Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cérémonies du Souvenir

    90600743.jpgIl y a soixante-deux ans, des dizaines de milliers d'êtres humains décharnés et hagards promis à une mort certaine sortaient miraculeusement vivants de l'enfer concentrationnaire, délivrés par l'offensive victorieuse des armées alliées coalisées pour mettre terme à la monstruosité criminelle du régime nazi.

    Dans le respect de ceux qui n'avaient pas survécu, dans la fièvre de la liberté recouvrée, ils affirmèrent leur volonté de voir s'instaurer un monde de paix et de fraternité, un monde d'où les racismes seraient proscrits.

    Nous pouvons malheureusement constater avec amertume que le monde dont ils avaient rêvé à la libération des camps n'est pas devenu réalité. Guerre en ex Yougoslavie, massacres au Rwanda, crise au Darfour... sont autant d'epreuves qui prouvent que la barbarie humaine sait encore s'exprimer.

    Pour autant, il faut avoir conscience des progrès accomplis. L'Organisation des nations unies s'efforce de résoudre les crises et d'éviter les conflits. Une justice pénale internationale permanente a été créée. De génération en génération, l'enseignement de l'histoire et l'entretien de la mémoire ont contribué à l'éveil des consciences.

    Dimanche 27 avril, les élus du groupe Centre Démocrate et Indépendants se sont pleinement associés à la cérémonie du Souvenir de la Déportation rue du Donjon. Tous ensemble nous avons voulu honorer ceux qui ne sont pas revenus des camps de la mort, parce qu'ils étaient juifs, résistants, communistes, tsiganes, homosexuels....

    A tous, sans exception, nous leur devons respect et devoir de mémoire.

     

    Nicolas zuili. 

     

     

     

  • Rouen et ses Associations.

    2130676016.jpg

     

    Jeudi 24 avril, l'Association Solidarité Plateau organisait son repas de printemps à la Maison du Plateau, repas préparé par ses adhérents, autour d'un thème simple : associer plaisirs de la table et repas équilibrés. Apprendre à mieux manger en conciliant les 5 fruits et légumes nécessaires à une alimentation équilibrée, mais aussi partager un moment simple et convivial avec ses voisins, ou des gens que l'on ne connaît pas encore, autour d'une table bien décorée. Quoi de mieux pour apprendre à mieux se connaître l'un l'autre ?

    Pari réussi pour cette association que nous voulions remercier ici pour son accueil et l'excellent repas que nous avons pu y déguster.

    Ah oui : le prochain repas est en septembre!

    Regine Marre, Laurence de Kergal, Edith Calonne et Nicolas Zuili. 

     

  • Revirement du Maire de Rouen et des élus socialistes.

    775887064.png Mercredi s’est tenu le conseil d’administration du CHU, le premier présidé par le nouveau Maire de Rouen, Madame Fourneyron. Au cours de cette séance a été présenté l’E.P.R.D. qui est l’Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses pour l’année 2008.
    Alors que les élus socialistes ont toujours voté contre le budget au cours des années précédentes, cette année, ils changent de pied…Il est vrai que le conseil d’administration était alors présidé par Pierre Albertini…
    Comment justifier un tel changement ? Comment considérer que ce qui était mauvais il y a moins d’un an est devenu bon aujourd’hui ?...Il est vrai que lorsqu’on est nommé à la tête d’un établissement public on est alors face à ses responsabilités et face aux administrés…
    Catherine MORIN-DESAILLY, membre du conseil d’administration a quant à elle voté le budget qui, dans un contexte national difficile de maîtrise des dépenses publiques, est un budget sincère. Ce budget, qui selon le directeur de l’établissement a fait l’objet d’un travail de toute l’équipe administrative et médicale, consent de réels efforts pour maintenir un système de soins et de qualité pour tous dans le cadre du plan « Hôpital 2012 », avec 53 millions d’euros engagés (dont 6 engagés dès cette année) pour la réalisation de la deuxième tranche de Charles Nicolle. Maintenant, nul doute que dans le cadre de la réforme hospitalière, il faudrait veiller à ce que des moyens appropriés soient réservés aux hôpitaux qui voient nécessairement leurs charges s’accroîtrent avec l’allongement de la vie, la prise en charge des maladies rares et des affections longue durée, etc…

  • Motion sans suite ?

    71074457.JPG

     

    Alors qu’une motion demandant que le drapeau tibétain soit arboré au fronton de l’hôtel de ville a été votée à l’unanimité lors du conseil municipal du 26 mars dernier, Catherine MORIN-DESAILLY, dans un courrier adressé au Maire de Rouen Valérie Fourneyron au nom du groupe Centre, Démocrates et Indépendants, a fait part de son étonnement car celui-ci n’apparaît toujours pas à ce jour. Au regard du symbole fort que cet acte représente, il parait impératif que ce drapeau soit installé au plus vite, respectant ainsi la volonté commune exprimée par le conseil municipal.

  • Une femme est-elle un homme politique comme les autres ?

    886189825.jpgParité et non cumul des mandats : une bonne idée...sauf chez nous.

    On avait cru le comprendre : la parité et le non cumul des mandats était le cheval de bataille du parti socialiste. Force est de constater qu'au moins ici, en Haute-Normandie, et plus spécifiquement sur notre agglomération, tel ne semble pas être le cas.

    Alors exception culturelle rouennaise, ou retour en arrière ?

    Dans la parité tout d'abord. Car à considérer les élus siégeant au Conseil d'Agglomération de Rouen, 27 femmes sur 110 délégués ça ne donne qu'une représentation de 24,54%, et à considérer le Bureau, seulement 3 femmes sur 28 membres ( 10,71%). On frise la représentation symbolique ! Pas très représentatif en tout cas des 50% de femmes présentes aux conseils municipaux imposé par la loi, mais pourcentage que l'Agglo n'est pas obligée de respecter.

    Alors la politique dans l'Agglomération rouennaise, une affaire d'hommes ? La Gauche locale n'aura donc pas été précurseur en la matière.

    Dans le non-cumul des mandats ensuite, car là aussi nous échappons aux effets d'annonces et aux voeux pieux

    Notre pays est l’un des seuls en Europe, où des responsables politiques cumulent plusieurs fonctions électives. Alors que les parlementaires français ont pour 85% d’entre-eux au moins une autre responsabilité locale, ils ne sont que 16% en Italie, 15% en Espagne, 13% en Grande Bretagne et 10% en Allemagne. Et les collectivités que sont les Conseils Régionaux, Conseils Généraux n'arrangent rien à l'affaire des cumuls, nombreux étant les élus à siéger au sein de plusieurs instances. Rien qu'à Rouen, pas moins de deux conseillers régionaux et quatre conseillers généraux parmi le Maire et ses 17 adjoints.

    Les français sont aujourd’hui une très large majorité à déconsidérer l’homme politique, estimant que ses multiples candidatures n’ont plus rien à voir avec un engagement profond et sincère. De même, il n’est pas sain pour la vie démocratique qu’une même personne puisse rester à la tête d’une collectivité pendant 20 ou 30 ans, il faut au contraire permettre à des femmes et à des hommes nouveaux de partager les responsabilités locales et nationales. Nos institutions doivent être profondément modernisées pour permettre un renouvellement régulier de la classe politique. 

    Pour reprendre une phrase de Valéry Giscard d'Estaing, il semblerait que "La trajectoire d’un élu politique en France réponde à deux lois simples : on se présente à une fonction pour préparer sa candidature à la fonction suivante ; lorsqu’on est élu à la fonction supérieure, on conserve la fonction antérieure de manière à éviter qu’un « intrigant » ne vienne reproduire à vos dépens le parcours que vous venez de réussir. D’où l’obsession de cumuler les mandats."

    A méditer... 

     

  • Fermeture d'écoles.

    832624797.jpg

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale a rendu ses conclusions sur les mesures envisagées en matière d'ouverture et de fermeture de classes pour la rentrée scolaire 2008-2009 à Rouen.

    A ce titre :

    -Une fermeture de classe à confirmer à l'école élémentaire Jean Mullot (quartier Saint Clément )

    - Une fermeture de classe à l'école élémentaire Laurent de Bimorel (quartier Saint Marc)

    - Une fermeture de classe à l'école élémentaire François Villon, et une fermeture à confirmer à l'école élémentaire Clément Marot (quartier Sapin-La Grand Mare).

    - Une ouverture à confirmer dans les écoles maternelles et élémentaires Honoré de Balzac (quartier Grammont).

    -Une ouverture à confirmer à l'école élémentaire Benjamin Franklin ( quartier Ouest-Préfecture ).

    Le groupe Centre,Démocrates et Indépendants, considère qu'une fermeture de classe ne peut être uniquement comptable, mais doit prendre en compte la sociologie, la démographie actuelle et à venir, les caractéristiques des quartiers. Parce qu'il est important que nos enfants s'épanouissent dans des conditions optimales, qu'un enseignement de qualité puisse y être dispensé avec un taux d'encadrement satisfaisant.

    Face aux conclusions présentées par le Comité Départemental de l'Education Nationale, le groupe Centre, Démocrates et Indépendants s'associe à la délibération proposée au Conseil Municipal d'émettre un avis défavorable aux mesures de fermeture, et un avis favorable à l'ouverture de nouvelles classes. 

  • Conseil Municipal du 04 Avril 2008

    567647612.jpg 

    Conseil Municipal ce soir avec  d'emblée deux motions présentées par la majorité, portant successivement sur les conditions de transport et au développement de la ligne SNCF Rouen-Paris et sur la la poursuite de la procédure auprès de la Cour d'Appel de Douai, consécutive à la décision de suspension de la délibération du Conseil Municipal de restitution de la tête Maori à la Nouvelle-Zélande, par le Tribunal Administratif de Rouen.

    Sur ces deux sujets, le groupe Centre, Démocrates et Indépendants a bien évidemment voté les motions.

    -La dégradation de la ligne Rouen-Paris se poursuit et aucun des engagements pris par la SNCF n'a été tenu. Force est également de constater que malgré l'optimisme affiché par le Conseil Régional ces derniers mois, rien n'a encore été réglé. Nous avons avons réitéré nos demandes de rétablissement de liaisons fiables avec des objectifs précis fixés à la SNCF, et une liaison complémentaire vers la Défense, première étape d'une future connexion avec Roissy et le réseau TGV.

    -la poursuite de la procédure de restitution de la tête Maorie à la Nouvelle-Zélande ne peut bien évidemment être reniée par notre groupe, celle-ci ayant été initiée par la municipalité menée par Pierre Albertini. On peut d'ailleurs sourire à l'évocation par l'adjointe à la culture d'un comité de soutien éloquent dans lequel on cherche désespérément quelques noms de l'actuelle majorité. L'essentiel au delà de cet intérêt soudain, est d'avoir une démarche éthique dans la détermination des nouveaux axes de l'établissement muséal de demain : un Muséum durable et responsable comme Catherine Morin-Desailly l'avait déjà évoqué lors de la réouverture du Muséum d'Histoire Naturelle que d'autres avait fermé en leur temps.

    Autre point de ce Conseil, la désignation des représentants de la Municipalité au CCAS, dans les établissements publics, les sociétés d'économie mixte, les organismes divers, les écoles, collèges et lycées. S'il convient de saluer l'ouverture du Maire en donnant quelques délégations aux membres de l'Opposition, il convient toutefois de remarquer également un changement de règles du jeu entre l'envoi des documents et le Conseil Municipal en ce qui concerne l'agenda 21 où les 3 postes de titulaires et les 3 postes de suppléants initialement prévus se retrouvent amputés d'une place de titulaire et de suppléant sans qu'une modification ait été notifiée par écrit en début de Conseil. Face à ce changement de règles de dernière minute, l'Opposition n'a pas souhaité siéger, tant qu'un document clair et définitif ne lui aura pas été proposé.

    Autre point de divergence : les indemnités de fonction des élus.

    En effet, alors que les taux avaient été déjà augmentés en juin 2007, les indemintés des adjoints passent de 1560€ à 2000€ ( 53,46% de l'indice au lieu dE 41,72%°, celles des conseillers municipaux délégués de 585 € à 750€ ( là le taux passe de 15,65% à 20,06%). Les indemnités des conseillers municipaux restent à 224€ (6% de l'indice). Le groupe Centre, Démocrates et Indépendants a voté contre cette délibération, en totale cohérence avec les choix volontaristes qu'avait faits l'équipe municipale précédente, souhaitant montrer l'exemple et laisser les indemités des élus à un niveau raisonnable. 

    Au total, la ligne budgétaire consacrée au indemnités des élus augmentera donc de 105.600 € annuellement. 

    En ce qui concerne les impôts directs, la reconduction des taux en vigueur (19,99% pour la taxe d'habitation, 21,01% pour le foncier bâti et 25,08% pour le foncier non-bâti) n'a pu que recueillir notre adhésion, la non augmentation des impôts ayant été un des thèmes de notre campagne lors des éléctions municipales.

    Vinrent ensuite des actions engagées par l'équipe précédente et présentées par la nouvelle majorité : exposition "Charles Frechon" du 13 juin au 7 septembre au musée des Beaux-Arts, exposition "Ombres Heureuses" du 16 mai au 31 août, mise en vente au public du catalogue d'exposition "Scènes de la vie Ordinaire" de Dominique Angel....