Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • 6786 ! Merci à tous.

    images-3.jpeg

    6786 visiteurs uniques

     

    23.076 visites

     

    53.428 pages consultées

     

    Et tout ça rien que pour le mois d'octobre...

     

    Presque six ans d'existence, et surtout d'exercice d'écriture devenu presque quotidien à vous faire partager notre action et notre point de vue de l'action municipale.

     

    Progressivement l'audience augmente , et bien évidemment, cela n'est pas fait pour nous déplaire. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre, et les derniers chiffres de ce mois d'octobre sont là pour le prouver.

     

    Alors, nous tenons à  vous remercier pour ces lectures, vos commentaires, vos partages ... qui nous permettent d’afficher un tel nombre de lecteurs aujourd’hui.

     

  • Merci !

    armada--foule-5-.JPGAlors que les quais se sont vidés après dix jours de pleine affluence, il faut le reconnaître, l'Armada version 2013 aura été d'un grand crû.

     

    Alors que la manifestation pouvait laisser songeur sur sa pérénité, les chiffres de fréquentation mais surtout la vision de quais bondés à toute heure du jour ou de la nuit sont là pour prouver qu'il y a vraiment possibilité à Rouen de jouer l'évènement touristique d'envergure internationale.

     

    D'abord un grand merci : à Patrick Herr d'abord, pour avoir porté la manifestation depuis sa création. Aux bénévoles de l'Armada qui au travers d'une passion, ont fait de celle ci un atout pour Rouen, en se mettant en quatre à la rendre possible et accessible à chacun. A la Ville de Rouen, ses personnels et ses élus, qui ont montré qu' à Rouen, on savait recevoir, organiser et gérer un évènement d'envergure internationale. Aux collectivités, Créa, Conseil Général et Conseil Régional qui ont su accompagner financièrement la manifestation depuis le début et sans lesquelles, elle ne pourrait avoir lieu. Aux Rouennais enfin, qui années après années, répondent présents, et montrent le visage d'une ville vivante et ouverte sur le monde.

     

    Alors oui, collectivement, souhaitons une longue vie à l'Armada, sous une nouvelle forme qui faut sans cesse réinventer, mais toujours axée sur de la convivialité, du festif, du partage et de l'ouverture sur les autres et sur le monde.

     

    Collectivement, nous avons tous à y gagner.

  • Nature forte rue de la République... 5 jours plus tard...

    Les plantations rue de la République sont de retour (enfin presque...5 jardinières présentant encore des détériorations. pour mémoire, jeudi dernier, elles étaient au nombre de 32..)

     

    Le printemps peut-être, un article sur ce blog et un conseil municipal pour parler de l'espace public certainement...

     


    IMG_2679 par RouenPerspectives



    Reste à savoir maintenant pour combien de temps, au vu du matériel choisi dont on sait qu'il est inadapté et du manque de civisme de quelques uns. Quant à imaginer les élus rouennais avoir assez de poids pour faire revoir sa copie à la Créa....ça, on en doute très fortement...

  • Principe de précaution.

    594954220.jpegL'info est reprise en boucle sur toutes les chaines : on parle de Rouen et de sa fuite de gaz, inoffensive pour les habitants et les enfants dans les écoles, mais peut-être pas si suffisamment que cela au point d'annuler une rencontre sportive de coupe de France.

     

    Pointée du doigt : Lubrizol, une entreprise majeure sur notre territoire, pour laquelle nous avons déjà eu à débattre en avril 2010, avec une position que nous avions prise à l'époque et que certains en responsabilité nous avaient alors reprochée n'hésitant pas à nous accuser d'être contre le port et ses entreprises.

     

    Voici ce qu'alors nous écrivions : "AZF, Xynthia.... des noms que personne n'a oublié et qui font qu'aujourd'hui, il faut penser les risques, même les plus inimaginables dans la vie de tous les jours ; Ainsi est né le PPRT, un nouvel instrument de maîtrise de l'urbanisation pour protéger la population des risques technologiques.

     

    Institué par la loi Risque du 30 juillet 2003, le Plan de Prévention des Risques concerne l'ensemble des établissements industriels à forts enjeux risqués ( classés SEVESO seuil haut).

     

    A Rouen, Un nouveau site Seveso seuil haut a vu le jour en 2009, en raison essentiellement des modifications intervenues dans la classification des matières dangereuses mises en oeuvre ; il s’agit du site LUBRIZOL à Rouen ; l’exploitant a produit en 2009 l’ensemble des études permettant d’arrêter la liste des phénomènes dangereux à retenir pour le PPRT et donc de proposer au préfet le lancement de la démarche d’élaboration.

     

    Présenté au dernier Conseil Municipal, le groupe Centre, Démocrates et Indépendants a préféré s'abstenir sur la délibération saisissant le Conseil Municipal sur la prescription du PPRT Lubrizol, votée pour autant par une majorité PS-PC et UMP (à l'exception de notre collègue Bruno Devaux au sein de son groupe Rouen Social et Libéral qui s'était lui aussi abstenu).

     

    S'il n'est pas question de stigmatiser Lubrizol, présent sur le site depuis de nombreuses années, respectueux de ses obligations en matière de sécurité et gros employeur de l'Agglomération, force est en effet de constater que le flou sur le périmètre d'étude du plan porte à interrogation dès lors que celui-ci colle à peu près, aux vues des documents fournis, au site occupé par l'entreprise, sans prendre en compte les effets de projections si accident il devait y avoir.

     

    Une épée de Damoclès au dessus du futur quartier Flaubert et de ses 10 000 habitants attendus, qui risque fort ici de perdre son futur label d'éco-quartier avant même de sortir de terre, et au delà l'avenir d'un futur quartier de l'agglomération qui vise à devenir le pôle majeur de Rouen sérieusement remis en question."

     

    Presque 3 ans plus tard, on voit que nos craintes étaient justement fondées.

     

    Une position à priori pas partagée par tout le monde à regarder la carte de voeux virtuelle 2013 du maire de Rouen et de l'équipe municipale qui nous invitent à venir respirer sur les quais bas de Rouen...

     

    Prémonitoire ?

     

     

     

  • Point d'étape : ouvrons le débat.

    pe.jpgCela fait maintenant 4 ans que l’actuelle majorité municipale est en exercice et administre la ville de Rouen. Et à l’heure de la présentation des bilans, le groupe Rouen Perspectives souhaitait participer au débat, afin de permettre aux Rouennais de disposer d’éléments objectifs, tangibles, de faits établis ainsi que d’une vision différente de celle du Maire et de son équipe sur ces quatre années écoulées.

     

    L’objectif est de permettre aux Rouennais de pouvoir, en toute connaissance de cause, exercer leur sens critique et ainsi estimer aussi bien les efforts réalisés depuis 4 ans que les échecs.

    Ce bilan de l’action municipale, telle que nous la percevons, ne se résume pas à une critique purement négative qui serait une caricature de l’action de notre groupe d’opposition. Notre démarche a toujours été constructive, même dans la critique , mais aussi participative, tant à l’égard de tous, comme le révèle au jour le jour nos actions sur le terrain, qu’en interne, comme le prouve notre démarche d’ouverture.

    Cette présentation n’est donc qu’une première étape. Elle a pour vocation, in fine, de proposer par la suite aux Rouennais un projet cohérent, clair, dynamique et honnête pour les années à venir. Elle montre aussi par ailleurs notre intérêt et notre suivi actif de l’action municipale.

    Ainsi, dans cet esprit constructif mais aussi franc et honnête, nous souhaitions mettre en avant les réussites et succès de la majorité mais aussi la confronter à ses échecs. Et hélas, comme le révèle la présentation qui suit, ces derniers apparaissent, de manière objective, importants.

    118 engagements majeurs ont été relevés dans le programme de 2008. Sur cette base, il apparaît dans les faits que le taux d’échec, à savoir les mesures totalement abandonnées à ce jour, s’élève à la hauteur de 53% (rouge) ; le taux des engagements réalisés partiellement et/ou de manière insatisfaisante à 22% (orange) et le taux de réussite à 25% (vert).

     

    Ce résultat était hélas prévisible dès l’année 2008.

     
    En effet, lors de la campagne des élections municipales, nous avions mis en garde contre des projets trop nombreux et parfois trop couteux. Ils nous apparaissait impératif d’être honnête envers les Rouennais, et de leur indiquer que ces « 100 projets » de Rouen Motivée, ajoutés aux investissements lancés lors du mandat précédant, aboutissaient à un défi insurmontable sauf à augmenter de façon excessive la fiscalité, d’abandonner des investissements lancés ou revenir sur des promesses de campagne plus axées sur l’importance d’un chiffre (100 projets) que sur la possibilité de leur exécution.

    Si des échecs sont manifestes, il n’en demeure pas moins que d’autres engagements ont été menés à terme et ce serait manquer d’objectivité que de ne pas reconnaître certains succès et engagements tenus.

    Nous avons souhaité, par le vecteur de cet inventaire, présenter avec un maximum de rigueur et d’objectivité, notre sentiment sur la réalité des réalisations des engagements pris par la majorité en 2008. Il n’engage que nous. Pour étayer nos appréciations, les délibérations votées en Conseil Municipal, la réalité du terrain, les échanges avec les habitants, l’information trouvée dans la presse…

    D’ici quelques jours, nous mettrons en ligne un questionnaire afin d’interroger les Rouennais sur  leur perception du degré de réalisation des promesses de Rouen Motivée dans tous les domaines déclinés dans le programme de 2008. Ils auront alors toute latitude pour exprimer leur propre sentiment car au final, c’est à eux de juger l’action menée à Rouen depuis 4 ans.



  • Mise au point.

    lepoint2057rouen3.jpgLe point titre cette semaine sur Rouen, et plus particulièrement sur "le style Valérie Fourneyron".

    Pour reprendre Sébastien Bailly sur Grand Rouen, "Valérie Fourneyron sous toutes les coutures : elle, sa garde rapprochée, ce que ces opposants pensent d'elle." Bref Valérie Fourneyron côté Rouen, côté Paris et côté Saint- briac.

    Pas seulement.

    C'est  aussi pour certains l'occasion de se voir déjà calife à la place du calife, et de s'accrocher au fauteuil comme à un os, dans un exercice solitaire dont ils n'ont pas compris que les Rouennais ne veulent plus.

    Oui, nous devons avoir "l'intelligence de ne pas gaspiller notre énergie en chamailleries, et nous concentrer dans une démarche collective", mais au service des Rouennais et pas d'un parti politique ou du nombril de celui qui s'exprime. Cette volonté existe, elle rassemble déjà des Rouennais issus de la société civile, de la Gauche moderne, du Centre et de l'UMP, sans aucune préséance, mais elle ne lui convient pas car pas assez centré sur sa personne.

    Quand on peut prétendre légitimement, comme d'autres, à briguer le suffrage universel comme potentielle tête de liste, on doit aussi "avoir l'intelligence" de respecter ceux avec qui on peut être amené à travailler, et faire preuve d'humilité, quand à ce jour la ville pour laquelle on aspire aux plus hautes charges n'a toujours pas de candidat désigné par les instances dirigeantes de son parti pour les prochaines élections législatives. C'est dire la valeur qu'on lui accorde.

    Quand on prétend gagner le tour de France, et rouler à la tête d’un peloton c'est malgré les apparences beaucoup plus exigeant que de rouler seul. Il faut être concentré, prévenant et le plus stable possible.

    Aujourd'hui, on en est loin.

    Nicolas Zuili.

  • 42.

    contenu-marque-discours-corporate.jpgIl y a peu, nous avions jugé bon de relayer ici, un appel de l'Association Kalaweit à aider à sauvegarder des hectares de forêt primaire à Sumatra, afin de préserver la biodiversité, dans un pays où les plantations de palmiers à huile sont légion, par une demande accrue des grandes sociétés agro-alimentaires mondiales qui trouvent là un approvisionnement à bon compte, peu propice à la santé, mais surtout loin des yeux des consommateurs que nous sommes.

    Celui-ci aurait pu passer inaperçu, s'il n'y avait eu en parallèle, mise en avant, l'association de Rouen et de son Palais des Sports, avec l'une de ces entreprises, pointée du doigt par un organisme internationalement reconnu comme le WWF, comme pouvant mieux faire en terme d'approvisionnement dans l'élaboration de ses produits.

    Étonnant de voir comme ceux qui sont aujourd'hui aux commandes s'accomodent et recherchent les oboles de grandes entreprises pour financer leur politique locale, quand ailleurs, nationalement, il ne cessent de vilipender une France vendue à ces mêmes entreprises. Étrange reprise d'un système d'indulgences mis en place par l'église catholique au Moyen-Âge et qui nous aura donné la Tour de Beurre, et qui aujourd'hui nous permet d'obtenir une oeuvre d'Art dédiée à Aimé Cesaire, un futur Centre de Congrés, une Arène sportive..., un repas pour les défavorisés ou des douceurs dans le colis de fin d'année de nos anciens....

    Que n'aurait-on pas entendu, si l'équipe municipale précédente, en avait osé le dizième ? Ville bradée, renoncement du politique et faillite d'un service public vendu "aux puissances de l'argent". Un discours rodé, huilé, comme ceux que l'on entend aujourd'hui à l'approche de campagnes présidentielle et législative, mais étonnament passé sous silence une fois quitté l'Assemblée pour retrouver les lambris feutrés de l'Hôtel de Ville.

    Si pour notre part, nous sommes conscients que dans un contexte financier difficile, la puissance publique ne peut pas tout, nous ne souhaitons pas la voir muselée par un recours systématique de bouclage de fin de mois de projets municipaux non financés par de l'argent public par appel au privé.

    Participer financièrement à des manifestations, des expositions, pratiquer le mécénat et montrer là un engagement citoyen dans la vie de la Cité est une chose, mais perdre sa liberté de parole pour service rendu et peur de voir se fermer le robinet du sponsoring n'est pas acceptable.

    C'est ce que nous avons voulu dire en nous engageant sur la sauvegarde d'un hectare de forêt à Sumatra ; une action symbolique, qui peut paraître éloignée des attentes des Rouennais, notamment des plus défavorisés, et que le Maire de Rouen, droit dans ses bottes, aura qualifié de "coup politicien", quand il s'agit pour nous de parler conviction et action publique.

    Une action symbolique qui aura eu le soutien financier de 42 Rouennais, et au delà de messages de soutien et de sympathie de nombreux autres qui ne se reconnaissent pas dans cette orientation prise par le Maire de Rouen et son équipe et qui ont tenu à nous le faire savoir.