Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élections cantonales

  • Faire de la politique autrement.

     

    Cyrille Grenot est pharmacien à la Lombardie, sur les Hauts de Rouen.

    Centriste engagé, marqué par des valeurs humanistes et républicaines, attaché à la justice sociale et au respect des droits et des devoirs, Cyrille Grenot a choisi de s'investir en politique, et son score électoral sur le Châtelet et la Lombardie montre combien ses habitants reconnaissent son action à leur service, comme ce fut aussi le cas avec Richard PICOT avant lui.

    France 3 vient de réaliser un reportage sur lui, fort intéressant. L'occasion pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore de découvrir quelqu'un sur lequel les Rouennais peuvent compter.

  • Faut-il rendre le vote obligatoire ?

    002.jpg"Il y a deux choses à faire: comptabiliser les votes blancs. Je suis pour, aussi, que l'on rende le vote obligatoire. Le vote n'est pas simplement un droit, c'est un devoir".

    C'est ce que Laurent Fabius a déclaré aujourd'hui sur BFMTV/RMC. Il s'est dit favorable à l'instauration du vote obligatoire au lendemain du second tour des cantonales marqué par un taux d'abstention-record.

    Une position courageuse, et que pour beaucoup d'entre nous, nous partageons.

    Ceci dit, le Parti Socialiste est aussi pour le non cumul des mandats, et aux vues des résultats d'hier sur Rouen, on se dit qu'à RouenSocialiste, les promesses n'engagent vraiment que ceux qui les écoutent !

     

  • Cantonales 2011 : Premières réactions.

    rouen-referencement.jpgLes urnes ont parlé : les candidats socialistes raflent la mise en portant 4 des leurs dans les quatre cantons renouvelables où ils étaient d'ailleurs sortants.

    Une victoire dans un contexte de très forte abstention, comme au premier tour, et qui doit nous interpeller car elle démontre que nous n’avons pas su collectivement, Droite, Centre et Gauche, mobiliser suffisamment nos concitoyens. Pour mémoire en 1994, qui est la dernière fois ou les élections cantonales étaient couplées avec une autre élection, le taux d’abstention au premier tour était de 50,9%, il est de 55,68% cette année. A travers ce chiffre, c'est notre démocratie qui en sort affaiblie.

    Le Front National qui faisait l'objet d'une finale sur le sixième canton est battu. Les forts chiffres de premier tour relèvent plus d'un signal de nos concitoyens qui ont le sentiment que les responsables politiques ne répondent pas à leurs préoccupations que d'une véritable adhésion aux thèses du Front National. Avoir fait de Marine Le Pen l’alpha et l’oméga de la vie publique n'a fait qu’accentuer le phénomène au détriment d’un véritable recentrage sur le débat et les enjeux locaux mis à l'écart durant cette campagne. Les projets portés par les candidats centristes pour les territoires n'ont pu faire l'objet de débats sereins, la gauche n’ayant eu de cesse de nationaliser aussi le débat comme lors des élections régionales en 2010. Pour autant, Face aux duels Front National /PS, la clarté du message que nous avons affiché au Centre à faire barrage au FN,  a tranché avec l’ambiguïté du « ni-ni » de l’UMP.

    A Rouen, la victoire des candidats du parti Socialiste ne saurait signifier un quitus pour la gestion municipale de Valérie Fourneyron et de son équipe Rouen Motivée. Une réalité qui doit s'imposer, les chiffres recueillis par les candidats socialistes au premier tour sur les cantons rouennais sont presque deux fois inférieurs à ce qu'ils étaient lors des élections cantonales précédentes.

    Pour autant, les candidats du Centre et de l'UMP, victimes d’un contexte national particulièrement difficile et d’une campagne que, malheureusement, tant la gauche que le Front National n’ont eu de cesse d’éloigner du débat local, ont aussi dû faire face à Rouen, à la division affichée dès le premier tour.

    Nous devons en tirer les conséquences et répondre à la demande d'union voulue par nos concitoyens. L'heure n'est plus à se compter, mais à faire équipe, dans un total respect réciproque de nos sensibilités.

    Le chemin sera long vers la reconquête de la Ville et les résultats sont sans appel : seule l'union de la droite républicaine et du centre avec l'adhésion de la société civile pourra permettre l'alternance. Nous devons mettre toute notre énergie à construire ensemble un projet pour et avec nos concitoyens.

    D’ici à 3 ans, date à laquelle auront lieu tant les élections municipales que territoriales, nous restons très mobilisés pour construire, avec nos partenaires, un projet qui réponde aux attentes des Rouennais et des habitants du Département.

     

  • Cantonales 2011 : les résultats à Rouen.

    images.jpegCanton n°4
    Mme. DUTARTE Caroline (PS) : 1475 voix, soit 65,64%
    M. MENGUY Edgar (UMP) : 772 voix, soit 34.36%

    Taux d'abstention : 57,65%


    Canton n°5
    M. Jean-François BURES (UMP) : 1248 voix, soit 44.26%
    Mme. Christine RAMBAUD (PS) : 1572 voix, soit 55.74%

    Taux d'abstention : 60,43%


    Canton n°6
    M. PALUTEAU Bruno (FN) : 1293 voix, soit 27.56%
    M. DIALLO Mamadou (PS) : 3399 voix, soit 72.44%

    Taux d'abstention : 58,05%


    Canton n°7
    M. BEREGOVOY Jean-Michel (EELV) : 1158 voix, soit 46,79%
    M. DELESQUE Ludovic (PS) : 1317 voix, soit 53,21%

    Taux d'abstention : 60,96%


  • Fermeture temporaire de RouenPerspectives en raison d'élections.

    a70votez.jpg

     

    En vertu du deuxième alinéa de l’article L. 49 du Code électoral :
    "A partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de diffuser ou de faire diffuser par tout moyen de communication audiovisuelle tout message ayant le caractère de propagande électorale",

    Rouen Perspectives ferme temporairement jusqu'à dimanche soir 20 heures.

    Les commentaires sont toujours possibles mais ne seront mis en ligne qu'à l'issue du premier tour, les résultats connus.

    A dimanche.

    Bon vote !

  • Ton Libre.

    pht-des-commentateurs-in-tl-240311.jpgHier jeudi 24 mars, Stéphane-Emmanuel Raynaud de Fitte a consacré son emission sur HDR "Ton Libre"  aux élections cantonales.

    Plusieurs commentateurs, non-candidats, avaient été invités pour commenter ces élections et livrer leur analyse entre les deux tours.

    Y participaient Cyrille MOREAU (majorité municipale, Président du groupe des élus EELV à la CREA) pour EELV, Nicolas ZUILI (groupe Centre, Démocrates & Indépendants - opposition municipale), Jack DUVAL (Groupe UMP-Réussir ensemble) pour l’UMP et un jeune militant socialiste du canton de Mont-Saint-Aignan/Déville-lès-Rouen, Alexandre RIOU.

    Pour ré-écouter l'émission, c'est par ici.

     

    source : http://stradefibis.wordpress.com

  • Cantonales 2011 : fin de campagne de deuxième tour.

    Cesar_mort_detail.jpgTriste fin de campagne à l'échéance d'une élection qui vise pourtant à donner un visage humain à l'institution départementale qui accompagne chacun d'entre nous dans la vie de tous les jours.

    A droite d'abord, quand certains de l'UMP n'arrivent toujours pas à prendre position et dire clairement leur refus de l'extrème droite.

    A gauche ensuite, quand le Parti Socialiste à Rouen affiche haut et fort le soutien de l'ancien conseiller général du 7e canton à la santé fragile et à qui l'on fait prendre position pour le candidat de son parti contre celui d'Europe Ecologie -Les Verts.

    Le chef de cabinet de la mairie de Grand Quevilly contre son propre fils. La décence aurait voulu que l'on prenne du retrait par rapport à ce qui ressemble à une tragédie grecque, mais la conquête du pouvoir absolu ne s'embarrasse pas d'un minimum de respect ou de pudeur ni de valeurs filiales.

    La victoire coûte que coûte, et peu importe l'éthique. Le père a tué le fils, c'est sans doute cela que l'on retiendra. Comble de l'ironie, c'est que peut-être que demain, il reviendra s'assoir sur les bancs municipaux auprès de ceux qui en sont les instigateurs, à travailler ensemble, comme si rien ne s'était passé, au nom d'une sacro sainte politique de Gauche.

    A ce jour, Ludovic Delesque n'a toujours pas reçu le soutien de François Mitterrand, mais ça ne saurait tarder.