Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2012

2007-2012 : deux maires, deux candidats, et toujours une photo à l'Hôtel de Ville.

12548648.jpegAlst_27CIAE3T63.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2007 : au lendemain du deuxième tour de l'élection présidentielle, le Maire, Pierre Albertini, soutien de François Bayrou, accueille le candidat Sarkozy à l'Hôtel de Ville. Photo, puis meeting au Zénith.Certains disent qu'il sera Garde des Sceaux.

Beaucoup insistent, socialistes en tête sur le fait que si le Maire peut afficher un soutien, la maison commune n'a pas à en servir de lieu, au nom du respect de tous les citoyens. Nous en étions.

2012 : Valérie Fourneyron, fervente partisane de Martine Aubry lors des primaires, accueille aujourd'hui le candidat Hollande dans ce même Hôtel de Ville dont elle est Maire. Photo, puis meeting au Zénith. Certains disent qu'elle sera secrétaire d'Etat aux Sports.

Et là, personne ne semble y trouver à redire....Cherchez l'erreur.

15:53 Publié dans Politique, Rouen | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |

Commentaires

Au moins, elle n'a pas changé de poulain au gré des sondages, dans mes souvenirs, c'était surtout ça qui avait choqué.

Écrit par : Gudule | 15/02/2012

Répondre à ce commentaire

Gudule, et le revirement de la Aubry Girl qui ne rencontre pas le candidat à la primaire mais qui déroule le tapis rouge pour le candidat président, on n'appelle pas ça de l'opportunisme ?

Écrit par : françois | 15/02/2012

Répondre à ce commentaire

Peu m'importe. Je disais juste qu'à l'époque, c'était le côté girouette qui avait marqué plus que la réception d'un candidat. Le reste, je le laisse à vos cours de récré ;-)

Écrit par : Gudule | 15/02/2012

Répondre à ce commentaire

mauvaise mémoire Gudule, on était après le premier tour, et là y avait plus que deux choix. Il en a fait un pas joyeux c'est certain, c'était son droit. mais s'il n'y avait pas de probleme pour le zénith, la mairie c'était autre chose, cela sous entendait qu'au travers du maire, c'etait les rouennais qui accueillaient le candidat qu'il avait choisi

Écrit par : françois | 15/02/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire