Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rouen Agglo - Page 2

  • Elections municipales 2014 : résultats du 1er tour à Rouen.

    Municipales-2014_Val-de-Marne.jpg-Rouen Bleu Marine – Guillaume Pennelle (FN) : 3878 voix, soit 13,38 %

     

    -Lutte Ouvrière Faire entendre le camp des travailleurs – Frédéric Podguszer : 299 voix, soit 1,03 %


    -Alternative à gauche, Place au peuple ! – Raphaëlle Brangier : 1544 voix, soit 5,33 %


    -Avec tous ceux qui aiment Rouen (UDI) – Patrick Chabert : 3948 voix, soit 13,62 %


    -Décidons Rouen – Jean-Michel Bérégovoy : 3215 voix, soit 11,09 %


    -Rouen à gauche vraiment – Clément Lefevre : 559 voix, soit 1,93 %


    -Rouen c’est vous ! – Jean-François Bures : 6781 voix, soit 23,39 %


    -Notre force c’est Rouen – Yvon Robert : 8766 voix, soit 30,24 %

     

    Taux d’abstention : 47,27 %

  • Fermeture temporaire de RouenPerspectives en raison d'élections.

    1254545262.jpgEn vertu du deuxième alinéa de l’article L. 49 du Code électoral :

    "A partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de diffuser ou de faire diffuser par tout moyen de communication audiovisuelle tout message ayant le caractère de propagande électorale",

     

    RouenPerspectives ferme temporairement.

     

    Les commentaires sont toujours possibles mais ne seront mis en ligne que dimanche soir, les résultats connus.
    Nous vous donnons donc rendez-vous après le premier tour. Bon vote !

  • Qui, Quoi, Comment, Pourquoi VOTER ?

    images-2.jpeg23 mars, premier tour.

     

    A l'heure où l'abstention risque d'être forte, et que certains se posent encore la question de savoir s'ils iront voter et dans l'affirmative pour qui, nous souhaitons vous faire partager cette réflexion de Cyrille Grenot qui fut le candidat UDI-UMP aux dernières élections législatives, et membre lui aussi de la liste Rouen c'est Vous autour de Jean François Bures.

     

    Bonne lecture :)

     

     

    Qui ?

    C’est vous les Rouennaises et les Rouennais qui porterez ce dimanche 23 mars 2014 le destin de votre ville entre vos mains, devrais-je dire entre vos doigts qui tiendront le fameux bulletin de vote qui engage l’avenir de Rouen pour au moins 6 ans et peut-être plus car il est des rendez-vous ratés qui ne se rattrapent jamais.

     

    Environ 55% d’entre vous on déjà prévu de venir voter dimanche mais j’aimerais m’adresser aux 45% restant.

    La lutte contre le « tous pourris » qui semble animer principalement votre rejet mérite t’elle d’y sacrifier Rouen, son avenir et celui de ses plus de 113 000 habitants quand tant d’autres villes tirent leur épingle du jeux grâce à un engagement fort de leurs élus et une gestion dynamique de la ville ?

    Vos élus vous ressemblent, ils sont choisis par vous, parmi vous et pour vous ! Le fait de ne pas aller voter ne vous rend pas moins responsable de leur choix ! Car ceux qui seront demain aux manettes de votre ville, vous les aurez choisis ou vous aurez laissé d’autres les choisir pour vous.

    L’expression de la démocratie fonctionne sur deux principes : choisir et sanctionner ! En ne votant pas vous ne faites ni l’un ni l’autre, c’est pourquoi je vous invite à réviser votre jugement et à prendre dimanche le chemin des urnes pour décider avec nous de l’avenir de Rouen et de ses enfants.

    Quoi ?

     

    Voter quoi ?

    Vu le terrible constat que vous faites chaque jour conforté par le classement des maires de grandes villes publié par l’Express (ci-dessous et dont le maire sortant brille par son avant dernière place), je ne doute pas que vous veuillez sanctionner l’équipe sortante !

    Vu le terrible bilan que mes amis du groupe municipal Rouen Perspective rappellent avec moins de 25% d’engagements tenus (visible sur mon site et celui de Rouen Perspectives), vous ne voudrez pas croire une fois de plus aux promesses de l’équipe municipale sortante à laquelle il est clair qu’il faut aussi associer les écolos-verts co-responsables de ce bilan désastreux. Leur ficelle est trop grosse, se présenter avec une équipe dissidente qui joue les panous-panous mais qui n’a aucun soucis à se réconcilier entre les deux tours alors que soit disant aujourd’hui tout les oppose, en tous cas pas la confortable place de dernier de la classe en matière de développement durable qu’ils se partagent ! En matière enfin d’équipe municipale, les communistes ne font pas montre non plus d’une grande cohérence. Rien d’étonnant pour un parti dogmatique écartelé à Rouen entre une base qui refuse le bilan de l’équipe sortante et l’union avec le maire sortant des élus communistes qui refusent de faire front commun avec le front de gauche. Communisme quand tu nous tiens : Kafkaïen pour la base, Ubuesque pour ses cadres !

    Assurément, quand l’équipe municipale sortante fait elle même le constat fracassant et diviseur de ses propres échecs, il n’y a qu’un choix celui de l’opposition, celui de Jean-François BURES et de la liste Rouen c’est Vous.

    Comment ?

     

    En votant utile, en votant efficace, en évitant les errances affectives ou contestataires qui perturbent les résultats électoraux et parfois en changent le cours. L’histoire et deux élections présidentielles présentes à l’esprit de tous rappellent à chacun la véracité de ce propos.

    En votant pour Jean-François BURES et la liste ROUEN C’EST VOUS vous voterez utile, vous éviterez de disperser les voix du premier tour, le sondage paru hier, nous confirme que la liste de Jean-François BURES s’opposera au renouvellement du mandat du maire sortant. Ce sondage est une chance pour tous ceux qui n’arrivaient pas à savoir quelle serait la liste porteuse de l’opposition. Car ce sondage nous indique que pour renverser le maire sortant un seul choix s’impose à tous : Jean-François BURES et la liste ROUEN C’EST VOUS.

     

    En votant efficace, vous ferez en sorte que votre vote produise l’effet voulu : que l’actuel maire de Rouen disparaisse du paysage politique Rouennais. Si vous ne supportez plus d’avoir un maire 33° sur 34 à la tête d’une ville en perdition, vous voterez pour Jean-François BURES et la liste ROUEN C’EST VOUS.

     

    Grâce à ce sondage nous savons tous maintenant que tout vote qui n’est pas donné dès le premier tour à Jean-François BURES et à la liste ROUEN C’EST VOUS est un vote qui profite au maire sortant soit parce qu’il affaiblit le score de notre candidat, soit parce qu’il risque de perturber le deuxième tour avec des candidats qui n’ont pas vocation à diriger la mairie et qui feront le jeu du maire sortant.

     

    Pourquoi ?

     

    Parce que nous devons tous donner une chance à notre ville de se tourner vers un avenir meilleur, parce que nous devons tous donner une chance à notre ville de remonter la pente sur laquelle nous glissons depuis 6 ans, parce que nous devons tous donner une chance à notre ville de se placer parmi les meilleures quand son maire actuel en a fait une ville meurtrie et sans avenir pour sa population.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière de sécurité par la politique de synergie d’action des polices municipales et nationales que Jean-François BURES propose et la concentration de leur action sur leur mission première de respect de l’ordre public.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière de développement économique, quand Rouen possède autant d’atouts. Son patrimoine historique et culturel qui devrait en faire un leader du tourisme. Sa situation sur la Seine qui en fait certes une étape touristique à développer mais aussi un port d’estuaire proche de la région francilienne, compétitif au sein d’HAROPA pourvu qu’on donne à Rouen les nécessaires infrastructures routières et ferroviaires : contournement Est, plate-forme multimodale et nouvelle gare. Sa situation à une heure de Paris qui pourrait en faire l’emplacement rêvé pour de nombreux sièges sociaux.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière de fiscalité, en exigeant à l’heure de la création de ROUEN-METROPOLE une juste répartition des charges de centralité aujourd’hui exagérément payées par la ville au profit de la CREA, parce que c’est possible de réduire les dépenses de communication du cabinet du maire et d’optimiser la mutualisation des services et réduire ainsi le train de vie de la mairie sans en affecter le fonctionnement.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière de développement durable en remplaçant les effets de manche des verts de l’équipe actuelle en de véritable actions, utilisation de matériaux dépolluants, évolution éco-énergétique des bâtiments communaux et du parc immobilier de Rouen Habitat, optimisation écologique de la ville grâce aux technologies smart city.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière de rayonnement de la ville à condition d’afficher la volonté de faire de Rouen une ville accueillante et agréable à vivre pour ses habitants, ses commerçants et ses entreprises. A condition de le faire savoir par une démarche pro-active comme celle proposée par Jean-François BURES auprès par exemple des sociétés franciliennes dont on sait que 20% d’entre elles ne demandent qu’à venir dans une ville qui leur proposerait un quartier d’affaire autour de la future gare, à une heure de Paris avec une qualité de vie supérieure pour leur personnel. A condition de développer et faire connaître le potentiel de Rouen pour assurer l’avenir de la ville par le développement économique non seulement pour Rouen mais aussi pour sa Métropole et son bassin d’emploi riche de centaines d’hectares disponibles pour l’implantation d’entreprises nouvelles qui pourraient accompagner ses sièges sociaux pour peu qu’on se donne la peine d’équiper la ville et de le faire savoir.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière de solidarité, quelle honte pour un maire socialiste ! Jamais on n’avait vu autant d’irruptions en conseil municipal pour se plaindre du mépris du maire et de son équipe pour notre personnel municipal, pour les corps intermédiaires associatifs ou d’action sociale ou pour les sans-abri. Jean-François BURES propose lui une politique d’amélioration sociale résolument tournée vers l’accompagnement scolaire dès la petite enfance mais aussi au moment critique de l’adolescence pour éviter l’échec scolaire. Il propose le développement de l’accompagnement à la formation et à l’insertion et veut lutter contre la déchéance sanitaire et sociale en favorisant l’éducation, le retour aux principes de citoyenneté et en rétablissant la dignité par le travail.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière de transport en établissant d’abord son propre plan de circulation sans se laisser marcher sur les pieds par la CREA qui veut imposer de grands axes en site propre qui scléroseraient l’économie commerciale de Rouen et mettrait en péril les 12 000 emplois qui y sont encore attachés. C’est possible en ayant une gestion dynamique et différenciée du stationnement par exemple avec le développement d’un Pass parking/vélo/transport en commun ou d’une heure de stationnement gratuit à forte rotation en secteur commerçant.

    Parce que c’est possible de quitter cette place de dernier de la classe (*) en matière d’urbanisme en ayant une vision claire du développement de la ville à long terme, respectueuse et valorisant l’histoire de la ville, progressiste et équilibrée autour des axes forts de développement à venir de Rouen en évitant la bétonisation de chaque espace libre mais en construisant une ville qui relève les défis pour les populations du futur : l’accessibilité, l’autonomie énergétique, la mixité sociale et urbanistique, l’accession à la propriété.

    Parce qu’il n’y a plus qu’une manière possible de quitter toutes ces places de dernier de la classe c’est de voter dès ce dimanche 23 mars pour la liste Rouen c’est Vous menée par Jean-François BURES.

    C’est pourquoi je compte sur vous pour que vous vous mobilisiez et que vous mobilisiez vos proches.

    Chaleureusement,

     

    Cyrille Grenot,

    Candidat Nouveau Centre – UMP

    aux élections législatives de 2012

    (*)




    capture-d_ecc81cran-2014-03-19-acc80-10-02-23.png

  • Rendez-vous au Métropole, en toute simplicité.

    Métropole.jpgBientôt la fin de la campagne du premier tour, et l'envie de se retrouver avec vous, autour d'un verre et dans la convivialité.

     

    Alors que d'autres appellent à la rescousse ministre ou telle ou telle figure nationale pour montrer un soutien, nous, c'est avec vous que nous avons envie de passer cette dernière soirée d'un grand marathon qui nous aura amené à venir vous rencontrer depuis plusieurs mois, au travers de réunions publiques, de porte à porte et sur les marchés.

     

    Alors rendez-vous demain jeudi 20 mars 2014 à partir de 19h au café le Métropole 111, rue Jeanne d’Arc.

     

    Jean-François Bures entouré des colistiers de notre liste Rouen C'est Vous clôturera ainsi dans la convivialité la série de douze réunions publiques de présentation du programme en invitant tous les Rouennaises et les Rouennais autour d'un verre, en toute simplicité, afin d’échanger de manière informelle sur l’avenir de Rouen.

     

    Alors à demain !

  • Battre la gauche et construire l'avenir avec le centre et la droite : le vote utile, c'est Jean François Bures et Rouen c'est Vous !

    3878513937.jpg23%, c'est le score donné ce soir à la liste Rouen C'est Vous menée par Jean François Bures, contre 38% à la liste du maire sortant Yvon Robert, dans l'enquête IPSOS-STERIA, commandée par France 3 et France Bleu Haute-Normandie avec toutes les précautions d'usage, les résultats des intentions de vote ne constituant pas un élément de prévision du résultat électoral mais donnant une indication significative de l’état du rapport de force actuel entre les deux listes en présence. Ils doivent être lus en tenant compte des marges d’incertitude : plus ou moins 3 et 4 points pour les deux prétendants. A titre d'exemple, lors des dernières élections législatives, notre candidat Cyrille Grenot n'était crédité que de 32% au deuxième tour, quand il aura tout de même fait dix points de plus, soit 42% face à Valérie Fourneyron, celle-ci ayant été créditée d'un bonus au sondage, du fait d'élections précédentes très favorables à la gauche.

     

    De fait, Rouen C'est Vous et Jean François Bures sont assurés de se qualifier pour le second tour, avec un seul objectif, battre la gauche, et offrir aux Rouennais, la seule alternative crédible à la politique menée à Rouen depuis six ans : plus de proximité, le respect des services publics, le redressement des finances de la ville, faire de Rouen une ville qui compte et respectée au sein de son agglomération, en décidant avec elle de son avenir dans le cadre d'un vrai partenariat et non dans la soumission.

    Dans ces circonstances, quel sens donner à l’expression « vote utile » ? C’est simple : le vote utile c'est le vote d'une alliance entre la droite, le centre UDI et MoDem et la société civile dès le premier tour, comme nous l'avons fait autour de Jean François Bures, ... dès le premier tour.

     

    Il est même indispensable ! La possibilité d'une alternative va de pair avec l’augmentation du total des voix de la droite et du centre, et ce dès le premier tour, le 23 mars prochain. Avec Rouen c'est Vous et Jean François Bures, on bat l'équipe municipale sortante, mais l’on ne fait pas que cela : forts du travail fourni, des liens de confiance tissés depuis ces deux dernières années, au sein de Rouen Perspectives d'abord, au sein de Rouen Ensemble ensuite, et depuis ces derniers mois au sein de l'équipe de Rouen c'est Vous, c'est une nouvelle méthode de travail et une véritable équipe qui se sont mises en place, où l'on ne se trompe pas d'adversaire, où on ne cherche pas à se compter, où on sait laisser les querelles d'égos au vestiaire et jouer en collectif, au service de nos concitoyens.

     

    Le PS et ses alliés de gauche ont su faire ce travail commun il y a de cela presque 30 ans. On en voit le résultat aujourd'hui : il est implacable. Voulons nous et devons nous nous en contenter à vouloir nous mesurer "centre" local contre "droite républicaine" locale et rester les derniers des Mohicans, quand au niveau national de potentiels candidats de poids se désintéressent de ce qu'il se passe ici car pas assez médiatique et ne s'imaginent pas en terre de mission ? La réponse est non ! Alors prenons notre avenir en main et nos responsabilités.

     

    Notre méthode est faite d'additions, et non de soustractions, et elle jette la base d'un nouvel avenir pour notre territoire qui va bien au delà de ces élections municipales avec des femmes et des hommes de la droite, du centre et de la société civile motivés qui ne se reconnaissent pas dans la politique menée par la gauche et qui veulent penser et agir différemment.

     

    Les valeurs portées par le centre, que nous avons défendues ces dernières années au sein du conseil municipal, et qui sont au coeur même de notre ADN, sont présentes au sein du programme qui vous est soumis les 23 et 30 mars prochains : en termes de solidarités, de proximité, de développement durable, de santé, d'ouverture sur l'Europe... et pour les porter là aussi des femmes et des hommes de conviction centriste, forts d'une dizaine de membres de l'UDI, mais aussi du Nouveau Centre, du MoDem et d' anciens de l'UDF qui ont fait le choix de l'union dès le premier tour au service des Rouennais. Les intentions de vote qui ressortent de ce sondage et qui nous portent comme les seuls challengers de l'équipe municipale sortante, et par là même les seuls à pouvoir proposer l'alternative, nous montrent que notre choix a été le bon.

     

    Nous aimons tous Rouen. Et parce que nous voulons vivre et penser notre ville différemment, nous vous appelons à vous mobiliser et à voter Rouen c'est Vous et Jean François Bures dès le premier tour pour battre la gauche le 30 mars au soir !

     

    C'est la seule et véritable alternative !

     

    Nicolas Zuili

    Laurence de Kergal

    Edith Calonne

    Régine Marre

    Bruno Devaux

     

  • Réunion Publique à Jouvenet.

    3878513937.jpgVoilà, vous savez tout, ou presque. Vous savez qui est Jean François Bures, quel est le programme de la liste Rouen c'est vous, liste d'union du Centre, de la droite républicaine et de la société civile.
     
    A six jours du premier tour des élections municipales de mars prochain, Jouvenet clôture la série de réunions publiques que nous avons menées afin d'échanger avec chacun d'entre vous sur le projet que nous vous proposons pour Rouen pour les six années qui viennent.
     
    Rendez-vous donc ce mardi 18 mars, à 18H30, à la Baraque, 46 rue du Nord à Rouen
     
    Nous vous y attendons nombreux !

  • 2008-2014, le bilan d'une majorité. Ouvrons le débat.

    Rouen-Motivee.jpgA moins d’une semaine des élections municipales, au moment où chacun défend sa vision de la ville pour les 6 ans à venir et des propositions qui seront soumises aux Rouennais en vue de faire de cette vision une réalité concrète, le groupe Rouen Perspectives, groupe des élus Centre, Démocrates, Indépendants et UMP au Conseil Municipal,  souhaite participer au débat et donner aux habitants de Rouen des éléments de réflexion susceptibles de participer à la détermination de leur choix pour les prochaines échéances électorales.

     

    Comme nous avons toujours eu coutume de le faire, notre groupe souhaite apporter au débat des éléments tangibles, concrets, fondés et relevés sur la réalité des faits, au plus proche de la réalité vécue par les Rouennais. En effet la période pré-électorale est hélas trop souvent un moment propice à la démagogie, à des envolées lyriques sans suite, à des propositions irréalistes ou en décalage avec les besoins réels des électeurs, à de petites formules inutiles à destination des médias et des réseaux sociaux, et tout cela au détriment du fond.

     

    Nous n’avons pas la prétention de chercher à redonner ses lettres de noblesse à la politique mais, néanmoins, à l’heure d’une défiance grandissante des électeurs à l’égard de leurs élus, il nous semble pertinent de participer à ce débat pour qu’il se recentre sur les besoins réels du quotidien des Rouennais et par là réaffirmer que le choix d’un Maire, c’est d’abord l’émanation de la volonté de ses électeurs, que les capacités ainsi conférées par le vote ne sont pas un gain ou un accroissement de pouvoir, destiné à une ambition personnelle ou à l’affirmation de la supériorité d’un parti politique, mais une charge, un devoir et avant tout, une responsabilité dans la gestion et le futur de la ville.

     

    Certains argueront, parce que challengers de l'équipe municipale sortante pour les prochaines échéances, que nous sommes dans la polémique et dans le parti pris. Dès lors, comme nous avons déjà eu l’occasion de le faire en 2012, parce que l’exercice des responsabilités municipales c’est aussi, à notre sens, un suivi réel et continu des dossiers, nous proposons aux Rouennais de dresser le bilan de la majorité sortante et d’alimenter leur réflexion sur celui-ci par des éléments concrets, aisément vérifiables, au plus proche de l’objectivité sur le mandat 2008-2014.

     

    Nous n’avons ni la prétention, ni même l’ambition d’influencer un choix, mais seulement d’apporter un éclairage différent sur un bilan, un éclairage d’élus qui ont siégé au Conseil municipal pendant 6 ans et qui, en conformité avec le mandat qui leur a été confié par les électeurs, ont essayé d’être au plus proche de leurs préoccupations en œuvrant, autant qu’ils leur était possible, par une participation active et constructive au quotidien, même dans la critique, et bien loin de l’effervescence pré-électorale actuelle.

     

    Ainsi, en accord avec cette démarche et cet esprit, une nouvelle fois nous souhaitons mettre en avant les réussites et succès de la majorité mais aussi la confronter à ses échecs. Cette volonté d’objectivité se révèle par un premier constat : par rapport à notre premier bilan de mi-mandat, le taux d’échec (exprimé en pourcentage) de la majorité sortante dans la réalisation de ses promesses électorales faites en 2008, autrement dit les promesses non tenues, s’est réduit, certes légèrement mais tout de même de 3 points depuis octobre 2012. En effet il apparaît que le taux d’échec, à savoir les promesses totalement non tenues, s’élève à la hauteur de 50% (rouge) de l’ensemble des promesses de 2008; le taux des engagements réalisés partiellement et/ou de manière insatisfaisante à 21% (orange) et le taux de réussite à 29% (vert).

     

    En résumé, et de manière cumulée, 71% des promesses électorales de 2008 de la majorité sortante ont donc été totalement ou partiellement  non tenues.

     

    Si ce constat, rapporté au chiffre de 75% à mi-mandat, révèle le travail accompli par la majorité sortante depuis 2012, il n’en demeure pas moins, de toute évidence, des plus alarmants, et il invite à prendre du recul et à faire preuve d’interrogations sur des promesses en vue de la mandature 2014-2020.

     

    En effet, comme nous le disions déjà à notre présentation du bilan de la majorité à mi-mandat, ce solde était hélas prévisible dès l’année 2008 où nous avions déjà mis en garde contre des projets trop ambitieux et trop couteux. Il nous apparaissait alors impératif d’être honnête envers les Rouennais, en leur indiquant que ces « 100 projets » de la liste Rouen Motivée, ajoutés à ceux laissés en instance d’achèvement par l’équipe précédente, aboutiraient à un défi insurmontable parce que non finançable en l’état des finances municipales et de la conjoncture, et non réalisable en fin de compte, pour la majorité.

     

    Ces ambitions démesurées, qui ne tenaient compte ni de l’acquis précédent, ni de l’état réel de l’économie et des finances de la ville, ont abouti nécessairement à l’abandon de projets déjà lancés en 2008 comme celui de la médiathèque, à d’autres mis en avant par l’équipe Rouen Motivée dans son programme comme le jardin en lieu et place de l’ancien Palais des Congrès ou les aménagements de l’Île Lacroix, et à des réalisations insatisfaisantes pour d’autres qui auront malgré tout été menés. Evidement il n’y a pas eu de miracle sur le temps écoulé depuis, et le retard considérable pris sur l’état d’avancement de la réalisation des promesses électorales de 2008 n’a naturellement pu être comblé en si peu de temps.

     

    Ceci dit, toujours dans un souci d’objectivité et de rigueur, nous reconnaissons que des engagements ont été menés à terme sur cette période et, surtout, que certains projets abandonnés l’ont été du fait d’événements difficilement prévisibles survenus depuis, ou aussi, probablement, par une prise de conscience par l’actuelle majorité, de leur caractère irréalisable et de leur manque total d’intérêt. Il est à souhaiter que dans le futur, une telle prise de conscience ne se fasse pas, comme lors de ce mandat, de façon tardive, a posteriori et même souvent après la réalisation de premiers engagements financiers préalables, comme pour le hangar 9 par exemple, au mépris du coût pour le contribuable.

     

    Pour autant, nous l’avons signalé, l’action municipale vit et doit s’adapter aux événements. Il est manifeste que pris au cas par cas, certains projets ne correspondaient plus à la réalité et se devaient d’être abandonnés totalement ou partiellement. On ne peut que se réjouir qu’une majorité et un exécutif local soient à même de s’adapter et ne se sclérosent pas, de façon jusqu’au boutiste, dans des projets déjà irréalistes lors de leur formulation dans la présentation du programme.

     

    Ainsi le drame du pont Mathilde du 29 octobre 2012, comme ses conséquences que les Rouennais subissent encore, ont profondément changé la donne et nécessité une adaptation qui, par voie de conséquence, aura nui aux projets élaborés en 2008. Mais à ce titre, il nous apparaît que la majorité sortante n’a pas su faire preuve de cette flexibilité et de cette force d’adaptation que les électeurs sont en mesure d’exiger lors d’une crise d’importance, comme celle de ce terrible incendie sur un axe majeur de la Ville.

     

    En effet, la gestion ne fut pas à la hauteur de la crise. Outre ce manque de réaction efficace, des projets et propositions de 2008, pourtant devenus obsolètes et même contre-productifs à la survenue de cet événement dramatique, ont été maintenus dans leur réalisation : le changement des sens de circulation, la fermeture d’axes majeurs pour en faire des voies protégées, … ont révélé bien plus qu’une incapacité à s’adapter pour minimiser les effets d’une crise affectant tout le territoire de la commune et de l’agglomération, par un manque de prise de conscience patent de la réalité et une torpeur nuisible, quand des gels temporaires de certains projets ou le compromis auraient très simplement pu aider à réduire les effets d’un vrai cas de force majeure et nécessitaient des action rapides et efficaces.

     

    Nous ne nions pas que des mesures aient été prises mais elles ont été insuffisantes, tardives et menées de façon contradictoire avec la poursuite de certains projets du programme de Rouen Motivée.

     

    Dès lors, nous ne pouvons que mener le double constat qu’un bilan des plus mitigé quant à la réalisation de promesses électorales, lié à celui d’une insuffisance d’adaptation rapide, effective et efficace aux événements, ne peut qu’inciter à proposer un projet différent pour éviter la réitération des erreurs commises et du caractère insatisfaisant d’une gestion qui a vite révélé ses limites ; Nous devons doter la ville de Rouen d’une réelle capacité d’action, d’une équipe compétente qui puisse bénéficier d’un recul nécessaire ; le tout fondé sur un projet clair, réaliste, cohérent, honnête et dynamique, et malheureusement contraint dans le cadre des finances publiques.

     

    C’est notre souhait, et nous ne doutons pas, qu’il soit probablement partagé par bon nombre de nos concitoyens.

     

    D’ici quelques jours, les prochaines élections municipales permettront d’interroger les Rouennais sur  leur perception du degré de réalisation des promesses de Rouen Motivée dans tous les domaines déclinés dans le programme de 2008 et de dire s'ils ont foi dans le projet de l'équipe sortante pour la prochaine mandature 2014-2020.

     

    Ils auront alors toute latitude pour exprimer leur propre sentiment car au final, c’est à eux de juger l’action menée à Rouen sur ces 6 dernières années.

     

     

    Nicolas ZUILI

    Laurence de KERGAL

     

     Co-présidents du groupe Rouen Perspectives

    Groupe des élus Centre, Démocrates, Indépendants et UMP au Conseil municipal de Rouen