Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rouen, 30 août .

    numriser0203jv5.jpg30 août 2009, l'occasion de rendre hommage unanimement à ceux qui ont contribué à libérer Rouen du joug nazi.

    Au stand  des fusillés tout d'abord où sont enumérés une longue liste de ces hommes torturés puis envoyés au poteau d'exécution par l'occupant. Un lieu calme, paisible, où le silence invite l'assistance à exprimer notre reconnaissance à ceux qui ont fait le sacrifice de leur existence.

    Au Mémorial de la Déportation, rue du Donjon, ensuite, pour honorer tous ceux qui ont souffert et ont laissé leur vie durant ce terrible épisode de la vie de la cité.

    Aujourd'hui, devant l'Hôtel de Ville se hissent fièrement les drapeaux de ceux qui nous ont libéré : drapeaux français, britannique, américain et canadien. L'occasion d'honorer tout ceux à qui ont contribué à renouer avec la liberté.

    Anne Sophie Deschamps et Nicolas Zuili représentaient notre groupe pour cette cérémonie.

  • Où l'on reparle du contournement Est.

    PLAN-pub.jpg

     

    C'est la rentrée aussi pour le gouvernement et les ministres qui se replongent dans leurs dossiers. Parmi les siens, Jean-Louis Borloo, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, retrouve celui de la liaison A13-A28 - barreau de l'Eure et du contournement Est, dossier sur lequel dans notre département une large majorité d'élus du centre, de droite et de gauche mais aussi d'acteurs locaux est très mobilisée. Ils estiment désormais urgent la réalisation de cet équipement depuis tant d'années.

    Le 25 juin dernier, avec plusieurs collègues parlementaires de la droite et du centre, maires, conseillers régionaux et généraux des territoires concernés, nous avions écrit également à Jean-Louis Borloo pour redire à quel point non seulement cet ouvrage, qui a fait l'objet de nombreuses études, concertations, d'un débat organisé par la Commission Nationale du Débat Public, était nécessaire pour de multiples raisons. En premier lieu, la sécurité et la santé : pollution, bruit, vibrations, surconsommation de carburant dû aux embouteillages; les nombreuses nuisances ne sont plus à démontrer.

    L'Agglomération rouennaise est la seule sur l'axe Calais-Bayonne à ne pas disposer d'un axe d'évitement, la ville de Rouen fonctionne donc comme un véritable entonnoir. A cela s'ajoute l'attractivité de notre territoire dont le développement passe par une désserte optimale en matière de transports, ceci bien entendu dans la logique du Grenelle de l'environnement qui préconise un management global et diversifié de la mobilité des biens et des personnes qui englobe le développement du fluvial et du réseau ferré.

    Les élus de gauche de notre Agglomération et de notre Région défendent tout autant ce projet de contournement. Nous étions donc nombreux à attendre ces derniers mois une rencontre avec le ministre pour que ce dossier se concrétise enfin. Ce rendez-vous a éu lieu hier à Paris, associant les parlementaires, élus de la Seine Maritime comme de l'Eure, et acteurs mobilisés sur ce dossier, et c'est d'une même voix que Valérie Fourneyron et Catherine Morin-Desailly ont défendu ce projet.

    Attentif aux arguments développés par chacun, le Ministre a tenu à examiner les conditions de sa faisabilité et de sa réussité. A la satisfaction de tous, il a proposé la mise en place d'un comité de pilotage sachant la nécessité que l'ouvrage se trouve inscrit dans le premier schéma national des infrastructures de transport (SNIT), nouveau mécanisme de planification des investissements dans le domaine des transports prévus par les artciles 15 à 17 de la loi Grenelle I promulguée le 5 août dernier. Affaire donc à suivre. Nul doute que chacun sera très vigilant pour qu'aboutisse enfin ce qui est attendu des habitant depuis tant d'années.

  • Désenchantés....

    grammont.jpgDès le départ, nous l'avions dénoncé, et puis de plus en plus souvent, nous l'avons entendu au travers de nos rencontres avec les habitants, les langues se sont déliées. Des promesses avaient été faites, trop peut-être, mais les habitants avaient voulu y croire.

    Certes, leur quartier avait déjà beaucoup changé, mais on leur avait tellement promis durant cette campagne des municipales....

    Mensonge ou omission, on avait pourtant oublié de leur dire, que l'élément phare de Grammont, la Médiathèque de Rouen, qui devait donner un nouveau souffle au quartier, allait tout bonnement être abandonnée, d'abord livrée à la démolition, puis finalement face au tollé, reconvertie en très "select" archives départementales et petite bibliothèque de quartier.

    Et pourtant Rouen Motivée l'avait promis : " si les objectifs initiaux du GPV étaient louables, mélant rénovation urbaine et lien social, aujourd'hui le projet ne répond pas aux priorités des habitants...Rouen Motivée s'engage à passer à la vitesse supérieure..."

    Alors que les habitants s'interrogent de plus en plus sur leur avenir, c'est aujourd'hui dans Paris Normandie qu'ils n'hésitent plus à faire part de leur pessimisme, voire de leur écoeurement face à des projets qu'ils ne voient toujours pas venir.

    Démotivés, ils sont aujourd'hui en proie au doute, et c'est tout Grammont qui cale.

     

  • Les Hauts de l'affiche.

    artshauts.jpgOn ne change pas une formule qui gagne, surtout quand elle a déjà fait ses preuves.

    Nouvelle cuvée 2009 pour tous ceux qui sont amoureux du théatre de rue, dans la foulée de Vivacité, et ce pour la sixième année consécutive. Ça s'étale sur deux jours et ça commence vendredi 28 août dès 18H, place du Chatelet où comme d'habitude les associations de quartier sauront régaler nos papilles à la guinguette contre quelques Tunes qu'on aura préalablement échangé contre nos euros.

    Au programme :

    Pascal rousseau (vendredi 28 août 18H, samedi 29 août 18H)
    un habitué du parvis du centre Georges Pompidou qui y tient les foules en haleine en contournant les lois de l'équilibre… À couper le souffle !

    Petit théâtre de pain (Vendredi 28 août 18H30, samedi 29 août 18H30)
    Départ en vacances raté pour l'équipe de la guinguette ! Il faut ouvrir le cabaret et donner du spectacle. Monsieur Albert et Madame Léonie sont aux manettes de l'ambiance folle de cette guinguette de la place du Châtelet… Laissez-vous conduire.

    Milo & Olivia (vendredi 28 août 20H30)
    Klinke, c'est le nom du spectacle, est à mi-chemin entre cirque, théâtre et danse. Milo & Olivia tissent leurs aventures en apesanteur… Ils nous invitent dans leurs histoires ciselées au millimètre près.

    Annibal et ses éléphants (samedi 29 août 20H30)
    C'est le cirque cabaret d'avant. Où le surnaturel côtoie les allées du public. Venez faire connaissance avec Roger Cabot, bête de scène, venez confronter votre regard à son incroyable assurance… Sortirez-vous gagnant ? Sortirez-vous grandi ?

    Karnavires (samedi 29 août 21H30)
    Ce cheval est-il de Troie ? L'histoire qu'ils nous racontent est-elle un alibi ? L'Odyssée qu'on nous conte est-elle plus vraie que nature ? Ne restez pas sur vos interrogations, la pyrotechnie déployée vous guidera sur les chemins de la réponse…

  • Visite princière.

    32575255_p.jpg

     

    Liberté Dimanche nous l'apprend aujourd'hui, d'une information officieuse, mais à priori confirmée, la Ville de Rouen vient d'entamer des démarches afin d'inviter le Prince Charles à la célébration des Fêtes Jeanne d'Arc en 2012. Un souhait à ce qu'il est dit, de donner "une dimension particulière" aux Fêtes.

    On savait la municipalité très en verve sur le choix de ses intitulés, on la découvre maintenant fan de têtes couronnées.

    C'est vrai que Jean Lecanuet dont Valérie Fourneyron se verrait bien jouer l'héritière, avait déjà reçu Elisabeth II en janvier 1972. Alors nostalgie de "Point de Vue - Images du Monde", voir rattraper une non-invitation de la Reine d'Angleterre au 65e anniversaire du Débarquement, ou alors à l'instar de celle qui fut la candidate socialiste aux dernières présidentielles, voir le Prince entrer en repentance et demander pardon au nom de son ailleul Henri VI pour avoir brûlé Jeanne d'Arc, on ne sait ce qui motive cet intérêt soudain de la Gauche rouennaise pour le futur souverain britannique.

    La réponse donc en 2012, en fonction de l'agenda du Prince.