Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2012

Le sport santé sur ordonnance. Et pourquoi pas à Rouen ?

francois-hollande_full_diapos_large.jpgStrasbourg expérimente pendant un an le remboursement de l'activité sportive pour des personnes souffrant de certaines maladies chroniques et qui peuvent désormais se faire prescrire une activité physique auprès de leur médecin traitant, à la place ou en complément d'une liste de médicaments.


Baptisée «Sport-santé sur ordonnance», l'expérimentation, lancée pour un an, associe la Ville de Strasbourg, l'Assurance-maladie, l'Agence Régionale de Santé et plusieurs partenaires associatifs. Une cinquantaine de médecins généralistes ont accepté d'y participer.


Sans créer une dépense supplémentaire pour la Sécurité Sociale, le Maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, présente l'initiative comme une substitution, voire une économie, l'idée étant d'avoir des ordonnances moins médicamenteuses, donc moins coûteuses pour la collectivité. Celle-ci sera d'ailleurs entièrement prise en charge par la municipalité et ses partenaires qui mettent à disposition leurs moyens humains et techniques. Son coût est évalué à près de 129.000 euros.


Elle s'adresse en priorité aux personnes atteintes de maladies chroniques liées à la sédentarité que sont l'obésité (19,2% de la population) , le diabète de type 2 (non insulinodépendant) et les maladies cardiovasculaires stabilisées, en privilégiant d'abord les sports d'endurance.


Plusieurs études prouvent en effet qu'une demi-heure de marche par jour ou un peu de jogging augmentent l'espérance de vie de quelques années et améliorent l'activité du cerveau. Pratiquement, les personnes dont le médecin aura estimé qu'elles peuvent tirer bénéfice d'une activité physique modérée se rendront, munies d'une prescription, auprès d'un éducateur sportif de la ville qui les orientera et pratiquera, s'il le faut, avec elles, une remise à niveau.


Les activités offertes iront du vélo - la ville en met 200 à disposition - à la marche nordique en passant par la gymnastique douce, la natation et l'aviron. Quelque 400 personnes devraient en bénéficier durant l'année test. Son bilan devrait être suivi de près au niveau national.


Daniel Bouffier, directeur régional de la jeunesse et des sports en Alsace, a souligné que l'initiative strasbourgeoise rejoignait les préoccupations exprimées par les ministres de la Santé et des Sports dans une communication en Conseil des ministres, le 10 octobre dernier. L'Académie de médecine a d'ailleurs récemment recommandé dans un rapport d'intégrer le sport à la liste des prescriptions médicales prises en charge par la Sécurité sociale.

 

Alors qu'au sein de notre Conseil Municipal notre collègue Valérie Fourneyron est aussi l'une des Ministres citées, pourquoi ne pas imaginer, au delà des séances Zumba devenues fréquentes au Palais des Sports, d'envisager une telle initiative ? Au delà du Kindarena et de son naming, c'est aussi le rôle des politiques que de lutter contre les maladies chroniques liées à la sédentarité. Alors soyons imaginatifs.

 

L'idée est là ; sûr que les médecins rouennais ne pourrait qu'y être également favorables, comme l'ARS de Haute-Normandie et la CPAM de Rouen toujours fortement engagées dans la prévention.

 

Alors si nous aussi on tentait l'expérience ? Certes la proposition vient de nous, mais l'initiative aurait d'autant plus de retentissement si la Ville du Ministre des Sports s'engageait elle aussi sur cette voie.

Commentaires

Il me semble qu'une réflexion de ce genre a dernièrement été menée par le Président Le Vern, avec l'appui de la Ministre des Sports Madame Fourneyron. Lors des Championnats d'Europe d'Athlétisme en juin dernier, la Région Haute-Normandie et la ligue de Normandie d'Athlétisme ont présenté le projet "athlé-santé", de mémoire déjà engagé pour l'année 2012, intitulé "bougez-vous avec nous" dont l'objectif est de contribuer à l'amélioration de la santé par le sport. Il n'y a donc pas qu'à Strasbourg et en Alsace qu'on expérimente ce genre de projet, en Haute-Normandie et à Rouen aussi, n'en déplaise à certains!

Écrit par : géraldine | 15/11/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Géraldine.

Effectivement, la Région en octobre 2012 lançait l'idée de ce qu'elle a appelé Athlé-santé.

Je reprends ce qui est écrit sur le site du Conseil régional :

"Un projet original voit le jour entre la Région et la FFA "bougez-vous avec nous", il s'agit d'améliorer la santé des citoyens par le sport. En 2012, les étudiants de l'INSA de Rouen ont créé un logiciel visant à évaluer les capacités de personnes après des séries de tests physiques. Les clubs devraient être sollicités pour déployer cet outil sur le territoire."

PN en a parlé dans son édition du 27 octobre dernier : http://www.paris-normandie.fr/article/societe/sport-et-sante-en-piste-en-haute-normandie

Pour autant, l'expérience de Stasbourg et des alsaciens comme vous l'écrivez va tout de même plus loin que le minimum présenté à la Région : on parle de gratuité des équipements sportifs par la Ville, , d'encadrement là aussi gratuits pour les personnes malades. Et au moins, au delà des paroles, on est déjà passé aux actes.

Un petit plus non négligeable dans ce qu'il convient d'appeler une bonne idée mise en place par le Maire socialiste de Strasbourg.

Vous voyez, on n'est pas sectaires...n'en déplaise à d'autres :)

Écrit par : rouenperspectives | 15/11/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire