23/06/2012

Demain à la Créa, c'est présidentielle.

logo_123 crea_7159.jpgConvoqués hier, les conseillers communautaires se rendront demain matin au Conseil d’agglomération, à l’ordre du jour : l’élection du nouveau président de l’Agglomération, faisant suite à la démission de Laurent Fabius nommé au gouvernement, et des 43 vice-présidents. Sans grande surprise, Frédéric Sanchez devrait être élu à la tête de la CREA.

Faut-il y voir s'y confirmer le peu de rôle que peut jouer la Ville de Rouen, l’élection du président de la CREA se fera avant même que Valérie Fourneyron ait démissionné de son poste de Maire, après le passage du Tour de France, et qu'un nouveau Maire ait été désigné par le conseil municipal  prévu le 6 juillet prochain. Ce timing confirme l’idée que quoi qu’il arrive, il est hors de question pour les socialistes que, contrairement à ce qu'il se passe dans une majorité d’agglomérations, le président de la CREA puisse être le maire de la ville centre.

A l’instar de nos collègues appartenant au  groupe « Union Démocratique du Grand Rouen », et de Catherine Morin-Desailly, sénatrice de Seine-Maritime, nous aurions pourtant trouvé légitime d'attendre au moins l'élection du nouveau Maire de Rouen, et que celui-ci ait pu candidater comme représentant de la ville la plus peuplée de l'agglomération, concentrant sur son territoire, le quart de sa population.

Non, une fois de plus les Rouennais continueront à être les dindons de la farce : leur Président d'Agglo sera toujours quevillais, leur député sera Mont-Saint-Aignanais quand à l'affiche on leur présente une candidate rouennaise. C'est dire l'importance qu'on leur accorde, une fois l'élection passée.

Oubliée une meilleure dynamique des projets d’agglomération, la ville de Rouen portant de par ses charges de centralité la majeure partie des équipements, des grandes infrastructures et sièges d’entreprises. Oubliée la possibilité d'une meilleure efficacité dans bien des domaines où semble-t-il peu de liens existent entre les services de la ville et ceux de la CREA et que les spécificités et enjeux rouennais sont trop peu pris en compte.

Frédéric Sanchez devrait donc être adoubé dès demain matin nouveau Président de l'Agglomération. Son principal atout ? Contrairement à d'autres, lui n'avait pas appelé à voter Ségolène Royal lors des primaires socialistes de 2006.

Preuve s'il en faut que les éléphants ont de la mémoire, mais surtout que chez nous, ils trompent toujours aussi énormément.

00:08 Publié dans nicolas zuili, Rouen, Rouen Agglo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |

Écrire un commentaire