Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport

  • La Matmut ? Elle a choisi !

    P1000417.JPGLa Matmut, dans le prolongement de ses 50 ans affirme son ancrage à Rouen dans une campagne de présentation de son triangle magique, l'assurance, la culture et les sports.

     

    La Compagnie d'assurance Rouennaise qui avoisine les 3 millions de sociétaires affiche sa bonne santé et ses convictions rouennaises dans les panneaux Decaux. Pour elle, sans hésitation ni atermoiement c'est Rouen Métropole !

     

    Au delà d'un signe pour ses sociétaires, c'est d'abord la conviction d'une entreprise de premier plan de promouvoir Rouen, son berceau et c'est surtout une leçon pour les institutionnels et les décideurs, président de la Créa et socialistes locaux en tête : il faut aller de l'avant et clairement afficher la donne.

     

    La Matmut donne le signe et le tempo, nous nous en réjouissons pour Rouen.

  • FC Rouen. Et maintenant ?

    1b78a8d821b7ba30dae5129440125f09_640x306.jpgCinquième du National la saison passée, le FC Rouen a été rétrogradé en DH pendant l’été sur une décision de la DNCG. Mais comment ce grand favori à la montée en Ligue 2 a t'il pu en arriver là ?

     

    Preuve que ce drame vécu par beaucoup d'entre nous a du mal à cicatriser et laisse beaucoup d'amertume, Sofoot, Le site de l'actualité de la planête foot en France, en Europe, et ailleurs dans le monde, revient sur les tristes épisodes de cet été.

     

    Et de passer en revue, les responsabilités du naufrage : équipe, staff, et accompagnement politique.

     

    Pourtant aujourd'hui, il convient de tourner la page et d'aider collectivement à la création d'une belle équipe dont nous soyons tous fiers de porter les couleurs. Le sport ne doit pas être l'otage de règlements politiques ou autres, mais porter des valeurs fortes de solidarité, de fraternité et d’éducation. Bref concourir en ce sens au mieux vivre-ensemble. Une nécessité en tout cas dans nos sociétés où prévaut davantage, le chacun pour soi.

     

    Nous appelons donc à la création d'un grand club à l'échelle de notre agglomération, porté par l'ensemble de nos collectivités, et que demain, les résultats sportifs aidant, nous ayons comme pour le Hockey ou le baseball une équipe reconnue et qui compte. Cela prendra du temps, mais c'est un challenge à notre portée.

  • Quand inscrire son enfant à une activité sportive ou culturelle à Rouen s'apparente à un concert de Mylène Farmer.

    3067034767_1_3_wE0yXvqQ.jpgDébut d'année scolaire oblige, c'est aussi depuis la rentrée, les réinscriptions pour pratiquer un sport ou une activité culturelle dispensés par les services de la Ville.

     

    Pour la piscine, ce sera donc dès ce matin samedi 21 septembre, dès 8H30, avec comme à l'accoutumée déjà une longue file d'attente que ceux qui arriveront à 8H30 auront la surprise de trouver croyant pourtant être à l'heure. Pèle-mêle, parents venant inscrire leur enfant, nageurs plus ou moins confirmés en recherche de perfectionnement ou d'entrainements encadrés, amateurs d'aquagym...

     

    Une attente "style concert", où chacun devra s'armer de patience pour pouvoir obtenir au bout de 3 à 4 heures, un précieux sésame donnant droit aux cours comme on voudrait obtenir la meilleure place pour être au plus près de la scène. On en verra même certains arriver avec chaises et tabourets, histoire de passer le temps. Qu'on se rassure pour autant, aucune tente à l'horizon.

     

    Plus sérieusement, à l'heure du numérique, du développement d'internet, et du développement des services en ligne, et au nom de la proximité, ne serait-il pas temps de repenser d'une manière moderne l'accueil et les inscriptions ? Si l'on peut comprendre qu'il faille donner sa chance de pouvoir y accéder à chacun, on oublie aussi un peu que tout ce temps perdu à l'attente, c'est aussi du temps en moins pour être en famille, et une gestion difficile que l'on impose aux équipes municipales, qui sont déjà en sous effectif (il manque un maître nageur sur Boissière et deux agents d'entretien sur l'ensemble des piscines), quant au delà du net, on pourrait aussi gérer ces inscriptions au sein des équipements en fonction des possibilités et de la demande, mais aussi du fait que chaque année, on ait affaire au même public, et qu'on se réinscrive, notamment pour les cours des plus petits.

     

    Surprise pourtant cette année : au delà des tarifs qui cette année ont sérieusement augmenté, aucun dégrèvement de prévu pour les sans emplois, ni pour les familles nombreuses ou pour les séniors. A l'heure où le sport est considéré comme un moyen de préserver sa santé, la bévue fait un peu tâche et pas très sociale.

     

    Pour terminer, la cerise sur le gâteau sera attribuée cette année à la piscine du Boulingrin, dont on sait qu'elle devrait être fermée au moins deux mois pour travaux, et pour laquelle on parle d'une réouverture et d'un début des cours à début janvier ! Le personnel, lui même désabusé, essaie malgré tout de faire passer la pilule.

     

    Ne cherchez pas à comprendre ! Avancez !

  • Soutien au FCR.

    soutien-FCR.jpg

     

    Alors que la triste nouvelle de la relagation en division d'honneur du FCR vient de tomber, nous tenons ici, en plus de la motion soutenant le club votée unanimement lors du dernier conseil municipal du 11 juillet, assurer de notre soutien le club, ses dirigeants, les joueurs, les partenaires et surtout les supporters, de notre volonté à voir émerger un nouveau souffle pour notre équipe.

     

    Comme l'a dit le Maire de Rouen, cela nécessite une détermination pleine et entière pour accompagner l’émergence d’un grand club à Rouen.

     

    Nous ne pouvons que souscrire à ses propos.

  • Le double effet du mercaptan.

    6-8-large.jpg

     

    L'information est tombée ce matin : « En accord avec la Fédération française de football (FFF), la Préfecture de Seine-Maritime a pris, par mesure de précaution, la décision de reporter la rencontre de football (16ème de finale de Coupe de France) entre le FC-Rouen et l’Olympique de Marseille, prévue ce soir à 20h55 au stade Robert-Diochon ».

     

    Alors que la Préfecture, l'ARS et le Ministère de l'intérieur n'ont eu de cesse depuis hier de dire que cette fuite était sans danger pour les habitants, cette annulation contredit sérieusement la version officielle, sauf à penser que les Marseillais auraient peine à survivre dans l'air que nous respirons ici.

     

    Allez, on appellera ça une galéjade bien de chez nous !

  • Le sport santé sur ordonnance. Et pourquoi pas à Rouen ?

    francois-hollande_full_diapos_large.jpgStrasbourg expérimente pendant un an le remboursement de l'activité sportive pour des personnes souffrant de certaines maladies chroniques et qui peuvent désormais se faire prescrire une activité physique auprès de leur médecin traitant, à la place ou en complément d'une liste de médicaments.


    Baptisée «Sport-santé sur ordonnance», l'expérimentation, lancée pour un an, associe la Ville de Strasbourg, l'Assurance-maladie, l'Agence Régionale de Santé et plusieurs partenaires associatifs. Une cinquantaine de médecins généralistes ont accepté d'y participer.


    Sans créer une dépense supplémentaire pour la Sécurité Sociale, le Maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, présente l'initiative comme une substitution, voire une économie, l'idée étant d'avoir des ordonnances moins médicamenteuses, donc moins coûteuses pour la collectivité. Celle-ci sera d'ailleurs entièrement prise en charge par la municipalité et ses partenaires qui mettent à disposition leurs moyens humains et techniques. Son coût est évalué à près de 129.000 euros.


    Elle s'adresse en priorité aux personnes atteintes de maladies chroniques liées à la sédentarité que sont l'obésité (19,2% de la population) , le diabète de type 2 (non insulinodépendant) et les maladies cardiovasculaires stabilisées, en privilégiant d'abord les sports d'endurance.


    Plusieurs études prouvent en effet qu'une demi-heure de marche par jour ou un peu de jogging augmentent l'espérance de vie de quelques années et améliorent l'activité du cerveau. Pratiquement, les personnes dont le médecin aura estimé qu'elles peuvent tirer bénéfice d'une activité physique modérée se rendront, munies d'une prescription, auprès d'un éducateur sportif de la ville qui les orientera et pratiquera, s'il le faut, avec elles, une remise à niveau.


    Les activités offertes iront du vélo - la ville en met 200 à disposition - à la marche nordique en passant par la gymnastique douce, la natation et l'aviron. Quelque 400 personnes devraient en bénéficier durant l'année test. Son bilan devrait être suivi de près au niveau national.


    Daniel Bouffier, directeur régional de la jeunesse et des sports en Alsace, a souligné que l'initiative strasbourgeoise rejoignait les préoccupations exprimées par les ministres de la Santé et des Sports dans une communication en Conseil des ministres, le 10 octobre dernier. L'Académie de médecine a d'ailleurs récemment recommandé dans un rapport d'intégrer le sport à la liste des prescriptions médicales prises en charge par la Sécurité sociale.

     

    Alors qu'au sein de notre Conseil Municipal notre collègue Valérie Fourneyron est aussi l'une des Ministres citées, pourquoi ne pas imaginer, au delà des séances Zumba devenues fréquentes au Palais des Sports, d'envisager une telle initiative ? Au delà du Kindarena et de son naming, c'est aussi le rôle des politiques que de lutter contre les maladies chroniques liées à la sédentarité. Alors soyons imaginatifs.

     

    L'idée est là ; sûr que les médecins rouennais ne pourrait qu'y être également favorables, comme l'ARS de Haute-Normandie et la CPAM de Rouen toujours fortement engagées dans la prévention.

     

    Alors si nous aussi on tentait l'expérience ? Certes la proposition vient de nous, mais l'initiative aurait d'autant plus de retentissement si la Ville du Ministre des Sports s'engageait elle aussi sur cette voie.