Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Visite de Quartier.

    xx.jpg

     

    Les élus du groupe d'Opposition Centriste au Conseil Municipal viendront à votre rencontre lors d'une visite dans votre quartier,

    le samedi 31 Octobre 2009,

     

    sous forme d'un « diagnostic en marchant ».

    C'est l'un de nos engagements d'élus, que d'aller régulièrement à la rencontre des habitants afin d'instaurer avec eux une relation de proximité et de leur offrir un moment d'écoute pour aider à résoudre des dysfonctionnements ou situations difficiles. Pour ceux qui n'auront pas la possibilité de se rendre à ce rendez vous, vous pourrez nous contacter à notre permanence, 8 bis rue Alsace Lorraine à Rouen ou en téléphonant au : 02.35.15.38.30.

    L'équipe de RouenPerspectives espère que vous serez nombreux à répondre à cette invitation et venir échanger avec elle. Vous trouverez ci-joint le plan du circuit proposé dans les différents secteurs, ainsi que les horaires approximatifs de passage.

    Programme :

    10H15-10H30 :Rendez-Vous devant la crèche Terre des Enfants, angle avenue de Grammont / rue Albert Camus

    Rue Gérard de Nerval (visite de jules Adeline)

    Rue Jules Adeline (pavillons, centre social)

    Allée Laruelle (pavillons)

    Rue Jules Siegfried

    Rue Jules Adeline

    Cité des Jardins

    Rue du Prieuré

    Enclave Grammont, impasse de la poudrière

    Rue de Plantagenet, rue de la Grenouillette, rue des platanes

    Rue de Lessard.

    Celle-ci se terminera au Restaurant des Abattoirs, 33 rue Henri II de Plantagenêt vers 11h30/11h45


    Agrandir le plan

  • TCAR, on fait quoi le soir ?

    images.jpeg

     

    Ils trouvent ridicule qu'il n'y ait plus de métros ou de bus le soir, et d'être obligés de traverser la ville à pied pour rentrer chez eux.

    C'est vrai qu'à l'heure où l'on parle de plus en plus des transports en commun en terme de déplacement doux, et qu'on cherche à inciter à leur utilisation plutôt qu'à prendre son véhicule, la question est plus que pertinente dès que l'on est adepte de la dernière séance de cinéma, ou qu'on rentre un peu tard le soir.

    A l'heure où l'on s'achemine vers une communauté élargie ayant pour principale compétence les transports en commun, un groupe s'est constitué sur Facebook en juillet 2009. Aujourd'hui ils sont tout de même 1709 membres de la communauté à s'être reconnu dans cet appel " à l'ouverture de lignes régulières de la TCAR la nuit".

    Des avis et des signatures pour une future pétition qu'on a eu envie de relayer ici puisqu'on pense comme eux que la TCAR et les élus de l'Agglomération devraient tout de même s'interesser au sujet, dès lors qu'on entend faire vivre la Ville aussi le soir.

    Et vous, vous en pensez quoi ?

  • Pour le respect de la démocratie au sein du Conseil Municipal.

    xx.jpg

    Samedi 17 Octobre se tenait un conseil municipal à Rouen. L'ensemble des élus de l'opposition a été amené à devoir  quitter le conseil devant le refus du maire de Rouen d'accepter un débat sur le Projet de l'espace Monet  Cathédrale. Une manifestation à priori pas comprise par le Maire qui n'y voit là qu'une réponse à son refus d'accorder la parole à Edgar Menguy, conseiller municipal du groupe UMP-Réussir ensemble, comme il en ressort de la lecture du compte-rendu de la séance.

    Nous avons tenu à faire connaître officiellement notre position par rapport à de graves dérives qui s'installent depuis quelques mois au sein du Conseil municipal qui tendent à priver les élus d'un débat nécessaire à toute vie démocratique.

    Un courrier en ce sens à été transmis au Maire de Rouen, avec copie à l'ensemble des groupes représentés au sein du Conseil :

    "Madame le Maire,

    Samedi matin, s'est tenu le conseil municipal de Rouen pour lequel le nouveau règlement intérieur s'appliquait.

    C'est dans un état d'esprit constructif, vous en conviendrez, que notre groupe avait participé à sa rédaction.

    Nous en connaissons donc chacun la teneur et considérons que c'est un élément de référence pour l'exercice de la démocratie au sein de notre assemblée municipale.

    Aussi tenons-nous à vous redire très officiellement notre incompréhension et notre indignation quant à la manière dont vous avez géré le débat portant sur la motion déposée par notre groupe.

    Après que chaque groupe se fut exprimé, alors que le règlement intérieur, dans son article 8, ne donne aucun caractère restrictif au nombre d'interventions des orateurs, vous avez refusé de redonner la parole à ceux qui la demandaient, mettant ainsi un terme de manière unilatérale et autoritaire à la discussion.

    Plus grave encore, s'agissant de l'amendement que proposait le groupe des Verts à notre texte, vous avez sciemment coupé court au débat et empêché que notre groupe puisse reprendre la parole pour nous déterminer sur l'acceptation ou non de celui-ci.

    Vous n'êtes pas sans savoir, en tant que parlementaire, la manière dont se gère la question des amendements et sous amendements, dans toute assemblée : c'est bien à l'auteur du texte ou de la proposition qu'il revient de donner son avis.  Aussi,  considérons-nous comme un déni de démocratie l'incident survenu lors de la séance du Conseil Municipal du 17 octobre 2009 et vous demandons instamment de veiller, lors des prochaines séances, au respect des procédures.

    Nous vous prions de croire, Madame le Maire, à l'assurance de notre sincère considération."

     

  • Un rouennais à l'honneur.

    logorouen_couleur_hr.png

     

    Un rouennais, Jean Michel Clémenceau a sauvé une femme septuagénaire qui se noyait dans la Seine lors de la dernière Armada en 2008. Un acte que nous tenons à saluer ici en y associant Monsieur Gérard Pontini, également présent lors de ce sauvetage.

    Nous tenons ici à le féliciter pour l'obtention de la Médaille d'Honneur de la Ville pour cet acte de courage et de dévouement.

  • Espace Monet-Cathédrale : les conseillers de quartier s'interrogent...aussi.

    images-1.jpeg

     

    Le projet d'aménagement de la cathédrale, et plus particulièrement le projet Monet-Cathédrale continuent toujours à interpeller, tant sur le fond que sur la forme.

    Derniers en date, les conseillers de quartier Vieux-Marché Cathédrale, qui lors de leur réunion de la commission Patrimoine, Urbanisme Culture et Espaces Verts du 15 octobre dernier, semblent se poser eux aussi beaucoup de questions  à la lecture du compte rendu de la réunion :

     

    "Plusieurs conseillers de quartier ont assisté le lundi 5 octobre à la présentation par Mme le Maire et l'architecte du nouveau projet.

    Faut-il se réjouir d'un projet qui n'a plus rien de contemporain et nous ramène à la période de la reconstruction de Rouen -dont M. Gréber a été l'urbaniste de 1941 à 1948 - ?

    La Commission supérieure des Monuments historiques a visé le projet avec quelques réserves (bien légères). Une commission de suivi veillera au respect des divers aspects de ce plan.

    Une nouveauté : un escalier et un ascenseur mèneront à un petit « belvédère » public dont la vue donnera sur les jardins d'Albane ; la Ville devrait en confier la gestion à l'Office du Tourisme.

    Des conseillers aimeraient avoir des réponses aux questions suivantes :

    - Où sont passés les 20% réservés aux logements sociaux ?

    - Pourquoi la Ville n'a-t-elle pas gardé la salle de congrès de 800 m2 prévue dans le précédent projet ?

    - A combien se montent les frais juridiques déboursés par les Rouennais suite au recours déposé par un habitant et élu de la ville ?

    - Une maquette situant le projet dans son environnement sera-t-elle réalisée ?

    Une réunion plus technique sur le déroulement des travaux se tiendra le 5 novembre, à 20h."

    Bien évidemment les réponses apportées seront également mises en ligne. Rappelons toutefois que bon nombre de ces questions ont déjà été déjà posées en Conseil Municipal, et qu'on attend toujours qu'on veuille bien daigner nous répondre.

    Les conseillers de quartiers auront-ils plus de chance ?

     

     

  • Agglomération de rouen : un projet au rabais.

    77403081.jpgLaurent Fabius ayant échoué à créer la communauté urbaine tant annoncée, propose aujourd'hui aux quatre intercommunalités de Rouen, Elbeuf, Seine Austreberthe, Le trait-Yainville, de fusionner au 1er janvier 2010.

    Soit. Mais la question demeurre : pour quoi faire, et dans l'intérêt de qui ?

    Et là, on n'en sait rien, hormis sur ce qui se fait déjà : collecte des ordures ménagères, transports, gestion de l'eau. Pour le reste, cette fusion n'est porteuse d'aucun projet nouveau, ni d'économies comme on le fait miroiter.

    Et pour cause, plutôt que d'associer Rouen et son Agglo à d'autres communes telles que Barentin ou Louvier-Val de Reuil, porteuses de développement autour de l'axe Seine, on intègre des communes rurales qui ne le souhaitent pas. Dans l'intérêt de qui ? Pas des habitants en tout cas qui ne seront jamais consultés par voie référendaire. Dans l'intérêt des élus en revanche qui se paient la part du lion, car on apprend que le Président pressenti, Laurent Fabius, compterait s'entourer de 46 vice-présidents indemnisés 2500€ chacun. Un exécutif qui prend des allures d'armée mexicaine.

    A l'heure où, à travers la réforme des collectivités territoriales, le gouvernement travaille à une simplification des couches administratives du pays, coûteuse en frais de fonctionnement, on est ici à contre courant.

    Ce samedi, l'ordre du jour unique de notre Conseil Municipal devait être de débattre de la place de Rouen à l'intérieur de cet ensemble communautaire, et de l'intérêt que nous aurions à y adhérer. Si nous souscrivons pleinement "à vouloir nous donner les moyens de nos ambitions, le choix d'un territoire plus solidaire", nous souhaitons toutefois le meilleur pour ses habitants : c'est pourquoi nous refusons un projet bricolé pour masquer en définitive l'échec de qui aurait pu être une grande Communauté Urbaine.

    C'est la raison pour laquelle l'ensemble du groupe Centre, Démocrates et Indépendants se positionne contre un projet au rabais.

    Une position que nous n'aurons pas pu défendre, mais qui est consultable ici, le Maire de Rouen ayant au début de notre Conseil refusé un débat digne à la motion que nous avions déposée nous obligeant faute de pouvoir nous exprimer, à quitter l'Assemblée Municipale. Le résultat au final était connu d'avance, personne au sein de la majorité n'osant contredire ce qui avait été décidé par le Président de l'Agglomération.

    Pour une fois, notre conseil municipal aura pris des airs de Conseil d'Agglo : des délibérations envoyées à la va vite, sans discussion ni contestation. Ça tombait bien, car pour le Maire et ses adjoints, à 11Heures précises, c'était inauguration de la Fête du Ventre.

     

     

     

  • Retour sur un référendum à géométrie variable.

    RM2.jpg"L'environnement de la Cathédrale de Rouen mérite un traitement particulier tant celle-ci symbolise l'histoire et la beauté dans le coeur des Rouennais. La place qui l'entoure ne peut pas être laissée au seul appétit des promoteurs immobiliers. Il est urgent de raser l'ancien palais des congrès, de laisser respirer la place, de mettre en valeur la façade de l'hôtel Romé, les jardins de la Cour d'Albane, la liaison entre les rues Saint-Romain et du Gros-Horloge et de lancer sur ces bases un concours international.

    Sur un tel sujet, le débat est indispensable et nous organiserons un référendum pour associer tous les Rouennais."

    Rouen Motivée - Mars 2008 - Les 100 projets

    Ce samedi matin, le groupe Centre, Démocrates et Indépendants a donc demandé par une motion en Conseil Municipal, que pour être fidèle à ce qui avait été promis aux rouennais, une nouvelle consultation puisse être organisée par rapport au nouveau projet proposé. Une façon, comme le soulignait justement Jean Michel Berégovoy dans les colonnes de Paris Normandie, "de boucler la boucle".

    Reconnue d'intérêt local lors de la Conférence des Présidents de groupe, celle-ci a donc pu être lue lors du Conseil Municipal. Chaque groupe a pu s'exprimer, et le groupe des Verts, par la voix du même Jean Michel Bérégovoy, a demandé, pour que son groupe puisse y être favorable et la voter, que celle-ci puisse être amendée. Pourquoi pas.

    Et c'est là que les choses se gâtent : peur de voir se mettre en place un axe Verts-Opposition propre à mettre en évidence "le manque de débat et de transparence dans l'exécutif municipal", le Maire de Rouen n'autorise pas notre groupe à donner son avis sur l'amendement, ni même à en discuter, réservant son acceptation ou son refus au vote du Conseil Municipal. Un refus que seuls les élus socialistes, majoritaires, votent  laissant les autres groupes de la majorité dans l'hésitation de ce qu'il convient de faire.

    Une première rouennaise dont on peut légitimement supposer que la députée de Rouen ne se serait pas privée de fustiger si elle avait été tenue à l'Assemblée Nationale.

    Au delà de la sortie de l'ensemble de l'Opposition Municipale face à un débat tronqué et qu'on voudrait museler au titre de la pensée unique, on aura tout de même entendu de la bouche de l'ex candidate à la Mairie de Rouen qu'un référendum local n'était pas légal au titre de l'article 72-1 de la constitution. Un "point de détail" que tous ceux qui ont participé à la consultation citoyenne menée à grand coup de communication en 2008, ou qui ont crû que cette promesse de Rouen Motivée était du domaine du possible, apprécieront au final.