a3.jpgChaque année, la loi de Finances prévoit une ligne de subventions, appelée "réserve parlementaire", destinée à financer des projets d’investissement dans les communes, comme la construction d'une salle de sport, la réfection d'une église ou des travaux de voirie... ou à accompagner des associations dans la réalisation d'un projet.

    Dans le cadre de la vente du château des Deux Lions à Canteleu, propriété de la famille Elie-Lefebvre, la Ville de Rouen s'est proposé d’acquérir, pour 7.000 €, une statue XVIIème représentant Henri IV, en Hercule, recouvert du lion de Némée. 

    Elle n’est ni datée ni signée mais sa présence à Rouen est attestée par Farin qui la cite dans son Histoire de ROUEN, en 1668. Elle était érigée sur la fontaine située devant le château du Vieux Palais (la place Henri IV actuelle).

    En 1780, devant l’état de « caducité » de cette statue, le Maire de ROUEN décida, par délibération, de la remplacer par une nouvelle statue dont la réalisation fut confiée au sculpteur Jadouille (disparue au moment de la Révolution), aux frais de M. Elie-Lefebvre. Cet échevin de Rouen obtint alors de la Ville qu’elle lui remette l’ancienne statue « en considération de ce qu’il se proposait de contribuer à la mémoire d’un roi chéri en la faisant restaurer ».

    Finalement, la restauration eut lieu au XIXème siècle à Canteleu, dans le parc du château des Deux Lions, où la statue fut installée et se trouve toujours.

    Cette statue devrait retrouver la place du même nom. Elle sera acquise pour 7 000 € et pour moitié grâce à la réserve parlementaire de Valérie Fourneyron. Un geste que nous tenons à saluer puisqu'il conforte le petit patrimoine de la Ville, tout en regrettant qu'un geste similaire de notre collègue Catherine Morin-Desailly proposant d'utiliser sa réserve parlementaire afin de participer au financement du voyage d'échanges culturels des musiciens de l'Opéra à Cuba ait été refusée par le président de Région, Alain Le Vern.

    Deux poids deux mesures, qui obéiraient à une raison objective, nous a répondu Valérie Fourneyron.

    Oui le caractère d'Alain Le Vern, et son respect de ses contradicteurs, et des femmes en particulier.

  • Les personnes agées, des citoyens à part entière. Oui, mais les autres ?

    bonpoint.jpg"Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune."

    Et pourtant...

    A en lire la vingt-cinquième page du budget 2011 présenté par Valérie Fourneyron et son équipe municipale, alliant, faut-il le rappeler, Parti Socialiste, Parti Communiste et Verts, l'article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen de 1789 se trouve interpellé quand on aborde le sujet des personnes agées.

    « poursuivre la volonté municipale de reconnaître leur statut de citoyen à part entière, en leur offrant notamment à l’occasion des fêtes de fin d’année, un colis festif.»

    A en croire ce qui est écrit par ceux qui ne se privent jamais pour donner aux autres des leçons de morale, la citoyenneté serait donc soumise à une reconnaissance matérielle de la part de la collectivité, suivant le principe du "bon point" que beaucoup ont connu lors de leur passage à l'école maternelle. A part entière donc et donc à croire qu'il pourrait y avoir aussi des quarts ou des moitiés, voire, pas de citoyens du tout.

    Au delà de la bourde d'un document que l'on ne relit pas, ou le mélange des genres à pratiquer par trop un certain clientélisme, plus light qu'un "karcher", le message pour les autres peut s'avérer lourd de conséquences, et plus spécifiquement pour des jeunes des quartiers qui se sentent exclus, et qui n’ont droit eux, à aucun cadeau..