12/04/2012

Conservatoire : enfin la CREA finance !

3639462672_09b61e9e34.jpg6 ans !

C’est le temps qu’il aura fallu pour que les oppositions, à l’Agglo comme à la ville depuis 2008, soient enfin entendues.

Six ans que nous réclamons la participation de la CAR puis de la CREA au financement du Conservatoire à Rayonnement Régional. Contrairement à d’autres agglomérations de taille comparable qui ont pris depuis longtemps la compétence culturelle et inscrit l’enseignement artistique comme priorité, la CREA, elle, est toujours restée à l’écart dans ce domaine, se contentant d’intervenir ponctuellement, selon le bon vouloir des élus socialistes.

Rappelons qu’aujourd’hui, le budget du Conservatoire à Rayonnement Régional de Rouen est d’environ 4,2 millions d’euros, financé à plus de 80% par la ville de Rouen. En 2010, le Maire de Rouen adresse un courrier aux maires de l’agglomération afin de leur demander le versement d’une participation financière d’environ 3.300 euros par élève de la commune inscrit au conservatoire. Pourquoi Valérie Fourneyron, alors vice-présidente de la CREA en charge des finances n’a-t-elle pas plaidé en faveur d’une implication du président de la CREA dans ce dossier ? Question qui là encore reste sans réponse !

Dès 2006, notre collègue Catherine Morin-Desailly, alors conseillère communautaire avait tenu à défendre, à défaut de la compétence communautaire, une participation financière de la part de l’agglomération pour le Conservatoire de Rouen et celui de Grand-Couronne justifiée par une fréquentation supra communale, à l’instar de ce que fait par exemple la communauté urbaine de Lille pour ses 3 conservatoires (Lille, Roubaix et Tourcoing), où un fonds de concours, assorti d’une convention, est versé permettant ainsi d’harmoniser les tarifs d’inscription des élèves.

Depuis vendredi dernier, une première étape est franchie puisque le conseil municipal de Rouen a voté une délibération qui va dans ce sens.

Seule ombre au tableau, l'entêtement du Président de la Région Haute-Normandie qui refuse d’appliquer la loi de 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, qui confie à chaque niveau de collectivités un rôle dans l’organisation des enseignements artistiques. Aujourd’hui notre région est dans l’illégalité la plus totale. Pour autant, Alain Le Vern serait bien inspiré de prendre exemple sur les régions Poitou-Charentes et Nord-Pas-de-Calais qui, elles, ont mis en œuvre la réforme avec succès et sans surcoût pour la collectivité.

00:00 Publié dans Culture, Finances, nicolas zuili, Rouen, Rouen Agglo | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |

Commentaires

j'envoie sur sur mon blog ca vu que c'est franchement un site web beau

Écrit par : assurance auto | 29/08/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire