Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rouen Magazine

  • Motion d'urgence.

    mairie_salleconseil.jpgVoici maintenant plus de six mois que Rouen et son agglomération subissent les conséquences de l'incendie du pont Mathilde : un camion citerne se renversant à une heure de grand trafic, et des caravanes stationnées en dessous du tablier auront eu raison d'une voie majeure, la rendant impraticable sur au moins une année, puisqu'au plus tôt, le pont ne sera ré ouvert que fin 2014, et depuis, embouteillages chroniques, paralysie de la ville centre, sont devenus notre lot quotidien. Seule bonne nouvelle, aucune victime dans l'incendie.

     

    La semaine dernière, c’est encore un camion qui perdait 800 litres de gasoil sur le Pont Guillaume. Heureusement là aussi, plus de peur de mal. Une succession d’accidents qui rend autant plus flagrant le manque d’un contournement pour notre agglomération.

     

    Pourtant, qu'arriverait-il si une nouvelle fois, un autre axe majeur devait lui aussi être touché ?

     

    Telle est la question que chacun est en droit de se poser, que ce soit en terme de prévention des accidents, de remise en état des ouvrages endommagés ou vieillissants, mais aussi en terme de réponse rapide des pouvoirs publics à une situation de crise.

     

    Des questions tellement légitimes que nous les poserons au Maire de Rouen lundi soir dans une motion d'urgence.

  • Nature forte : la Ville change ses pratiques d'entretien de l'espace public. Enfin ,il parait ....

    Il parait qu'à Rouen la nature gagne du terrain. C'est du moins ce qu'affirme l'équipe municipale dans le Rouen Magazine n°392 de cette fin de mois de mars. En parler le jour du printemps relève pourtant de la gageure pour rester dans le politiquement correct.

     

    Si effectivement on ne peut que se féliciter sur l'abandon de l'utilisation de produits phytosanitaires, l'ambition affichée par cette municipalité prète toujours autant à sourire.

     

    Jamais Rouen n'aura été si minérale, par des constructions de plus en plus hautes, l'occupation de la moindre parcelle constructible aux dépens de la qualité de vie. Alors certes, peut-être "quelques brins d'herbe dans le caniveau, quelques fleurs sauvage au pied d'un mur, des herbes folles dans les espaces naturels", mais en centre ville, un manque certain d'imagination et d'entretien sur les plantations municipales ou communautaires, quand dans certains cas, on frôlerait même le laxisme....

     

    La preuve par l'image : il suffit de remonter la rue de la République pourtant réaménagée dans le cadre de la mise en site propre de la ligne numéro 7, et de constater que sur les 48 jardinières mises sur la rue, 32 sont aujourd'hui à l'abandon, cassées ou ayant "perdu" les végétaux qui y étaient plantés ! Et tout cela pour une livraison en septembre dernier et beaucoup d'argent public... Il aura donc fallu 7 mois, et surtout un abandon patent des deux élus en charge de l'espace public et des espaces verts pour en arriver là... Attila n'a qu'à bien se tenir ! Et on ne relèvera pas les bacs enterrés toujours hors services depuis leur installation et emprisonnés derrière des barrières municipales, puisqu'ici on parle nature... mais pourtant là aussi, il y a beaucoup à dire....

     


    IMG_2664 par RouenPerspectives

     

    Alors à Rouen, il parait que la nature est forte : si c'est le cas, elle n'est en tout cas pas rancunière pour avoir beaucoup de mal ici à résister à l'inaction et au laxisme de l'actuelle équipe municipale !

  • Expression libre.

    RM391.jpgRouen Magazine est de nouveau disponible.

    Ce numéro 391 laisse l'expression libre aux différents groupes politiques du Conseil Municipal de Rouen.

    Le groupe Centre, Démocrates et Indépendants et UMP y publie une intervention :


    "Vidéoprotection : une demande pressante.


    Lors du dernier conseil municipal, nous avons relayé la demande de commerçants du centre commercial de La Grand Mare. Ce centre a été rénové et revivifié grâce au dynamisme de ceux-ci et à plusieurs millions d’euros d’argent public, investis dans le cadre de sa rénovation. Des difficultés de fonctionnement sont apparues et devraient être résolues par l’implantation de caméras de vidéoprotection.


    Cette demande, tout comme l’étude d’implantation d’un commissariat ou d’un local ouvert vers les jeunes du quartier, a été refusée par les groupes socialistes, verts et communistes. Or, ces caméras avaient résolu un problème identique au magasin "Le Mutant" de ce même centre commercial, il y a quelques années ! De plus, si la municipalité refuse ces caméras, pourquoi les accepter dans les bus qui desservent la ville ?

     

    Deux poids, deux mesures ?

     

    Groupe Centre, Démocrates, Indépendants et UMP :
    E. Calonne, N. Zuili, L. de Kergal, A. M’Bongo, A.-S. Deschamps, B. Devaux, R. Marre
    Contact : 06 75 62 60 88

     

    rouenperspectives@mac.com • http://rouenperspectives.com"

     

    Téléchargez le Rouen Magazine n° 391

  • Expression libre.

    photo.JPG

     

    Rouen Magazine est de nouveau disponible.

     

    Ce numéro 388 laisse l'expression libre aux différents groupes politiques du Conseil Municipal de Rouen.

    Notre groupe y publie une intervention :


    "2013 : un vœu pour Rouen et les Rouennais.

     

    Depuis dix ans, la population rouennaise ne cesse de croitre. Nous sommes aujourd’hui plus de 113.000 habitants.

     

    Un chiffre qui place Rouen en tête du classement des grandes villes de France en matière de progression démographique. Pour autant, la ville centre ne compte toujours pas plus au sein de son Agglomération. Son Président est le Maire du Petit Quevilly, son député l’ancien Maire de Mont Saint Aignan.

     

    Logement, transports, développement économique, préservation des espaces naturels, qualité de vie, social, handicap, santé ...autant de revendications légitimes pour les Rouennais qui se trouvent bridées par de petits arrangement entre camarades se répartissant les rôles quand ils ne peuvent les cumuler.

     

    Le changement nous a été vendu en 2012, il n’est hélas pas arrivé jusqu’ici.

     

    C’est le vœu que nous formulons pour cette année qui vient.

     

    Groupe Centre, Démocrates, Indépendants  et UMP : 
E. Calonne, N. Zuili, L. de Kergal, A. M’Bongo, A.-S. Deschamps, B. Devaux, R. marre - Contact : 06 75 62 60 88 rouenperspectives@mac.com • http://rouenperspectives.com"



     

  • Bon crû pour l'asso de Rouen 2012.

    Forum-des-asso-22sept2012-260x392.pngEt de 4 pour cette manifestation organisée par la Ville de Rouen.

    "A l’asso de Rouen" a investit aujourd'hui les rues du centre-ville en permettant aux associations locales de se présenter, de montrer leurs projets et leurs programmes et au public de prendre facilement les renseignements sur des structures dont le rôle social, d'animation et de lien n'est plus à démontrer sur la Ville.

    Qu’elles soient sportives, culturelles, solidaires ou de loisirs, ce sont 260 organisations qui étaient représentées. Au programme également, animations (dont le tir à l'arc que pour notre part nous avons particulièrement apprécié :), démonstrations et spectacles autour de la cathédrale et à la Halle aux toiles.

    Un travail remarquable menée par les services de la Ville et notre collègue Hélène Klein pour pour mettre sur le devant de la scène celles et ceux qui oeuvrent tous les jours à faire de rouen une ville vivante. On ne peut que s'en féliciter.

  • Le jour du drapeau.

    rouen-8823a.jpgL'affaire aurait pu passer inaperçue.

    Un drapeau, tunisien, hissé sur l'Hôtel de Ville, le temps d'une journée, comme "célébration" de la part du Maire de Rouen, du premier anniversaire de l'Association franco-tunisienne de Normandie, créée suite à la révolution ayant secoué la Tunisie en 2011.

    Une demande qui n'était pas celle officialisée depuis de nombreuses semaines par l'association, qui souhaitait plutôt, la possibilité de louer une salle municipale, ne sollicitait pas de subvention, mais qui aura essuyé le refus poli du Maire, arguant du fait que son Conseil Municipal pourrait y trouver à redire.

    Étonnant quand on sait que depuis trois ans, celle qui occupe de fauteuil de Maire, dispose de la Maison Commune comme bon lui semble. On se souviendra de l'épisode, où fraîchement élue, elle accepta bille en tête la demande du groupe Guldeboa de tourner le clip d'une de ses chanson, "le mari de Carla B", pour se rétracter par la suite sans tambour ni trompette, ou de celui de Fac en Ville, dans le cadre de la grève nationale des universités en 2009, en offrant à l'occasion de nouveau la salle du Conseil Municipal, ce que même la Mairie de Lille n'avait pas fait, en ne prétant que des salles autres que celle du conseil.

    Pas de salle donc, pour cet anniversaire, mais un drapeau de pays tiers, hissé sur le toit de l'Hôtel de Ville, en dessous du drapeau tricolore. Mais pour dire quoi ?

    Le soutien du Maire de Rouen à la révolution tunisienne ? Elle a commencé il y a un an et s'est soldée par la chute du gouvernement du Président Ben Ali et aujourd'hui, bien des questions se posent, notamment en ce qui concerne la place des femmes dans la société tunisienne, et le respect de la laicité dans sa constitution.

    Le soutien du Maire de Rouen à l'association franco-tunisienne de Normandie ? Elle n'a jamais demandé un drapeau, mais une simple salle municipale pour se réunir, mais qu'elle n' a pu obtenir.

    Le soutien du Maire de Rouen aux peuples épris de liberté ? Alors pourquoi le seul drapeau tunisien, et pourquoi pas demain, celui de Lybie, de Birmanie, d'Iran, du Zimbabwe, de Palestine, de Syrie, d'Egypte....une liste malheureusement trop longue.

    Le soutien du Maire de Rouen aux associations rouennaises ? Alors pourquoi pas demain celui des Restos du Coeur, du Secours catholique, de la Croix Rouge... là aussi, une liste qui peut donner à chaque jour, un signe de soutien différent à l'Hôtel de Ville.

    Peut-être alors l'envie de se faire remarquer, dans la course aux ministrables, quand à quelques kilomètres de là, la Crea loue le zénith à la candidate du Front National. Simple hasard de date, ou volonté délibérée de faire "un acte de résistance", sensé prouver ses galons d'opposante et pour l'occasion se servir du drapeau d'un pays ami, espérant par la même la condamnation unanime de son opposition, qu'on aurait qualifiée pour l'occasion de réactionnaire ?

    S'il est à l'honneur du premier magistrat de la Ville de recevoir les délégations qui le demandent et d'entendre leur revendications, voire de les soutenir, d'accueillir des personnes seules le 24 décembre au soir, d'appeler à la libération de personnalités étrangères, nous l'appellons à plus de réserve avant d'engager le Conseil Municipal et la Maison Commune dans une démarche personnelle.

    Un sentiment partagé à droite et à gauche, par tous ceux qui défendent les valeurs de la République.

  • Expression Libre.

    rm.jpgRouen Magazine est de nouveau disponible.

    Ce numéro 358 laisse l'expression libre aux différents groupes politiques du Conseil Municipal de Rouen.

    Le groupe Centre, Démocrates et Indépendants y publie une intervention :

    "L’Omnia a un an.

    120.000 entrées auront été enregistrées... soit 40% des prévisions dans le dossier déposé en 2010 à la Ville. Concurrence féroce, mais surtout le Melville que certains comptaient voir disparaître bouge encore.

    Alors que ce projet, lancé par la municipalité précédente, devait voir s’associer Noé Cinéma et le Melville, pour ne créer qu’un seul cinéma Art et Essai, on les aura vu s’affronter. La décision finale prise dans le bureau du Maire, on ne saura jamais si Noé Cinéma aura remporté cette délégation par la qualité de son projet, ou parce qu’il fallait faire perdre le Melville accusé de collaboration avec l’ancien Maire.

    On s’interrogera sur les capacités qu’aura l’Omnia à remplir ses obligations en ce qui concerne les travaux et les redevances dues à la Ville, et au-delà de la tentation à demander une aide financière à la collectivité. Pour notre part, nous y serons très vigilants.

    Groupe Centre, Démocrates et Indépendants : E. Calonne, N. Zuili, L. de Kergal, A. M’Bongo, A.-S.Deschamps
    Contact : 09 71 37 43 69

    rouenperspectives@mac.com • http://rouenperspectives.com"

    téléchargez le Rouen Magazine n° 358.