Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Que la propreté soit....

    2207866428.jpg"La ville vient de lancer une campagne de communication sur le civisme sur le thème de la propreté qui se déroule du 12 septembre au 24 octobre prochain pour sensibiliser au respect de l'espace public et créer une rencontre entre les équipes de la propreté et les habitants.

    Dans le cadre de cette campagne une opération de "communication dans la rue" (street marketing) aura lieu les vendredi 28 septembre (de 13h à 18h) et samedi 29 septembre 2012 (de 11h à 18h) rue Eugène Boudin dont l'enjeu sera d'interpeler les promeneurs pour ouvrir avec eux un dialogue, susciter leur intérêt et leur faire découvrir les engins et les différents matériels utilisés par les agents de la Direction des Espaces publics et Naturels.

    Une réunion d'information a eu lieu jeudi dernier pour les conseillers de quartier. Pour ceux qui n'ont pas pu venir à cette réunion et qui sont intéressés, vous êtes conviés, en tant que conseillers de quartier, à participer à cette opération et venir dialoguer avec les agents de la ville et les habitants."

    Par ces quelques lignes adressées aux conseillers de quartier, le Maire et sa première adjointe par ailleurs en charge du dossier depuis le début du mandat, entrent donc dans le vif d'un sujet défendu dans le programme de Rouen Motivée pages 24 et 25.

    Faudra t'il y voir là encore un retard à l'allumage, le démarrage de l'opération prévu à 12H30 ne commencera finalement qu'à 13H30 par une arrivée tardive des édiles sensés lancer l'opération, à l'instar d'un problème récurrent et maintes fois dénoncé par les Rouennais dont ils laissent planer l'idée qu'à 18 mois de prochaines échéances il va enfin être pris à bras le corps, soit tout de même 4 ans après leur arrivée à la tête de l'éxécutif municipal.

    S'il n'est pas question ici de dire que ces problèmes de propreté sont le fait de cette seule municipalité, force est de constater qu'à ce jour, malgré un investissement important des services et des employés municipaux, les incivilités perdurent.

    L'opération "Rouen Ville Propre" est donc lancée, et on espère sincèrement qu'elle portera ses fruits.

    Si l'achat de matériels neufs et performants est une bonne chose, il ne faut pour autant pas oublier le personnel et être à son écoute et le soutenir face aux incivilités mais faire aussi preuve d'imagination : des cendriers portables que nous demandions déjà depuis plus de deux ans font enfin leur apparition ; reste maintenant à aller à la rencontre des potentiels utilisateurs, à la sortie des lycées, mais aussi des établissements de nuits, même si à ce sujet, rien ne semble encore avoir été prévu...la sensibilisation des riverains par la mise en place d'un numéro d'appel qui ne soit pas surtaxé comme là aussi nous l'avions réclamé... Reste que pour certains contrevenants, malgré toutes les campagnes de sensibilisation passées et à venir, seule la verbalisation pourra venir à bout de mauvaises habitudes. Mais pour cela il faudra plus d'agents que ceux mis actuellement à traiter le problème, et surtout enfin vaincre cette fâcheuse tendance à ne pas vouloir toucher au porte monnaie des contrevenants, dès lors qu'ils ne sont pas des professionnels. Difficile de comprendre sans vouloir non plus rentrer dans le tout répressif, qu'il serait normal de taxer les automobilistes et leurs véhicules mal garés et de s'abstenir dès lors que l'espace public se trouve altéré. 

    Oui la propreté est l'affaire de tous, et de tous les instants. Et pour cela, au delà du personnel municipal et des moyens mis en place, il faut surtout un adjoint en charge motivé, responsable et disponible, s'occupant pleinement de cette fonction, car c'est bien là d'un temps plein dont il s'agit. Par le choix fait en 2008, et conforté par le changement de Maire en 2012, cette volonté de vouloir faire de la propreté une priorité municipale souffre d'un cruel handicap : une telle délégation ne peut être en effet exercée en dilettante, entre un mandat de premier adjoint, celui de conseiller général et de vice président d'agglomération.

    Et c'est bien là aussi un problème...

  • Nouveaux locaux pour Aides Haute-Normandie.

    IMG_2044.jpgCréée en 1984 et reconnue d'utilité publique en 1990, AIDES est la première association française de lutte contre le sida.
     
    Dès son origine, l'objectif de l'association a été de réunir les personnes touchées directement ou indirectement par le sida afin de leur permettre de s'organiser face à ce nouveau fléau.

    L'antenne haut-normande inaugurait ses nouveaux locaux ce soir.

    Outre des actions de prévention et d'accompagnement, En complément des CDAG, Aides organise également une permanence santé sexuelle avec TROD (Test Rapide d'Orientation Diagnostic). Ces tests sont réalisés de façon anonyme et gratuite. Les permanences santé sexuelle avec TROD sont réalisés chaque jeudi soir entre 18 h 30 et 20 h au local de AIDES.

    Adresse : 23, 25, 27 rue du Fardeau – 76000 Rouen
    tél. : 02.35.07.56.56 – mail : aides.rouen@wanadoo.fr


  • Semaine européenne de la mobilité.

    semaine-mobilite2001.jpgCréée en 2002, à l’initiative de la Commission européenne, la Semaine européenne de la mobilité, du 16 au 22 septembre pour cette année 2012, a pour but d’influencer de manière durable la résolution des problèmes de mobilité et de trans­ports urbains et d’améliorer la santé et la qualité de vie des Européens.
    Les objectifs affichés de cette semaine étaient :

     

    1) la réduction des émissions de gaz à effet de serre, des pollutions et des nuisances ;

    2) le changement de comportement en matière de déplacement.

    Une opération qui s’adresse initialement aux villes et autres collectivités (agglomérations, syndicats mixtes, départements, régions, autorités organisatrices de transports) et qui se décline en France sous l’intitulé « Bougez autrement ! » en s’adressant également aux entreprises exploitant un réseau de transport, associations, entreprises et services publics (établissements scolaires, établissements publics, administrations…).

    Conjointement organisée par le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, en partenariat avec l’Ademe, le GIE Objectif transport public, le Club des villes et territoires cyclables et la Fub, la manifestation s'est faite porter pâle à Rouen pour cette année 2012.

    Sans doute en manque de conseil d'un véritable adjoint sensibilisé à la question, celui qui en 2009 y voyait l'opposé d'une semaine « gadget » l'aura certainement reléguée aux côtés des promesses oubliées de Rouen Motivée.

    Recyclage prévu en 2014.

  • Ateliers d'artistes.

    Logo-Ateliers-dartistes1.jpgDeuxième édition les 29 et 30 septembre prochains pour les Visites d’Ateliers d’Artistes organisées par la CREA après un premier crû prometteur où les habitants de l'Agglomération ont pu rencontrer et découvrir les artistes plasticiens vivant dans nos communes.

    Oui, pénétrer dans un atelier de création reste toujours un moment unique, entre curiosité et magie, une rencontre intime tout à la fois d’une oeuvre, d’un créateur et d’un lieu. Peintres, dessinateurs, calligraphes, sculpteurs, graveurs, photographes, céramistes, mais aussi artistes multimédia, plus de 200 artistes, amateurs et professionnels, issus d’une trentaine de communes ouvriront donc cette année encore leurs ateliers en toute convivialité.

    Une convivialité que notre ancien Président d'Agglomération devenu depuis quelques mois Ministre des Affaires Etrangères aura sans doute voulu reproduire au Quai d'Orsay, en empruntant neuf tableaux de maître prêtés par le Musée d'Orsay, parmi lesquels un Boldini et des Renoir. Des œuvres d'art,elles, qui n'auront été accessibles au public que lors des dernières Journées annuelles du patrimoine.

    Si le musée s'est acquitté des frais de transport, Le Canard enchaîné chiffre tout de même à 85 000 euros le montant de l'opération aux frais du ministère. Les affaires étrangères ont en effet dû financer l'installation des cimaises, du système de sécurité, le recours à un architecte-scénographe, le montage et un livret explicatif des œuvres. Un montant jugé "excessif" sur l'avis de professionnels contactés.

    Le guide des Ateliers d'Artistes ouverts au public est consultable ici

  • Les soirées de l'ambassadeur.

    nintendo-ambassadeur-logo-gamopat.jpgla saga Kindarena continue.

    S'il n'est pas question ici de remettre sur le tatami ce qui nous oppose depuis de nombreux mois à la manière dont a été gérée l'opération naming du Palais des Sports par les dirigeants de la Crea, force est de constater que malgré le discours de façade de son nouveau Président, la privatisation rampante d'un équipement public voulu et payé par le contribuable se poursuit.

    Dernier exemple en date, l'annonce faite à tous les amoureux du handball et supporters de notre équipe de France qu'il ne leur serait pas possible d'assister aux éliminatoires de l'Euro 2013 le 1er novembre prochain, face à la Lituanie. Alors que les réservations du quota de 1 200 places réservé au grand public ne devaient débuter que le 1er octobre prochain, la ligue de handball de Normandie a fait savoir qu'elle avait d'ores et déjà vendu ces places au seul profit des licenciés des clubs de la ligue de Normandie.

    Chacun appréciera.

    "Nous avons souhaité que ce Palais des Sports soit pleinement le vôtre" écrivait Frédéric Sanchez dans son édito. Pour la Zumba peut-être, mais pour voir les experts, il va falloir encore attendre.

    Finalement, le choix de Ferrero s'avèrerait presque judicieux dans cette histoire, car le Palais des Sports de Rouen, c'est un peu comme le rocher du même nom ou le Kinder: une confiserie chocolatée au cacao qui contient une surprise ou une noisette à l'intérieur. Et là en 3 semaines d'existence, la noisette, elle, est toujours un peu dure à croquer pour les Rouennais.

  • Bon crû pour l'asso de Rouen 2012.

    Forum-des-asso-22sept2012-260x392.pngEt de 4 pour cette manifestation organisée par la Ville de Rouen.

    "A l’asso de Rouen" a investit aujourd'hui les rues du centre-ville en permettant aux associations locales de se présenter, de montrer leurs projets et leurs programmes et au public de prendre facilement les renseignements sur des structures dont le rôle social, d'animation et de lien n'est plus à démontrer sur la Ville.

    Qu’elles soient sportives, culturelles, solidaires ou de loisirs, ce sont 260 organisations qui étaient représentées. Au programme également, animations (dont le tir à l'arc que pour notre part nous avons particulièrement apprécié :), démonstrations et spectacles autour de la cathédrale et à la Halle aux toiles.

    Un travail remarquable menée par les services de la Ville et notre collègue Hélène Klein pour pour mettre sur le devant de la scène celles et ceux qui oeuvrent tous les jours à faire de rouen une ville vivante. On ne peut que s'en féliciter.

  • Alzheimer : une journée contre l'oubli.

    article_2109-FRA08-ALZHEIMER.jpgAujourd’hui, vendredi 21 septembre 2012, s'est déroulée la 19eme journée mondiale d’Alzheimer dans le but d’améliorer la vie des personnes malades mais aussi de leurs aidants.

    Depuis 1994 l’Association France Alzheimer et les associations départementales réunissent leurs efforts pour sensibiliser et informer sur cette pathologie qui touche aujourd’hui plus de 850 000 personnes en France.

    L’occasion de dresser le bilan de ce qui a changé dans le champ de la maladie d’Alzheimer depuis les années 1980 et de tracer des perspectives d’avenir.

    Pour cette 19e édition, l’association a choisi le thème « Prévenir et aider pour mieux vivre la maladie ».
    Parce que si la maladie ne peut être prévenue scientifiquement et médicalement, il est possible d’améliorer son accompagnement.

    Aujourd’hui trop nombreuses sont les personnes malades et leur famille qui se sentent démunies, stigmatisées et isolées face à cette épreuve. S’informer est donc une des premières étapes essentielles qui permet de mieux affronter la maladie au quotidien.

    Dans cet accompagnement des malades et des aidants, seuls des moyens financiers stables et pérennes via un investissement plus fort de l’État et la mise en œuvre d’une vraie politique de santé publique autour de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées sont des réponses adaptées.

    Au delà de ceux-ci, nous devons faire face à cet enjeu de santé publique, être innovant et imaginatif : par l'information dispensée auprès du public, la mise en place de structures d'aide aux aidants, tant en terme de formation que de relais, par des professionnels, mais aussi par des bénévoles qu'il convient d'associer à la démarche afin d'enclencher une dynamique locale et régionale. Des structures qui sont des éléments essentiels pour les aidants, mais qu'il convient d'aider et de diversifier pour aider les malades et les familles.Un rôle partiellement rempli par le CLIC (Centre Local d'Information et de Coordination ) qui répond aux interrogations et informe sur les solutions existantes.

    Mais il reste beaucoup à faire.