Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2012

Divergences.

ps-kindarena-AA042012-pf.jpgFaut-il y voir un énième épisode du malaise engendré par le contrat de naming passé entre la CREA et la société Ferrero dans la gestion du Palais des Sports ?

""Je comprends les raisons de Ferrero d'insister sur ce dossier par rapport au naming mais les intérêts du SPOR et de cette société ne sont pas les mêmes. Le mélange des genres c'est la pire des choses... Le conseil d'administration s'adapte bien aux circonstances, on est parti sur une philosophie basée sur le commerce du Palais des Sports..."

Après nos interrogations, comme celles portées par nos collègues communistes et verts, à voir confisquer un équipement public, et au delà sa voirie avoisinante, c'est aujourd'hui Jean Prouin, conseiller municpal délégué au commerce dans l'équipe de Valérie Fourneyron qui s'exprime dans les les colonnes de Paris-Normandie, explicitant les différentes raisons l'ayant mené à démissionner de la Présidence du SPO Rouen.

Et d'enfoncer le clou : disposant de la deuxième masse salariale de Pro B de basket, il dénonce l'absence de décision face aux résultats calamiteux du club. "Je peux difficilement accepter certaines intrusions dans le fonctionnement du club". "...Et parlant de la décision du Conseil d'Administration du club de continuer avec l'actuel entraîneur il précise : Je pense que c'est Ferrero... Le revirement s'est produit en mars. Il y a a eu de petit arrangements."

Une omniprésence qui décidément jette le trouble et où on se demande jusqu'où elle ira dans le mélange des genres. Ceux qui dénonçaient hier "le bradage du service public aux puissances de l'argent" au niveau national sont aujourd'hui aux commandes.

Passés sous les projecteurs de l'actualité nationale, pas sûr que les petites libertés prises ici continueront à demeurer très longtemps "rouenno-rouennaises"...

 

photo extraite du blog du Major.

23:55 Publié dans nicolas zuili, Politique, Rouen, Rouen Agglo, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |

Commentaires

Dommage que ce ne soit pas un fabriquant de chiottes qui ait eu le dessus, plutôt qu'un confiseur" industriel, au moins on saurait pourquoi on est dans la m... On aurait pu renommer les rues autour des Docks: rue du merdier, rue de la grande chasse, rue des crottes (de chocolat?), rue du vidoir, rue de l'urinoir, rue des papiers, rue du crottoire et j'en passe.
Le fric est un outil qui doit rester avec son possesseur à sa place: l'outil n'est pas l'artisan. Son omniprésence déshumanise et nous tue.
Quant à Ferrero je commence à en avoir une indigestion...Ha rue du vomissoir peut être aussi.

Et que penser du fait que ce stade n'aura même pas les dimensions utiles pour une patinoire.

Écrit par : Valnapo | 14/05/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire