Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicolas zuili - Page 3

  • Pourquoi fêter la journée de la femme.

    531acb20357024dca855a7a8.jpgChaque année, la même question se pose.

     

    Une Journée internationale de la femme, à quoi ça sert ? Que peuvent encore "réclamer" les femmes alors que l’égalité en droits est acquise en France ? N’est-ce pas un combat du passé ?

     

    Hélas, non. Une Journée internationale de la femme, c’est d’abord un bon prétexte pour mettre la lumière sur les opprimées, une journée de "célébration" qui permet de dresser un état des lieux, de réfléchir et de définir des priorités. Pourquoi pas tous les jours, clament ses détracteurs ? Certes, ils n’ont pas tort, mais est-ce vraiment à l’agenda politique si ce n'est à vouloir prouver pour un décideur, qu'il fait sien le combat des femmes face à l'électrice ?

    Au-delà des débats sur les différences entre les sexes, au-delà de la théorie du genre, au-delà des apparitions des Femen, il y a les faits. Malheureusement, des hommes aussi sont battus ou violés, mais on ne peut nier les chiffres terrifiants concernant les femmes : dans le monde, 22 % d’entre elles ont subi des violences physiques et/ou sexuelles perpétrées par leur partenaire; on compte 130 millions de victimes de mutilations génitales; et que dire du viol utilisé comme arme de guerre, aujourd’hui encore en Syrie ?

     

    Une femme sur trois est victime de violences au cours de sa vie, estime Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’Onu. En Europe, on peut se féliciter des droits acquis dans nos systèmes démocratiques, mais il reste encore quelques "détails" à ajuster, à l’instar de l’égalité des salaires ou la représentativité dans la vie publique.

     

    La Journée internationale de la femme, ce n’est pas un jour où les hommes passent l’aspirateur, c’est un jour de solidarité.

  • Réunion Publique dans le quartier Jardin des Plantes-Saint Clément.

    3878513937.jpgEnvie d'en savoir plus ? De savoir qui est Jean François Bures, le programme de la liste Rouen c'est vous, liste d'union du Centre, de la droite républicaine et de la société civile ?
     
    A presque quinze jours du premier tour des élections municipales de mars prochain, l'heure est aux réunions publiques afin d'échanger avec chacun d'entre vous sur le projet que nous vous proposons pour Rouen pour les six années qui viennent.
     
    Rendez-vous donc ce jeudi 6 mars, à 18H30, à la Salle Saint-Clément 180 rue Saint-Julien à Rouen
     
    Nous vous y attendons nombreux !

  • Réunion Publique dans le quartier Saint Hilaire.

    3878513937.jpgMoins d'un mois, dernière ligne droite. Alors que le programme de la liste Rouen C'est Vous a été distribué dans les boites aux lettres et sur les marchés, chaque soirée de réunion publique est précédée d'un porte à porte dans le quartier.
     

    L'occasion de discuter et d'échanger avec chacun d'entre vous, et de venir nous présenter. Avec Jean François Bures, l'union du Centre, de la droite républicaine et de la société civile se retrouve pleinement au sein de la liste Rouen c'est Vous: une équipe au service des Rouennais.
     

    Notre réunion publique d'aujourd'hui aura lieu ce mardi 4 mars à la maison de quartier 167 rue Saint Hilaire à 18H30.
     

    Nous vous y attendons nombreux.

  • Pont Mathilde, les Seinomarins ne paieront pas, mais les Rouennnais ?

    depose-de-la-travee-sud-du-pont-mathilde-1.jpg

     

    Le nouveau président du Conseil Général vient de l'annoncer haut et fort, le coût de reconstruction du pont Mathilde ne sera pas supporté par le contribuable seinomarin.

     

    Un exercice de dialectique qui laisse perplexe, car au vu de la bataille d'experts qui s'est engagée depuis plusieurs mois, rien ne dit que si les Seinomarins ne paieront pas, les Rouennais eux seront épargnés, au delà du lourd tribu déjà payé par les commerçants de la ville

     

    En effet, et nous nous en étions fait l'écho dès le mois de novembre 2012, ayant été les seuls à porter une interrogation sur la place publique, et à laquelle, la municipalité de gauche n'a jamais daigné répondre : quel pourrait en être le coût pour les Rouennais, si la responsabilité de la ville de Rouen ayant donné l'autorisation aux forains de stationner sous le pont, en totale illégalité avec le code de la route était reconnue, une installation par ailleurs légitimée par installation de l'eau et de l'électricité, et donc bien validée par l'actuelle équipe municipale ? La presse elle-même reprendra nos interrogations, mais là aussi, omerta en guise de réponse.

     

    Sommes nous assurés pour cela, et en l'admettant, notre compagnie d'assurance paierait-elle alors que la loi n'aurait pas été respectée, sous prétexte de ne pas froisser des forains que l'on souhaitait ménager sur l'affaire des quais bas rive gauche ?

     

    Des questions auxquelles il devient urgent de répondre, et qui ne doivent pas être absentes de la campagne des municipales, en toute transparence par rapport aux Rouennais, à l'heure où les finances de la ville sont tendues et qu'elles ne pourraient faire face à une erreur manifeste, sauf à puiser un peu plus dans la poche de nos concitoyens.

  • Rouen c'est Vous, la liste qui rassemble et qui vous ressemble.

    RCV.jpg

     

    Au delà d'un Maire que chacun d'entre nous aura à élire les 23 et 30 mars prochains, c'est aussi une équipe municipale, constituée de personnes complémentaires, aptes à travailler entre elles et représentatives de chacun des Rouennais qu'il s'agira de mettre en place pour les six ans à venir.

     

    Au sein de Rouen c'est Vous, Jean François Bures a fait le choix d'allier la société civile (un tiers) aux partis politiques (un tiers UMP et un tiers centriste), en assurant une connaissance des affaires municipales propre à nous mettre tout de suite au travail dès début avril, et en amenant de nouvelles têtes et de nouvelles énergies en appui. Ne nous leurrons pas, la tâche qui nous attend est rude, et au delà d'un renouvellement certes nécessaire, une parfaite connaissance de la maison Rouen est un préalable dont on ne pourra se passer, sauf à perdre un temps précieux qui se révèlera préjudiciable à Rouen et aux Rouennais.

     

    Ce choix ne tire pas un trait sur ces dernières années et s'inscrit dans la continuité du travail mené au sein de RouenPerspectives d'abord où l'arrivée de Bruno Devaux et Régine Marre a prouvé que nous pouvions travailler ensemble face à la majorité de Gauche, et au sein de Rouen Ensemble, où au delà du conseil municipal, nous avons su collectivement, UMP, Centre et société civile, nous écouter, construire ensemble, dans le respect des personnes et des idées au service des Rouennais, quand d'autres, partis vers des responsabilités plus lointaines, se sont enfermés dans un exercice solitaire, ont toujours refusé pour cause de préséance d'y participer et se sont peu à peu éloignés des réalités locales.

     

    Ce choix, c'est d'abord le choix d'une méthode qui fonctionne, et dont il faudra aussi s'inspirer pour des échéances plus lointaines, quand le PS et ses alliés de gauche ont su faire ce travail commun il y a de cela presque 30 ans. On en voit le résultat aujourd'hui : il est implacable. Voulons nous et devons nous nous en contenter à vouloir nous mesurer "centre" local contre "droite républicaine" locale et rester les derniers des Mohicans, quand au niveau national de potentiels candidats de poids se désintéressent de ce qu'il se passe ici car pas assez médiatique et ne s'imaginent pas en terre de mission ? La réponse est non ! Alors prenons notre avenir en main et nos responsabilités.

     

    Les valeurs portées par le centre, que nous avons défendues ces dernières années au sein du conseil municipal, et qui sont au coeur même de notre ADN, sont présentes au sein du programme qui sera soumis au choix des Rouennais fin mars : en termes de solidarités, de proximité, de développement durable, de santé, d'ouverture sur l'Europe... et pour les porter là aussi des femmes et des hommes de conviction centriste, membres de l'UDI, du Nouveau Centre, du MoDem et anciens de l'UDF.

     

    Si à ce jour seuls Cyrille Grenot et Nicolas Zuili n'ont le droit de se revendiquer de l'UDI pour cause de suspension, il n'en demeure pas moins que près d'une dizaine de membres du parti de Jean Louis Borloo, comme nos amis du MoDem, las de querelles d'égo, ont choisi résolument de s'engager avec Jean François Bures au service des Rouennais. Depuis plusieurs mois, c'est collectivement que nous travaillons ensemble, dans la confiance, la bonne humeur et le sérieux, fiers de porter une alternative crédible à la politique menée depuis six ans par le Parti Socialiste, ses alliés EELV et le Parti Communiste à Rouen.

     

    Au sein de cette liste, le dynamisme et les compétences  des différentes composantes de la droite et du centre sont mis en commun dans l’intérêt des Rouennais, sans préséance d'un parti par rapport à un autre.

     

    Au sein de cette liste, nous n'avons qu'un seul adversaire : la Gauche.

     

    Au sein de cette liste, qui rassemble et qui vous ressemble, nous n'avons qu'un seul objectif : nous mettre pleinement au service des Rouennais, attelés à cette seule ambition quand d'autres font du cumul et de l'égo un parcours solitaire, et faire gagner Rouen. Car c'est cela qui compte vraiment.

     

    Parce que Rouen c'est vous, et vraiment vous !

     

    Nicolas Zuili

    Laurence de Kergal

    Edith Calonne

    Régine Marre

  • La Matmut ? Elle a choisi !

    P1000417.JPGLa Matmut, dans le prolongement de ses 50 ans affirme son ancrage à Rouen dans une campagne de présentation de son triangle magique, l'assurance, la culture et les sports.

     

    La Compagnie d'assurance Rouennaise qui avoisine les 3 millions de sociétaires affiche sa bonne santé et ses convictions rouennaises dans les panneaux Decaux. Pour elle, sans hésitation ni atermoiement c'est Rouen Métropole !

     

    Au delà d'un signe pour ses sociétaires, c'est d'abord la conviction d'une entreprise de premier plan de promouvoir Rouen, son berceau et c'est surtout une leçon pour les institutionnels et les décideurs, président de la Créa et socialistes locaux en tête : il faut aller de l'avant et clairement afficher la donne.

     

    La Matmut donne le signe et le tempo, nous nous en réjouissons pour Rouen.

  • Réunion publique dans le quartier des Sapins.

    3878513937.jpgEnvie d'en savoir plus ? De savoir qui est Jean François Bures, le programme de la liste Rouen c'est vous, liste d'union du Centre, de la droite républicaine et de la société civile ?
     

    A moins d'un mois du premier tour des élections municipales de mars prochain, l'heure est aux réunions publiques afin d'échanger avec chacun d'entre vous sur le projet que nous vous proposons pour Rouen pour les six années qui viennent.
     

    Rendez-vous donc ce jeudi 27 février, à 18H30, au centre Jean Texcier, 78 rue Jean Texcier à Rouen

     

    Nous vous y attendons nombreux !