Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humour

  • Attention à ne pas tomber dans le panneau !

    DSC05600.JPGA Rouen on n'a (presque) plus d'argent pour refaire la voirie, mais on a des idées !

     

    Dernière en date, l'installation de panneaux "attention, trous en formation", dont on ne sait pas s'il s'agit là plus des finances de la ville ou de ceux que l'on peine à combler sur nos 250 kilomètres de voirie.

     

    Des panneaux qui viendront donc s'additionner aux trop nombreux déjà existant sur le territoire communal, quand Les normes et la réglementation en la matière, c'est 6 panneaux maximum. A Rouen, on ne compte pas. On peut aller jusqu'à 8 ou 9 panneaux.

     

    A l'heure où l'on parle de pollution visuelle et que les déboulonneurs s'attaquent aux panneaux publicitaires, il serait peut-être temps aussi de s'interroger sur leur intégration en ville.

     

  • Quand inscrire son enfant à une activité sportive ou culturelle à Rouen s'apparente à un concert de Mylène Farmer.

    3067034767_1_3_wE0yXvqQ.jpgDébut d'année scolaire oblige, c'est aussi depuis la rentrée, les réinscriptions pour pratiquer un sport ou une activité culturelle dispensés par les services de la Ville.

     

    Pour la piscine, ce sera donc dès ce matin samedi 21 septembre, dès 8H30, avec comme à l'accoutumée déjà une longue file d'attente que ceux qui arriveront à 8H30 auront la surprise de trouver croyant pourtant être à l'heure. Pèle-mêle, parents venant inscrire leur enfant, nageurs plus ou moins confirmés en recherche de perfectionnement ou d'entrainements encadrés, amateurs d'aquagym...

     

    Une attente "style concert", où chacun devra s'armer de patience pour pouvoir obtenir au bout de 3 à 4 heures, un précieux sésame donnant droit aux cours comme on voudrait obtenir la meilleure place pour être au plus près de la scène. On en verra même certains arriver avec chaises et tabourets, histoire de passer le temps. Qu'on se rassure pour autant, aucune tente à l'horizon.

     

    Plus sérieusement, à l'heure du numérique, du développement d'internet, et du développement des services en ligne, et au nom de la proximité, ne serait-il pas temps de repenser d'une manière moderne l'accueil et les inscriptions ? Si l'on peut comprendre qu'il faille donner sa chance de pouvoir y accéder à chacun, on oublie aussi un peu que tout ce temps perdu à l'attente, c'est aussi du temps en moins pour être en famille, et une gestion difficile que l'on impose aux équipes municipales, qui sont déjà en sous effectif (il manque un maître nageur sur Boissière et deux agents d'entretien sur l'ensemble des piscines), quant au delà du net, on pourrait aussi gérer ces inscriptions au sein des équipements en fonction des possibilités et de la demande, mais aussi du fait que chaque année, on ait affaire au même public, et qu'on se réinscrive, notamment pour les cours des plus petits.

     

    Surprise pourtant cette année : au delà des tarifs qui cette année ont sérieusement augmenté, aucun dégrèvement de prévu pour les sans emplois, ni pour les familles nombreuses ou pour les séniors. A l'heure où le sport est considéré comme un moyen de préserver sa santé, la bévue fait un peu tâche et pas très sociale.

     

    Pour terminer, la cerise sur le gâteau sera attribuée cette année à la piscine du Boulingrin, dont on sait qu'elle devrait être fermée au moins deux mois pour travaux, et pour laquelle on parle d'une réouverture et d'un début des cours à début janvier ! Le personnel, lui même désabusé, essaie malgré tout de faire passer la pilule.

     

    Ne cherchez pas à comprendre ! Avancez !

  • Rois et Reines.

    YR21.jpgAu delà de la petite histoire de France qui fait qu'un jour de janvier on débaptise un salon de l'Hôtel de Ville portant le nom d'un roi pour le rebaptiser salon République afin d'afficher haut et fort des galons de gauche révolutionnaire sans pour autant heureusement couper des têtes, la Gauche rouennaise, qu'on le veuille ou non, n'aime à priori pas les têtes couronnées.

     

    On en trouvera un autre exemple dans l'organisation des Reines de Rouen, menée de main de maître par la petite fille d'Ernest Anne, qui chaque année au travers d'un concours et d'une soirée de gala donne le temps d'une année une nouvelle reine à Rouen. Si l'on voulait être taquin, on ferait remarquer aux plus sceptiques que c'est pourtant toutefois plus démocratique et innovant qu'un Maire que l'on retrouve tous les 6 ans, ou cet exercice de droit divin que d'autres essaient de s'octroyer en plaçant ici et leur descendance....

     

    La mairie de Rouen snobe donc ses reines : dégradant pour l'image de la femme pour l'adjointe communiste, et insuffisamment régenté par la municipalité et donc qui lui échappe pour les édiles socialistes.

     

    Malgré tout cela, la manifestation attire, et l'équipe de Mademoiselle Evênement continue à engranger des partisans. Et la prochaine édition est pour bientôt.

     

    Le casting aura lieu le samedi 14 Septembre 2013 à 11h00 aux Galeries Lafayette de Rouen.
    On rappellera que les jeunes femmes souhaitant postuler doivent être âgées au minimum de 17 ans et au maximum de 23 ans et habiter dans l'agglomération Rouennaise ( on se fiera aux communes de la CREA). Hormis ces deux critères, aucun autre n'est requis. Le casting durera toute la journée et devrait prendre fin aux alentours de 17h. Des entretiens individuels seront menés auprès des candidates, avec séance photo et défilé.. La future Reine de Rouen ne doit pas être un mannequin, bien au contraire, mais une jeune femme dynamique, disponible et motivée à représenter notre ville.

    Alors vive la future Reine !

  • Carmadanaval...

    090222binche2.jpgPour la première fois depuis vingt ans, pas de déguisements ni de confettis en mars pour les enfants dans les rues de Rouen cette année, pour cause officielle d'Armada.

     

    Avis aux parents : les bambins Rouennais seront invités à défiler le 12 juin : pas de costumes de  princesses, de chevalier ou superhéros masqués mais uniquement de petits pirates (et pas même une sirène !) ..et un parcours bien précis : le défilé partira de l'espace H2O, sur les quais rive droite, à 14 h 30. Il passera devant le Théâtre des arts, où les enfants le rejoindront, accompagnés d'une fanfare de carnaval. Il remontera la rue Jeanne-d'Arc, puis empruntera la rue Lecanuet à destination des jardins de l'hôtel de Ville. Là aura lieu un grand goûter, comme pour les précédentes éditions, mais pour un public plus restreint que d'ordinaire. « Le carnaval concernera uniquement les enfants des centres de loisirs » annonce-t-on au cabinet du maire.

     

    Exit, donc, les enfants des écoles, des crèches ou même accompagnés de leurs parents, le populaire et le festif ont leurs limites ! Le cabinet n'évoquera donc pas le cas de ceux, qui ne rentrant pas dans la case "centre de loisirs" voudront tout de même participer à la fête : seront ils refoulés aux portes des Jardins de l'Hôtel de Ville, ou simplement condamnés à regarder leurs petits camarades déguster le fameux goûter dont on ignore s'il sera sponsorisé par une de nos marques fétiches à laquelle on fait souvent appel pour sponsoriser nos Palais des Sports, oeuvre d'art contemporaine ou manifestation caritative ? Aux noms de l'égalité et du festif, la décison a de quoi surprendre.

     

    On rappellera que d'ordinaire, le carnaval débute à l'Épiphanie (le 6 janvier), date qui marque la fin des fêtes de Noël et s'arrête le mardi gras, veille du début de la période de carême. Après 2012 et son slogan "le changement c'est maintenant", la municipalité Rouennaise reprend donc le slogan à son compte et le décline à tour de bras : le carnaval ce sera le 12 juin !

     

    Après tout on a bien eu de la neige à dix jours du Printemps, alors...

  • Billet de fin du monde.

    BUGARACH.jpg

     

  • Aidez les députés et sénateurs PS à ne plus cumuler les mandats !

    pic.jpgRue89 lance son Cumuloscope pour encourager députés et sénateurs socialistes à quitter leurs mandats locaux comme ils s’y sont engagés. Date limite : le 1er octobre.

    A ce jour, 234 parlementaires socialistes – 152 députés, 82 sénateurs – ne respecteraient toujours pas la règle de non-cumul des mandats imposée par leur parti. Avec son Cumuloscope, Rue 89 a décidé de les recenser en temps réel... et de nous aider à les motiver, en les interpellant directement.

    Sur notre agglomération sont concernés Guillaume Bachelay, Christophe bouillon, Luce Pane, Marc Massion et Pierre Léautey.

    Sur le département de Seine Maritime, on retrouve également Alain Le Vern, Dominique Chauvel, Estelle Grelier.

    Dans l'Eure : Jean Louis Destans.

    Le 28 août, Martine Aubry leur a écrit pour leur rappeler une règle adoptée dès... 2010, et à appliquer dans les trois mois suivant les législatives de juin 2012.

    Selon cet engagement, les parlementaires socialistes ne peuvent plus exercer de mandat exécutif local. Ce qui leur interdit d’occuper un siège :

    de président ou vice-président d’un conseil régional ;
    de président ou vice-président d’un conseil général ;
    maire ou adjoint au maire ;
    président ou vice-président d’une intercommunalité, des mandats ne figurant pas dans la loi aujourd’hui en vigueur.

    Selon cet engagement, les parlementaires socialistes ne peuvent plus exercer de mandat exécutif local. Ce qui leur interdit d’occuper un siège :

    Les parlementaires peuvent conserver un simple mandat de conseiller régional, général ou municipal. Mais finis, par exemple, les tours de passe-passe qui permettaient à un député de renoncer à son siège de maire, et de récupérer autant de pouvoir en se faisant élire président de la communauté d’agglomération...

    Le Cumuloscope est remis à jour en temps réel – et rue 89 compte sur les internautes pour les y aider.

    Avec le Cumuloscope, on peut aussi interpeller directement son député ou son sénateur cumulard. En lui écrivant sur Facebook ou à son adresse e-mail, ou en lui envoyant automatiquement un message sur Twitter.

    Alors à vous de jouer:)


  • Petites phrases.

    225__fr__ma__rodin-le-penseur.jpg

     

    Le candidat socialiste François Hollande a publié il y a quelques semaines, un livre ("Changer de destin (Robert Laffont 2012), mêlant à la fois autobiographie et programme. Peut-être dopé par les jeux de mots de Guillaume Bachelay, il ne se prive pas de faire tourner la machine à petites phrases contre ses adversaires en pleine campagne présidentielle et pointant François Bayrou, il ironise : "Un centriste assis entre deux chaises ira toujours moins loin qu'un socialiste qui marche."

    Certes, mais au candidat président, on répondra avec humour cette phrase de Michel Audiard qu'"un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche." (Un taxi pour Tobrouk-1960).