Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Scénario catastrophe ?

Image_bus_tremie_2.jpgVoici maintenant plus de six mois que Rouen et son agglomération subissent les conséquences de l'incendie du pont Mathilde : un camion citerne se renversant à une heure de grand trafic, et des caravanes stationnées en dessous du tablier auront eu raison d'une voie majeure, la rendant impraticable sur au moins une année, puisqu'au plus tôt, le pont ne sera réouvert que fin 2014, et depuis, embouteillages chroniques, paralysie de la ville centre, sont devenus notre lot quotidien. Seule bonne nouvelle, aucune victime dans l'incendie.

 

Mais qu'arriverait-il si une nouvelle fois, un autre axe majeur devait lui aussi être touché ?

 

On le sait, à Rouen, la voirie est vieillissante, et certains équipements cumulent les années.

 

Dernièrement, une fissure très importante s'est accentuée sous la la trémie du Pont Boildieu, Rive Droite, dans le sens ouest-est, à l'aplomb de la remontée vers les quais hauts. La DIRNO (Direction Interdépartementale des Routes Nord-Ouest) est au courant. A ce jour, des marqueurs ont été posés pour mesurer l'aggravation. On n'en sait pas plus.

 

Pour autant, au vu des vibrations que subissent les quais actuellement et la pluie qui fait son oeuvre d'usure, qu'adviendrait-il si la trémie s'effondrait en pleine semaine, en pleine circulation ? Toute la ville serait bloquée en un moins d'un quart d'heure, sans compter la possibilité de compter plusieurs victimes.

 

Sans être experts en la matière, le risque d'accident existe, et il nous semble qu'en de pareilles circonstances le principe de précaution s'impose. Au delà de possibles victimes, la Ville ne peut se permettre le moindre risque sur cet axe, justement parce qu'il est vital.


Alors des travaux sont-ils déjà prévus ? budgétisés ? Connaît-on le risque d'effondrement ? Et surtout, dans la mesure où cette fissure est connue et qu'elle s'est accentuée, pourquoi laissent-on des véhicules garés juste au-dessus ? Leurs Poids est un facteur inutile. Quelles mesures compte t'on prendre ?

 

Telles seront les questions que nous comptons bien poser au prochain conseil municipal.

 

Commentaires

  • M. Zuili vous soulevez l’urgence et la gravité d’une situation que nous ne connaissons pas, sauf sans doute nous les taxi. C’est à votre honneur de la porter à notre connaissance pour en souligner la gravité. Merci d'alerter les rouennais à ce sujet. Effectivement, nous n’avons pas eu à connaître cette difficultéainsi que vous nous ?l'esposez. Nous est-elle cachée ? Intentionnellement ou par négligeance? Par qui et pourquoi ? Pour autant elle semble grave pour la circulation automobile dans Rouen et génère des conséquences qui en découlent en particulier sur notre métier, sur le stress des salariés qui travaillent à Rouen et sur les retombées de l’activité économique en général et en particulier de l’activité commerciale de Rouen, créatrice d’emplois et de richesses.
    Pouvez-vous compléter mon information ? A qui incombe cette surveillancede cet ouvrage qui semble indispensable alors que cette situation n’est pas nouvelle ? A qui incombent financiérement les travaux de sécurisation qui apparaissent indispensables et qui semblent repoussés face à la facture qui pourrait être très lourde ? Avez-vous une estimation des coûts de sécurisation et de remises en ordre ?
    Mais ce n’est pas tout ! Permettez-moi de déborder votre question. Il y a, à Rouen, 210 km de voies et de trottoirs municipaux dont la dégradation rend la ville impraticable à la circulation. Les nids de poules découragent la circulation, la dégradation des trottoirs rend dangereuse la circulation des piétons et constitue une difficulté inadmissible de circulation pour les handicapés.
    Sans attendre le prochain conseil municipal, le Maire de Rouen doit vous donner, comme aux rouennais qui sont excédés, des réponses à ces questions qui vont affecter gravement le budget municipal à venir de plusieurs millions d’euro. Combien ? Avez-vous un chiffre à ce sujet ?
    Je compte sur vous et votre approche raisonnable des affaires municipales pour inciter le Maire de Rouen à réagir face à cette situation critique et à porter remède à cette gestion municipale déplorable.

    Jean-François le taxi.

  • La fissure de la trémie du pont Boieldieu que vous dénoncez est hélas un énième constat de l'état général de la voirie à Rouen.

    Rien n'y a été fait depuis des années voire des décennies (A titre d'exemple les ouvrages d'art (en très mauvais état) du carrefour St Paul n'avaient fait l'objet d'aucun travaux de réfection depuis leur construction à la fin des années 1970); il en est de même pour l'état de la partie supérieure du tunnel ferroviaire des quais bas rive gauche soutenant la voirie des quais hauts (la "rumeur" dit même que le refus fait au forains de la foire St Romain de s'installer sur les quais hauts tiendrait à l'état général du tunnel et au fait que la stabilité du quai haut ne pouvait tout simplement pas être assuré en raison du poids des manèges). Et je ne parle même pas des nids de poule, de l'état des trottoirs dans toute la ville ou du plateau piétonnier de Saint Sever ...

    A la décharge de l'actuelle municipalité, j'ai pu constater que les travaux de voiries à Rouen, tant sous des maires de droite ou de gauche, sont hélas généralement bâclés (Cf Rue la République, piste "cyclable" sur le pont Corneille sous le mandat de Pierre Albertini,...). Ils relèvent plus de pansements sur une jambe de bois qu'autre chose.

  • Un vent de panique souffle au PS de Rouen à propos de cette affaire de trémie.
    Silence et opacité du côté de l'Hôtel de Ville à l'exception de l'inéffable Olivier Mouret,ancien de Lutte Ouvrière et Président du groupe socialiste à la Mairie. Sur son blog, il caricature les dangers de ces fissures pour dénoncer un vent d'apocalypse propagé par une méchante opposition. Son accusation se poursuit par une attaque en règle de la presse, je cite dans le texte: "les médias ne sont pas en reste, relayant sans vergogne mais à grand renfort de spéculations fumeuses la fissure de la trémie Boieldieu."
    La presse, sans vergogne et ses spéculations fumeuses, va pouvoir apprécier.

Les commentaires sont fermés.