13/06/2012

Quel député pour Rouen le 17 juin prochain ?

Sans titre.jpgDepuis dimanche 20 heures, il ne reste plus que deux candidats au Palais Bourbon pour représenter la première circonscription de Seine-Maritime :

Valérie Fourneyron, députée sortante, suppléée par Pierre Léautey, et Cyrille Grenot qui fait ici équipe avec Jean-François Bures.

Chacun analysera suivant sa sensibilité les scores des candidats, le jugeant formidable ou pouvant mieux faire, se satisfaisant d'une candidature d'union face à la candidate socialiste, ou trouvant à y redire, jugeant que deux candidatures séparées, centriste et UMP, auraient permis de ratisser plus large, sans être certain pour autant au vu des nouvelles règles électorales, de placer un candidat au deuxième tour.

Il n'empêche, alors que Valérie Fourneyron, Ministre en exercice et candidate malgré le non-cumul que souhaîte le Président de la République est donnée gagnante de ce troisième tour de l'élection présidentielle, elle se trouve mise en ballottage par un Cyrille Grenot et un Jean-François Bures bénéficiant d'une nettement moins bonne notoriété, quand d'autres candidats socialistes sont élus dès le premier tour, ou frôlent les 50%.

Alors qu'on les donnait pulvérisés d'avance face au rouleau compresseur socialiste, Cyrille Grenot et Jean François Bures se paient même le luxe d'être devant l'attelage composé par Valérie Fourneyron et Pierre Léautey à Mont Saint Aignan, celui là même qui maire de la commune, est désigné à siéger à l'Assemblée Nationale, par démission anticipée de celle qui sollicite le mandat. Preuve s'il en faut que les Mont-Saint-Aignanais n'y trouvent pas leur compte, et qu'au delà de l'étiquette politique, le Maire choisi par eux en 2008 ne remplit pas le contrat pour lequel il a été élu.

Le 17 juin prochain nous aurons donc à faire le choix d'un élu disponible, amené à voter des lois, mais aussi à faire entendre la voix d'un territoire pour et par lequel il a été élu, et non pas d'un candidat perpétuel, parfois plus axé sur un plan de carrière que sur le plein exercice d'un mandat qu'on lui aura confié.

Un appel à ceux qui ont voté pour un autre candidat au premier tour, ou qui ne se sont pas déplacés dimanche dernier : l'heure est à un choix, celui de la proximité, de la disponibilité, et d'une certaine idée de la démocratie, qui veut qu'à l'échelle d'un territoire, toutes les voix puissent se faire entendre et être représentées.

A force d'être hégémonique, le Parti Socialiste en Seine-Maritime en est devenu sclérosé, pratiquant la consanguinité dans la répartition et la gestion de ses élus et des mandats qu'il détient. S'il prétend défendre la voix du peuple, et agir pour la diversité, il n'en réserve pourtant l'exercice qu'au seul profit d'un petit nombre de membres choisis par lui sur le volet.

A l'heure où le Président de la République annonce vouloir moraliser la vie politique et instituer le mandat unique, son incapacité à gérer les conséquences d'un malheureux tweet dans la campagne électorale de la première circonscription de Charente Maritime engage mal sur ses chances de réussite face à une nomenklatura qui tient à garder ses privilèges.

Le changement c'est maintenant ? Alors raison de plus de voter Cyrille Grenot et Jean François Bures le 17 juin prochain.

20:05 Publié dans élections, nicolas zuili, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |

Commentaires

Si Pierre Léautey avait réussi l'exploit d'être élu à Mont Saint Aignan fief longtemps inexpugnable de la droite , c'est simplement parce que Françoise Guégot maire d'alors (et n'y voyez aucun jeu de mots) avait tout aussi simplement fait l'unanimité contre elle... Je m'étonne donc de votre étonnement à voir les mont saint aignannais retourner au bercail.
Ceci dit, Madame Guégot a réussi quant à elle à faire déborder le mécontentement de ses administrés au-dela des frontières du plateau Nord et à l'étendre aux limites de la 2ème circonscription... à l'heure où j'écris ces lignes le silence est d'or , merci donc Nicolas de bien vouloir publier ce post après les résultats du scrutin, mais il y à fort à parier que d'ici là nous aurons changé de député, sur la seconde!

Écrit par : Matthieu Amelot | 16/06/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire