Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

budget

  • Budget.

    Boulier1.jpgVote du budget, hier au soir au Conseil Municipal. Un moment important de la vie de la cité, puisque s'écrit là la feuille de route d'une année de vie municipale, en terme de financement et de fonctionnement. Un budget attendu, puisque le premier présenté par la nouvelle équipe municipale.

    Un discours fleuve de l'actuelle majorité de presque deux heures, puisque le maire a souhaité que chaque adjoint présente ses orientations pour l'année, sans être questionné ni interrompu par le conseil, un long monologue certes déclamé à plusieurs mais bien soporifique qui en a lassé plus d'un dans le public.

    Au final, un budget qui manque de souffle et d'ambition ou l'on relèvera pour l'anecdote une augmentation confirmée de 100 000€ des indemnités du Maire et des adjoints, une augmentation de 4085,71% des frais de fonctionnement des groupes d'élus ( qui passe de 3500€ à 146500€ ), une baisse des subventions aux associations de 450 000 € hors armada, 0 € pour les illuminations de Noël 2009 ( ce qui avait été reproché à l'équipe précédente, mais qui à priori ne posera pas de problème cette année ).

    Plus cynique : la confirmation par les chiffres d'une volonté claire de ne pas financer en période pré-électorale les projets municipaux ( baisse de 10,75% des subventions en investissements des autres collectivités -Département-Région-Agglo -soit un montant alloué de 9,644 millions d'euros en 2007), pour réinjecter en 2009 une somme de 21,950 millions d'euros ( soit une augmentation de 118,5%), pour mettre en oeuvre des projets similaires.

    Une somme non négligable à laquelle les rouennais n'ont pas eu droit plus tôt pour cause de campagne municipale.

    Pour ceux qui le souhaitent, notre intervention est également en ligne.

  • Un chien dans un jeu de quilles.

    images.jpeg

    A quoi sert un conseiller municipal d''opposition pour madame Fourneyron : à rien.

    Et même mieux, s'il pouvait ne pas exister ça ne serait que du bonheur. Enfin en attendant ce jour béni, celle qui se plaint perpetuellement d'un manque de reconnaissance de la Présidence de la République continue à faire comme si de rien n'était en niant de quelconques droits d'information aux conseillers municipaux.

    Dernière preuve en date : les présentations aux rouennais et à la presse du budget 2009 bien avant que les conseillers municipaux en ait eu la primeur, en commission des finances ou même en Conseil Municipal.

    A noter que les conseillers municipaux de la majorité ne sont pas mieux lotis puisqu'ils n'auront donc pas leur mot à dire pour amender une quelconque ligne et n'auront pour d'autre consigne que de voter les yeux fermés ! Mais ça, ils en ont l'habitude.

  • Où va la ville ?

    511761690.jpgA l’occasion du conseil municipal du 19 décembre dernier, ont été débattues de ce que l’on appelle les orientations budgétaires, véritable feuille de route, de la mandature. Il revêtait une importance particulière, car il précède l’adoption du premier budget de cette équipe municipale.

    Nous nous attendions donc à y trouver des orientations fortes, précises, guidant l’action municipale des cinq années à venir. Il est légitime, en effet, qu’une équipe nouvelle procède à ses propres choix, inspirés par le projet présenté, en mars dernier, aux habitants.

    Force est de constater que le long document présenté est globalement décevant. En effet, c’est un catalogue confus, sans priorités claires dans le temps et dans l’espace, sans souffle et sans ambition. Il est annoncé 50 millions d’euros d’investissements mais plus de 60% résultent d’engagement pris antérieurement. Or, on sait bien que sans investissement une ville ne se modernise pas et ne prend pas la mesure des évolutions de la société.

    Le plus inquiétant, c’est que, sans contreparties, notre ville se sépare de son patrimoine ou passe sous tutelle d’autres collectivités : muséum, opéra, parkings, … Que va-t-il advenir de notre ville ?

    C'est ce que nous avons voulu dénoncer, dans vendredi soir dernier.