Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Medecine

  • Ce week-end à Rouen, on pense Téléthon !

    Affiche_Telethon_2013_CC.jpgToute une vie suspendue aux progrès de la recherche et à la découverte de médicaments. Depuis 1987, le Téléthon c'est d'abord des victoires scientifiques, qui permettent de mettre un nom sur des maladies et des essais thérapeutiques innovants conduits avec succès, et surtout des victoires médicales qui ont permis de gagner quinze ans sur l'espérance de vie des malades.

     

    C'est beaucoup et si peu à la fois quand on parle d'enfants.

     

    D'autres victoires encore sont à gagner. L'AFM-Téléthon finance 300 programmes de recherche fondamentale, et 34 essais chez l'homme pour 26 maladies différentes pour des maladies rares. Mais pas que. À partir des maladies rares, on développe des thérapeutiques pour des maladies plus fréquentes. C'est l'exemple de la progeria, une maladie rarissime qui sert pour l'étude du vieillissement et des maladies induites par le vieillissement. C'est aussi celui de l'amaurose de Leber, une maladie de la vision qui sert de modèle à la DMLA, grace à la mise en place du Généthon, une usine à gènes qui pour le coup est devenue l'un des bras armés de l'AFM-Téléthon.


    Sans le Téléthon, tout cela n'aurait pas été possible, et sans Téléthon aussi, tout cela s'arrête.

    A Rouen, le 27ème Téléthon démarre ce soir à 18h30 à l'Espace du Palais. Toujours porté à bout de bras par Georges Salinas et son équipe, auxquels nous tenons à rendre hommage, le Village téléthon s'installe à l'Espace du Palais pendant deux jours avec les étudiants en médecine, pharmacie, kinésitherapie, sages-femmes, orthophonie, les 3 grandes écoles du campus St Marc, des étudiants de Néoma Business school ainsi que d'autres partenaires et associations.... L'occasion d'aller à la rencontre des bénévoles sans qui rien ne seraient possible. Rendez-vous donc ce soir. Pour notre part, nous y serons. Et on vous y attend très nombreux !

     

    Pour effectuer un don, plusieurs moyens s'offrent à nous. Le classique numéro d'appel 36 37 sera mis en service durant les deux jours de la manifestation. Après avoir téléphoné à la plate-forme, une promesse de don sera envoyée. Cependant, elle n'engage à rien : on peut toujours se rétracter et ne pas donner suite à son premier engagement. Si notre position n'a cependant pas changé, il  suffira de retourner ce formulaire accompagné d'un chèque du montant choisi à l'AFM.

    Donner sur Internet est également possible : pour cela, rendez-vous sur le site www.telethon.fr en se munissant de sa carte bancaire, ou même grâce à son smartphone. Autres options de paiement : l'envoi direct d'un chèque à l'ordre de l'AMF ou encore le don sur une des animations qui se dérouleront dans toute la France le 6 et 7 décembre 2013. Tout don donne droit à une réduction d'impôt de 66% du montant versé à l'association.

  • Non aujourd'hui Valerie Fourneyron n'a pas inauguré une clinique vétérinaire.

    cabinet-dentiste-moderne.jpgVéritable pilier du CHU de Rouen sur la rive gauche, l'hôpital Saint Julien s'est enrichi depuis septembre d'un nouveau service par la création d'un centre d'odontologie où des étudiants lillois de 5e et 6e année en chirurgie dentaire (à cette heure ils sont au nombre de six) viendront se former.

    Une chance pour Rouen et la Haute-Normandie, où le nombre de praticiens ne cesse d'être en chute libre, à l'instar d'autres professions médicales, sans arriver jusqu'ici à renverser la tendance, sauf à imaginer un jour que la dernière proposition socialiste en matière de santé publique viendrait à se concrétiser, ce qu'en élu responsable on ne saurait imaginer.

    L'idée de faire venir des étudiants en chirurgie dentaire à Rouen n'est pas nouvelle, puisque déjà en 2004, nous proposions avec Hervé Morin la création d'une faculté de chirurgie dentaire, idée balayée à l'époque par Alain Le Vern et Valérie Fourneyron, car jugée non utile.

    Gérard Ducable, pour le groupe centriste à la Région, face à une situation critique, fera pour autant voter en cours de mandat une Motion votée à l'unanimité des groupes politiques, demandant à l'Etat la création d'une structure de formation locale.

    C'est grâce à l'action conjuguée des syndicats professionnels, de l'Ordre Régional des Chirurgiens-dentistes en la personne de son President Alain Duret, du chef de service du service de stomatologie le Professeur Peron, du doyen de la Faculté de Médecine et Pharmacie de Rouen le Professeur Pierre Fréger, et tout particulièrement du Conseiller General socialiste Eric de Falco, que ce centre a pu voir le jour, financé par la Région.

    Un centre de formation flambant neuf dont on ne peux que se féliciter, mais qui ne suffira pas à fixer les professionnels sur la Région, s'il n'est pas accompagné, comme pour les étudiants en médecine, de la création d'une bourse le temps des études, contre un engagement à se fixer durant 5 ans sur le territoire haut-normand.

  • Lutte contre le sida, édition 2011.

    affiche-jms.jpg«Objectif: zéro», c'est le thème de la Journée mondiale du sida 2011 se référant aux objectifs de la stratégie de l’ONUSIDA 2011-2015: «Zéro nouvelle infection au VIH. Zéro discrimination. Zéro décès dû au sida.»

    Soutenue par les Nations Unies, la campagne «Objectif: zéro» se poursuivra jusqu’en 2015 et prolonge la réussite de l’initiative «Coup de projecteur sur les droits» menée l’an dernier à cette même date en abordant une série de problèmes vitaux identifiés par les principales populations affectées.

    La riposte globale au VIH est à un moment charnière: les grandes avancées sont sérieusement menacées et les approches actuelles ont atteint leurs limites. Un tiers seulement des 15 millions de personnes vivant avec le VIH qui ont besoin d’un traitement au long cours le reçoivent effectivement. Les nouvelles infections continuent de dépasser le nombre de personnes qui entament leur traitement, alors que la progression des ressources mobilisées a subi un fort ralentissement une année marquée par la crise économique.

    «Zéro nouvelle infection au VIH» et «Zéro discrimination» sont deux objectifs susceptibles l’un comme l’autre de déclencher des événements marquants, qu’il s’agisse d’actions de vigilance communautaire à petite échelle ou de grands événements nationaux. Grâce à ce symbole universellement reconnu du zéro, un coup de projecteur permettra de donner aux questions de vie et de mort l’attention qu’elles méritent.

    A compter du 1er décembre 2011 et jusqu’en 2015, il est prévu que les différentes régions et populations du monde choisissent chaque année le ou les objectifs zéro qui sont les plus adaptés à leur situation locale.

    La décision de s’aligner sur l’objectif du millénaire pour le développement de l’«Objectif: zéro» est le fruit de consultations approfondies avec les personnes vivant avec le VIH, les militants de la santé et la société civile au sens large – plus d’une centaine d’organisations au total.

    La vision qui est au cœur de la Journée mondiale du sida pour cette année et au-delà est une source d’inspiration mais le chemin pour y parvenir passe par des étapes concrètes.

    10 objectifs pour 2015 :

    • Réduire de moitié la transmission du VIH par voie sexuelle.
    • Éliminer la transmission verticale du VIH et réduire de moitié la mortalité maternelle liée au sida
    • Empêcher toute nouvelle infection au VIH parmi les consommateurs de drogues
    • Assurer l’accès universel aux thérapies antirétrovirales pour les personnes vivant avec le VIH admissibles au traitement
    • Réduire de moitié le nombre des décès dus à la tuberculose parmi les personnes vivant avec le VIH
    • Prendre en compte les personnes vivant avec le VIH et les familles affectées par le virus dans toutes les stratégies nationales de protection sociale et leur assurer les soins fondamentaux et le soutien
    • Réduire de moitié le nombre des pays dotés de lois et de pratiques punitives à l’égard de la transmission du VIH, du travail du sexe, de la consommation de drogues ou de l’homosexualité
    • Abroger les restrictions à l’entrée et au séjour liées au VIH dans la moitié des pays qui en sont dotés
    • Répondre aux besoins des femmes et des filles liés au VIH dans la moitié des ripostes nationales au VIH
    • Zéro tolérance pour la violence sexiste

    A Rouen, pour cette journée du 1er Décembre, la liste des manifestations est consultable ici

  • Le CHU de Rouen à l'honneur.

    orig_coeur_de_punaises.jpgAu CHU de Rouen, le coeur fait des progrès tous les jours.

    Après la bioprothèse aortique implantée par voie percutanée développée dans le service du Professeur Alain Cribier, technique peu invasive, simple et sécurisante qui met fin à une chirurgie lourde, coûteuse et risquée, notamment pour des patients considérés jusqu'ici comme inopérables, et depuis le début de l'année prise en charge par l'Assurance maladie, c'est aujourd'hui une nouvelle génération de pacemaker qui fait ses preuves.

    Le CHU-Hôpitaux de Rouen est le premier hôpital en France à avoir testé la nouvelle génération de stimulateurs cardiaques (pacemakers) compatibles IRM.

    L'étude a été menée conjointement par les services de cardiologie (Pr Frédéric Anselme) et d'imagerie médicale (Pr Jean-Nicolas Dacher) du CHU-Hôpitaux de Rouen, en collaboration avec la société Medtronic. 17% des patients à qui l'on pose un stimulateur cardiaque auront besoin de passer une IRM dans l'année. Pourtant, il ne pourront pas en bénéficier car le champ magnétique de l'IRM dérègle les stimulateurs cardiaques et peut entrainer des malaises, des complications graves, voir dans de très rares cas un décès.

    Ces 10 dernières années, l'IRM est devenue un outil d'imagerie de plus en plus fréquent dans de nombreuses pathologies. Elle permet d'établir un diagnostic précis, de suivre l'évolution d'une pathologie ou de contrôler un geste chirurgical délicat dans divers domaines médicaux (neurologie, oncologie…). Les patients porteurs d'un stimulateur cardiaque classique ne pouvaient pas bénéficier de ce diagnostic de référence alors même que 50 à 75 pour cent des patients implantés auront des indications d'IRM pour dépister une nouvelle pathologie.

    Les nouveaux stimulateurs cardiaques (pacemakers) permettront désormais que tous les patients implantés avec la nouvelle génération puissent bénéficier de cet examen courant.

    En deux ans, cinq patients ont été implantés au CHU-Hôpitaux de Rouen. Ils ont passé avec succès des examens d'IRM. Les résultats étant très positifs, les pacemakers seront sur le marché en juin prochain.

    Le Professeur Anselme avertit 'les anciens stimulateurs cardiaques ne pourront pas être changés car les sondes reliées au coeur sont figées dans ses cavités. C'est pourquoi une période de transition sera nécessaire, où les patients nécessitant une IRM et ayant un pacemaker passeront une simple radio afin de s'assurer qu'ils sont équipés de la nouvelle génération de stimulateurs cardiaques.

  • Tous plus forts que tout : le Téléthon 2009 est lancé.

    34956089-telethon-affiche-nationale-jpg-jpg.jpg"Tous plus forts que tout". C'est le slogan du Téléthon 2009 qui se déroulera les 4 et 5 décembre.

    A l'heure où certains s'interrogent sur l'utilisation des dons à l'AFM, il est utile de rappeler que depuis 23 ans, le Téléthon a permis d'avancer dans les solutions thérapeutiques et la recherche contre les myopathies.

    En 2008, l'opération avait permis de recueillir 104,9 millions d'euros au bénéfice de l'Association Française contre les myopathies.

    Plus de 40% de la collecte vient du terrain et comme chaque année, 5 millions de personnes se retrouvent dans la rue pour cette fête qualifiée de "14 juillet en hiver" créant ainsi un véritable lien social.

    Nous tenons à saluer ici tout le travail des bénévoles, et la générosité qui prévaut dans cette manifestation.

    Rouen accueillera le village Téléthon. Il sera installé place de l'Hôtel de Ville, autour de la patinoire de Rouen Givrée. Sur place, plusieurs associations d'étudiants en kiné, soins infirmiers, en médecine... le stand de l'AFM, le Fil Rouge des sapeurs pompiers, la participation des Dragons sur la patinoire...

    Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, ils peuvent effectuer leurs dons par téléphone en tapant 3637, par internet sur http://www.afm-telethon.fr/, ou par courrier à l'AFM Téléthon ( BP 83637 - 16954 ANGOULEME CEDEX 9.  )

    Toutes les manifestations à Rouen et dans l'Agglo, c'est par là. Il y en a forcément une près de chez vous.

  • Demain, c'est la 22ème Journée Mondiale de Lutte contre le Sida.

    preview-28112009.jpgLe 1er décembre 1988 avait lieu la première Journée Mondiale de Lutte contre le Sida.

    D'abord commémoration des victimes du Sida, elle est aujourd'hui Journée de mobilisation et de prévention contre cette maladie que nous ne maîtrisons toujours pas et pour laquelle aucun vaccin n'existe.

    Demain,1er décembre 2009 aura lieu la 22ème journée mondiale contre le Sida qui sera consacrée au thème "Accès universel et droits de la personne".

    A Rouen, l'association Aides n'a pas attendu le jour J pour se mobiliser : samedi 28 novembre elle a mené une opération de sensibilisation du grand public. Il s'agissait de profiter du week-end pour toucher plus de monde. C'est ainsi que de 14 h à 18 h, des volontaires ont tenu deux stands, l'un rue de la Champmeslé, l'autre rue Saint-Sever. Une présence continuelle sur le terrain, associé cette fois-ci à la fanfare Orphéon Piston pour la bonne humeur.

    Demain, ce sera au tour du Corevih (Centre de coordination de la lutte contre l'infection par le VIH) d'entrer en scène. Il interviendra à l'Espace du Palais, de 10 h à 18 h, à travers une exposition, des questionnaires, etc. Les animateurs du stand se feront un devoir de rappeler l'existence du Centre de dépistage anonyme et gratuit du CHU et celui de la rue des Charettes.

    De son côté, en ce même jour symbolique, le service Prévention de l'association La Boussole informera la clientèle du centre Saint-Sever sur les dangers du VIH et sur l'impérieuse nécessité de se protéger.

    Dans le monde, une personne meurt du sida toutes les dix secondes. En France, toutes les 5 heures, trois personnes se font contaminer.

  • Journée mondiale de lutte contre la maladie d'Alzheimer.

    928941129.jpgAujourd'hui c'est la 16ème Journée de lutte contre la maladie d'Alzheimer. Une journée qui mobilise toutes les énergies pour améliorer au quotidien la vie des personnes atteintes et de leurs proches. Cette année, les aidants familiaux sont à l'honneur, car au travers d'une personne touchée, c'est tout l'ensemble d'une famille qui est affectée. Une journée pour faire le point sur les aidants, leurs difficultés, leurs attentes...

    La charge de travail induite par la dépendance de la personne malade excède largement les capacités d'une seule personne, mais c'est pourtant bien elle, conjoint ou enfant, qui assume l'essentiel de la prise en charge. Une confrontation à chaque heure à une quadruple charge affective, psychologique, physique et financière dans l'accompagnement du malade, qui requiert une vigilance qui progressivement mobilise l'aidant 24 heures sur 24, et qui conduit à des situations d'épuisement physique et psychologique, à une diminution de la fréquence des relations avec la famille ou les amis, des loisirs ou des activités associatives, amenant un inexorable processus de marginalisation sociale.

    Le rôle des aidants familiaux n'a été reconnu qu'avec la loi du 11 février 2005. Leur accompagnement par les Pouvoirs Publics est encore largement insuffisant au regard de leur investissement auprès des personnes malades. La mise en place d'un congé de soutien familial constiture une innovation à la portée encore limitée. Par ailleurs, l'impulsion donnée par le plan Alzheimer au développement et à la diversification des structures et solutions de répis qu'elles soient de jour ou temporaires ne permet pas de combler le déficit de places disponibles.

    A Rouen, des établissements médicalisés accueillent des personnes âgées désorientées, souffrant de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée, avec les autres résidants, une unité de vie comme le CANTOU (Centre d'Activités Naturelles Tirées d'Occupations Utiles - la personne âgée est associée, selon ses possibilités, à la vie quotidienne du centre, en aidant aux activités ) avec un personnel d'encadrement formé à la prise en charge de ces personnes propose des activités adaptées à la maladie.

    Des structures qui sont des éléments essentiels pour les aidants, mais qu'il convient d'aider et de diversifier pour aider les malades et les familles. C'est le rôle du CLIC (Centre Local d'Information et de Coordination ) qui répond aux interrogations et informe sur les solutions existantes.