Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FN

  • Front National : quand le naturel revient au galop.

    1606_immigration_marine_le_pen_front_national_inside.jpgChassez le naturel, il revient au galop.

     

    Le discours officiel se veut policé. Le Front National, depuis la présidence de Marine Le Pen, n'a de cesse à nous dire qu'il n'a plus rien à voir avec celui que dirigeait son prédécesseur, celle-ci apparaissant bien plus modérée que son père. Et pourtant.

     

    il y aura eu les propos d'Anne-Sophie Leclere contre la Ministre de la Justice. Puis les références à l'occupation du très jeune (20 ans) candidat d'extrême-droite aux municipales à Rixheim, dans le Haut-Rhin, qui sur son compte Twitter, montrera du doigt les étrangers, demandeurs d'asile, sans-papiers se rendant en préfecture pour régulariser leur séjour, pour obtenir des "ausweise". Puis encore le cas de François Chatelin, 28 ans, candidat FN à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord qui sur sa page Facebook, avait posté une photo d'un drapeau israélien en flammes, accompagné de ce commentaire : "ici, c'est la France". Certes, trois candidats exclus, mais associé aux départs de personnes qui avaient franchi le pas d'une adhésion au Rassemblement bleu marine, pour cause de trop grande radicalité, l'image de la normalité et du policé dans le paysage politique s'en trouve un peu écornée.

     

    A Rouen, sous des propos certes moins virulents, le candidat du Front National nous aura accusé la semaine dernière au travers d'un communiqué de presse, d'avoir voté une motion d'urgence déposée par nos collègues EELV au dernier conseil municipal sur l’hébergement d’urgence. Pour Guillaume Pennelle, "l'hébergement d’urgence est devenu une véritable pompe aspirante de l’immigration illégale.
    Le Front national rappelle que les clandestins sont arrivés en France en toute illégalité et qu’ils ont vocation à être expulsé du territoire. Les places d’urgence et l’aide sociale doivent être attribuées  prioritairement aux Français SDF ! La liste Rouen Bleu Marine est la seule à vouloir supprimer toutes les  formes d’aides aux immigrés clandestins."

     

    Et revoilà les vieux démons ressortis du placard. Mais à part remettre sur le tapis la sempiternelle peur de l'étranger qui viendrait abuser du système français, le candidat à la Mairie de Rouen connait-il seulement le sujet. Vraisemblablement pas.

     

    A Rouen, l'hébergement d'urgence, c'est environ 99 lits au foyer de l'Abbé Bazire, et 20 lits dédiés aux femmes et aux enfants au foyer féminin de l'OHN. Des structures qui n'existent malheureusement que sur la seule ville centre quand il en faudrait sur l'ensemble du territoire de l'agglomération, et qui se révèlent nettement insuffisantes du fait de l'augmentation de la précarité. Le gymnase Graindor est mis à disposition pour accueillir la nuit, les personnes sans solution d'hébergement, lorsque le plan grand froid est enclenché par la Préfecture. Des bénévoles de la Croix Rouge et des salariés des centres d'hébergement assurent l'encadrement.

     

    Nous invitons Monsieur Pennelle à déjà lire le contenu de cette motion, à un peu plus sortir de sa salle de cours, et d'aller à la rencontre de ces établissements, comme des éducateurs, des équipes du 115 et surtout des personnes actuellement dans la rue, et qui ne pourront accéder à l'hébergement d'urgence qu'une nuit sur quatre, par manque de lits. Nous lui rappellerons également que l'accueil d'urgence est réglementé par la loi, et que donc lui potentiellement maire, sera tenu de le faire appliquer sans distinction, sa formation politique n'étant pas en mesure à ce jour de modifier cette loi.

     

    Et au delà de la loi, du SDF français ou étranger qu'il ne quantifie pas, une question au professeur d'histoire et de géographie de l'enseignement catholique qui sur d'autres sujets place l'enfant et la famille au centre de son programme : devenu Maire, Monsieur Pennelle irait-il refuser un hébergement d'urgence à une famille étrangère et donc à des enfants en les laissant à la rue ?

     

    Par le vote unanime de cette motion au dernier conseil municipal, les élus que nous sommes ont clairement affiché leur réponse. Nous attendons qu'au delà de slogans populistes, il exprime clairement la sienne.

  • La stratégie du front.

    article_bulletin-fn.jpg

    Les propos sont d'un ancien ministre et choquent :

     

    Lors d'une réunion publique à Nice, François Fillon affirme: «Aux élections municipales, plus que dans toute autre élection, j'affirme que les électeurs sont bien placés pour juger, évaluer, choisir le plus compétent des candidats, et repousser par eux-mêmes et en conscience ceux qui sont sectaires», en précisant que frontistes et socialistes pouvaient faire partie de cette catégorie. «Eh bien oui, le combat contre le sectarisme passe aussi par le Parti socialiste, qui, notamment, doit s'interroger sur ses relations avec l'extrême gauche avant de donner des leçons aux autres.»

     

    Des propos qui auront en écho ceux tenus ce week-end à Marseille par la présidente du front national, savant mélange comme à l'accoutumée, de populisme, de xénophobie et de racisme.

     

    Pour ceux qui auraient des doutes, aucune proposition du FN, notamment celles déclinées encore aujourd'hui par Marine Le Pen ne correspond à nos valeurs, ni de près, ni de loin : augmentation de la dépense publique, sortie de l’euro, fermeture des frontières, le Français et l'Etranger... Ce parti joue avec les peurs et mène à l'impasse.

     

    Alors que se profilent les prochaines échéances municipales, et qu'une liste FN devrait être présente à Rouen, une "Charte d’action municipale au service du peuple français" qui encadre les éventuelles alliances en 2014, visant à tendre la main à tous les partis ou responsables politiques pour accéder aux mairies est mise en avant par les responsables frontistes.

     

    Pour ceux qui seraient tentés, simples électeurs ou responsables politiques locaux, alors que le risque d'avoir une extrême droite en passe de jouer les arbitres et rentrer à l'Assemblée Municipale est d'autant plus grand que nous partirions divisés, il est bon de rappeler que toutes les villes qui ont été gérées par le front national ont connu au final un endettement démentiel et des affaires judiciaires qui ont conduit leurs maires en correctionnelle. Vitrolles, Marignane, Toulon et Orange, «  villes expérimentales » des méthodes à élargir au pays tout entier ont surtout montré leurs limites en matière de finances, d'emploi, de social, de culture, de sécurité, de démocratie,  de droits des travailleurs et respect des lois de la République.

     

    Plus : il y a au moins deux raisons essentielles pour refuser toute alliance avec le FN : une raison morale, car les références idéologiques de ce parti ne sont pas les nôtres et une raison programmatique, car sur bien des points, les proposition de ce parti sont en totale contradiction avec les nôtres.

     

    On ne peut invoquer "le sectarisme" de quiconque pour prétendre le contraire. Franchir le gué, c'est abattre ses idéaux, ce pour quoi on se bat, et quelque part un peu vendre son âme. Alors au nom de tout cela, n'en déplaise à un ancien premier ministre, ou à d'autres ici et là, au delà d'un simple front républicain, nous seront encore nombreux à faire cette différence et à prendre nos responsabilités.

     

    Nicolas ZUILI

    Bruno DEVAUX