Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quartier du Mont Gargan.

  • Un samedi au Mont Gargan.

    photo.JPGSamedi 4 décembre dernier, toute l'équipe de RouenPerspectives avait donné rendez-vous aux habitants du Mont Gargan pour une visite du quartier, malgré le froid et la neige. Une situation climatique qui pour autant nous aura permis d'apprécier le travail des services municipaux pour rendre accessible un quartier...plutôt en pente.

    Entendre, partager, et surtout faire remonter des problèmes récurrents que les habitants vivent au quotidien, tel est le but que nous tenons à afficher.

    Le Mont Gargan, c'est le poumon vert de la Ville de Rouen. Un village dans la Ville, avec de petites maisons et des jardins, à flanc de colline.

    Seulement, on a beau être en Ville, l'unique commerce du quartier, c'est la boulangerie. Une disparition du commerce de proximité qui pèse lourd, et qui oblige à fréquenter d'autres lieux si l'on souhaite se ravitailler. La faute un peu aux habitants, si l'on en croit certains d'entre eux, qui n'ont pas su soutenir leurs commerçants. Boucherie, charcuterie, épicerie ont donc mis les voiles et n'ont pas été remplacées. L'avenir est pourtant à la proximité, en terme de service rendu, mais aussi en limitation de transport. Une réflexion sur ce sujet est impérative et des propositions de soutien doivent être envisagées.

    Autre problème récurrent, la persistance d'une circulation intensive de véhicules dans de petites rues, notamment aux heures de pointe, pour ceux qui souhaitent échapper aux bouchons de la voie rapide et rejoindre Bonsecours à Saint Leger du Bourg Denis. Seul hic, comme nous avons pu le constater, c'est que les rues, plutôt étroites et zigzaguant à travers le quartier voient leur zone 30 peu respectée, y compris par les bus de la TCAR aux volumes peu adaptés à l'environnement local, qui en profitent un peu pour rattraper leur retard sur d'autres tronçons.

    Alors quelles solutions ? Si nous comptons demander à la TCAR, la CREA et au Maire de Rouen de bien vouloir faire respecter les limitations de vitesse pour la sécurité des habitants, d'autres pistes sont à l'étude, notamment à travers un AUP (atelier urbain de proximité) mis en place par Guillaume Grima, mais qui depuis son éviction demeure sans élu référent, et qui espérons le, avancera quelques pistes dans la concertation. Des études ont été menées depuis juin 2003, municipalité et conseil de quartier travaillant de concert sur le sujet.

    Une visite de Quartier que nous terminerons autour d'un verre de l'amitié avec des habitants ayant bravé le froid, venus échanger avec nous, et qui fut très enrichissante.

    La journée n'était pour autant pas finie en terme d'échanges, puisque l'après-midi même, Nicolas Zuili rencontraient les jardiniers de Repainville, et pas seulement pour parler cabanes.

     

     

  • Visite de quartier.

    mg1.jpg

    Les élus du groupe d'Opposition Centriste au Conseil Municipal viendront à votre rencontre lors d'une visite dans votre quartier,

    le samedi 4 Décembre 2010


     sous forme d'un « diagnostic en marchant ».

    C'est l'un de nos engagements d'élus, que d'aller régulièrement à la rencontre des habitants afin d'instaurer avec eux une relation de proximité et de leur offrir un moment d'écoute pour aider à résoudre des dysfonctionnements ou situations difficiles. Pour ceux qui n'auront pas la possibilité de se rendre à ce rendez vous, vous pourrez nous contacter à notre permanence, 8 bis rue Alsace Lorraine à Rouen ou en téléphonant au : 02.35.15.38.30.

    L'équipe de RouenPerspectives espère que vous serez nombreux à répondre à cette invitation et venir échanger avec elle. Vous trouverez ci-joint le plan du circuit proposé dans les différents secteurs, ainsi que les horaires approximatifs de passage.

    Programme :

    10H30 : Rendez-Vous devant la boulangerie, 90 rue du Mont Gargan.

    Rue Annie de Pène

    Rue Léonard Bordes

    Rue du Fort Sainte Catherine

    Rue du Docteur Gallouen

    Rue Legris

    Rue Arnaud

    Rue Léonard Bordes

    Rue Annie de Pène

    Rue du Progrès

    Rue du Mont Gargan,

    Cette visite se terminera vers 11H45-12H à la Maison de Quartier, rue de l’enseigne Renaud , où nous vous attendons nombreux pour parler de votre Quartier autour d’un verre de l’amitié.



    Agrandir le plan

  • Des cabanes nommées désir.

    IMG_0324.JPGAujourd'hui dimanche 21 novembre se tenait l'assemblée générale des jardins familiaux de Repainville dans le quartier du Mont Gargan et à laquelle assistait pour notre groupe, Nicolas Zuili.

    Si l'Association présidée par Paul Ndiaye affiche une santé insolente en terme d'adhérents, et sait organiser la convivialité, une ombre perdure toutefois au tableau, l'absence répétée des fameux abris de jardin dont nous avons déjà parlé ici et , et que souligne encore la presse ces jours derniers. Cabanes promises et toujours autant désirées mais dont le lifting coûteux voulu par le Président de l'Agglomération s'apparente plus à celui d'un abri design de terrasse du seizième arrondissement de Paris que d'un abri de jardin de la colline du Mont Gargan.

    Venus faire passer la pillule, rien moins qu'un nouvel adjoint aux espaces verts, pas encore au courant du dossier, un premier adjoint au passant conseiller général du canton- futur suppléant d'une candidate déclarée aux prochaines élections cantonales sur le quatrième canton, elle aussi présente. L'occasion, pour la municipalité, d'annoncer l'achat d'une quarantaine de cabanons de jardin pour 2011 pour un budget de 120 000 €, et de se retrancher derrière un ancien adjoint aux espaces verts limogé depuis qui aurait fait barrage et qui serait en fait responsable du retard pris.

    La cabane du Mont Gargan sera donc à l'image de ce qu'a décidé le Président de l'Agglomération, c'est à dire populaire et chic, à défaut d'être opérationelle pour des choses aussi simples que stocker une brouette, des outils de jardins, des semis, des tunnels... des bottes !

    Ailleurs, à Elbeuf ou même à Canteleu, les élus socialistes un peu moins caviar l'ont d'ailleurs bien compris préférant la bonne cabane du crû mais qui a fait ses preuves à cette lointaine cousine présidentielle censée les remplacer.

    Alors pour vous ce sera quoi ? Le contemporain, version Bump Architectes (Paris), Le Cabanon de Vacances, version Jean Michel Merchez (Arras), Le Rural, version d'Eric Germain du bureau d'études Folius (Sainte-Marie-de-Champs) et enfin ,ou  Le Convivial version Laurent Protois du cabinet Aliquante (Rouen) ?

    A 3600 € l'unité vous avez le choix !

    (pour lire l'épitaphe de la pierre, cliquez sur la photo)

  • 100 bougies pour Repainville.

    photo.JPGLes jardins familiaux de Repainville sont centenaires, et comme pour tout anniversaire, ça se fête.

    C'est donc avec grand plaisir que nous avons répondu présents à l'invitation de Paul Ndyaye et de l'Association qu'il préside, autour d'un apéritif, d'un barbecue et d'une paella.

    L'occasion de saluer le travail effectué et de voir péréniser la possibilité pour près de 80 familles d'avoir accès à un petit terrain et d'y cultiver leurs propres fruits et légumes. Outre l'aspect social, c'est aussi la mise en valeur et l'entretien du site de Repainville qui se voit confirmé comme site naturel classé LPO à l'est de la Ville.

    Si cette année les premières cabanes de jardin devraient enfin arriver, même si le design à pris le pas sur l'utilitaire (désolé pour Laurent Fabius et Valérie Fourneyron, mais dans un cabanon de 4 m2 on ne peut vraiment pas stocker grand chose), d'autres challenges sont à venir, et il conviendra de les accompagner au mieux : le déménagement de la casse automobile, et l'arrêt de la station Total en limite du "Potager de Repainville" exploitation bio de Vincent Dumontier, offrent de nouvelles possibilités pour le site, en corrélation avec la nature maréchaire et naturelle des activités du lieu.

    Pour notre part nous y serons très vigilants.

    Nicolas Zuili et Catherine Morin Desailly nous représentaient à cette manifestation.