Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rouen en panorama ?

54408.jpgNous l'avons appris cette semaine, la Créa et la Région entendent booster le tourisme local par la construction d'un nouvel équipement, le " Panorama d'Asisi". Objectif affiché, 300.000 visiteurs annuels, quand notre Musée des Beaux Arts en accueille seulement 100.000.

 

Au delà de l'aspect architectural, le coût : construction de la Rotonde : 2,5 à 3 millions d’euros, à laquelle il convient d'ajouter l’acquisition de deux panoramas existants (1,35 millions), la licence d’exploitation (1 million) et la réalisation du panorama du Rouen Johannique (1,5 millions). Le tout prévu pour vivre 5 ans soit tout de même un investissement de 1,3 millions par an et de 500 000 euros de fonctionnement. Des sommes importantes dont il faut être sûr qu'elles pourront trouver leur compensation dans la fréquentation attendue. Cela sous entend une animation du lieu dans la durée, et des expositions de haut niveau renouvellées ne se contentant pas de seuls panoramas anciens (Amazonia-l'occasion peut-être pour la Créa de se rappeler que la déforestation pour cause de plantation de palmiers à huile est une réalité :) ,la Reconstitution de Rome sous Constantin en 312) en attendant en 2015 le Rouen à l’époque de Jeanne d’Arc.)

 

Alors sur le principe, l'idée mérite que l'on s'y intéresse, mais pour autant, si Dresde qui sert ici d'exemple a su utiliser son patrimoine industriel pour accueillir le panorama d'Asisi, Rouen pour sa part devra voir se créer une structure de 12 étages que l'on entend placer dans l'axe de la perspective de l'avenue flaubert vers la Seine. Et c'est là que le bat blesse. Pour s'en rendre compte, il suffit de voir à quoi ressemble le gazomètre d'Oberhausen qui accueille l'oeuvre monumentale et de l'imaginer transplantée...sur nos quais de Seine, bouchant de fait la perspective de l'avenue Pasteur sur l'Espace des Marégraphes et la Seine, ou de se rappeler la mise en hivernage d'un ferry overspeed situé juste à cet endroit l'hiver dernier. De la à imaginer une réponse à la Girafe de Valérie Fourneyron située elle sur les quais bas rive gauche, il n'y a qu'un pas.

Commentaires

  • Dans l'un de mes ouvrages j'ai écrit ceci : [Dans les années 80, pour réhabiliter la rue du Champ de foire aux boissons, l’architecte Michel Ratier envisage de la couvrir d’une verrière et propose même la création d’un port de plaisance dans le prolongement de l’avenue Pasteur. Projet sympathique, mais sans doute trop ambitieux qui ne verra jamais le jour. Un courant se manifeste alors pour le sauvetage de cette rue au charme désuet. On croyait alors créer une perspective avec vue sur la Seine dans le prolongement de l’avenue en rasant la tente B. Utopie complète avec un fleuve trop encaissé à ce niveau. L’aménagement récent des quais et la réhabilitation du hangar 1 ne feront jamais oublier que la folie et l’incompétence des hommes sont à l’origine de beaucoup de déboires pour notre patrimoine.] Aujourd'hui, que dire ? A Rouen, on n’a pas de pétrole mais… et le « Futuroscope » de Poitiers a bien du souci à se faire !

  • Comment ils comptent financer ça encore?

  • c'est encore la population rouennaise qui va financer leur panorama, il y a d'autres priorités dans cette ville et beaucoup de choses à faire et plus pertinentes!!!!!!!

  • Les Rouennais doivent être extrêmement riches pour se permettre de réélire ces gaspilleurs de deniers public !!!

    Gaspilleurs de deniers public qui un jour n'ont pas les moyens de financer des projets utiles et extrêmement porteur pour l'avenir comme la médiathèque de la rive gauche.
    Un projet aussi utile et d'une extrême priorité mais hélas complètement dilapider par ces mêmes irresponsables, qui aujourd'hui continuent leurs travail de sape dans les finances de notre ville et de notre métropole avec cette ridicule cuve de raffinerie bariolée de bleu au coût exorbitant plantée là provisoirement!

    Les Rouennnais adorent t' ils VRAIMENT le ridicule à ce point?

Les commentaires sont fermés.