Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'accident du pont Mathilde : Oui un contournement est indispensable.

     
     

    Lundi matin, en plein trafic, un camion-citerne a pris feu sur le pont Mathilde, au coeur de la Ville. Ce poids-lourd, en transit sur notre agglomération, transportait 22 000 litres de gas-oil et 9000 litres de super. Cet accident, spectaculaire, aurait pu être d'une extrême gravité et lourd en coût humain. Il n'en est fort heureusement rien, mais on n'ose imaginer le drame qu'il aurait pu générer, en d'autres circonstances. Pourtant, par ses conséquences, cet accident risque de perturber, pendant des mois, la circulation dans notre ville et notre agglomération.
     
     
    Au vu des premiers constats, la solidité du pont pourrait être affectée, ce qui pourrait nous priver durablement d'un franchissement canalisant quelques 80.000 véhicules chaque jour. Toute la fragilité du réseau routier de l'agglomération nous apparaît aujourd'hui cruellement. En dehors même d'un accident toujours possible, les moindres travaux sur un des axes privilégiés (le carrefour Saint-Paul, par exemple) perturbent également toute la circulation. Ce sont donc les conditions de vie des habitants qui se trouvent malheureusement affectées (dégradation de la qualité de l'air, augmentation du bruit), l'équilibre fragile du déplacement urbain qui se trouve mis à mal, avec des conséquences économiques, environnementales et sanitaires vraisemblablement graves si elles devaient perdurer.
     
     
    Le plan de circulation annoncé cet après-midi par le Préfet de Région a pour objet de faire face à l'urgence de la situation, mais ne doit pas occulter la question de fond : comment éviter la circulation de transit des poids-lourd au coeur de la capitale normande. Ni le pont Mathilde, ni le pont Flaubert, ni même le pont de Brotonne (lui même vieillissant et limité à la circulation) ne peuvent répondre à cette exigence.


    Plusieurs mesures s'imposent:
     
     
    - à brève échéance, et de façon pragmatique, nous devrons étudier l'impact des premières mesures prises, et si besoin, adapter le plan de contournement de l'agglomération pour atténuer les conséquences de la fermeture du pont Mathilde. Le trafic de transit (qui traverse la ville sans s'y arrêter) doit être détourné des zones habitées. Dans les limites de la ville, il convient aussi de corriger certaines mesures récentes (sens interdits ineptes, feux tricolores sur-ajoutés, comme sur la route de neufchâtel..) qui aggravent la situation au lieu de la soulager.
     
     
    - nous devons engager rapidement, de façon durable et pérène des actions sur les déplacements doux, au sein de l'agglomération, en incitant nos concitoyens à laisser leurs véhicules au garage : par une offre en transport en commun conséquente et adaptée, des parkings relais, des tarifs attractifs, une politique vélo ambitieuse, un vrai réseau de pistes cyclables, des incitations à se déplacer autrement, comme cela se fait déjà dans d'autres villes françaises et européennes. Sans attendre, la réalisation de tram-trains vers Barentin et Elbeuf doit elle aussi être remise à l'étude, comme la reprise de la liaison ferroviaire entre Evreux et Rouen afin de favoriser les déplacements domicile-travail de bon nombre de nos concitoyens.
     

    - au delà de l'urgence, c'est le contournement Est de l'agglomération qu'il faut réactiver. Ce dossier est aujourd'hui au point mort malgré la présence de plusieurs personnalités locales au gouvernement, même si ces derniers jours le tracé reliant l'A13 à l'A28, datant de 2005 semble être réactivé. Au delà de la violette de Rouen, l'obstacle financier qui sert souvent de prétexte à l'urgence de l'attente, peut être surmonté avec une formule de concession étalée sur 50 ans par exemple. Pour les habitants de l'agglomération, un tarif privilégié de péage pourrait être mis en place comme l'ont fait d'autres grandes villes françaises ou européennes. A l'heure où s'ouvre à Paris un nouveau colloque sur l'avenir de l'axe Seine, le Grand-Paris ne saurait absorber l'essentiel des efforts en matière d'infrastructures de transport. Assurer la continuité autoroutière est notre priorité. D'autres perspectives doivent également être étudiées, à l'Ouest de l'agglomération, n'en déplaise aux conservatismes locaux. On ne saurait abandonner le sort de 500 000 habitants et l'avenir économique d'une région.

     
    L'urgence du contournement de Rouen est malheureusement aujourd'hui évidente, au risque d'aggraver la situation économique d'un bassin d'emploi durement touché par la crise et de continuer à menacer la santé des populations. C'est aujourd'hui une question d'intérêt public qui doit trouver rapidement une réponse.


  • Axe Seine : un nouveau colloque à Paris.

    895286453.jpgDepuis 2009, les maires et présidents d’agglomération du Havre, de Rouen et de Paris se sont engagés dans une démarche de promotion du développement de la Vallée de la Seine.



    L’Axe Seine apparaît comme l’un des plus grands défis d’aménagement du territoire actuels et représente un 1/3 du PIB national. Ses atouts pourraient la transformer en une des régions les plus compétitives du monde.

     

    A l'heure où les grands projets pour notre région s'étiolent au fil de l'eau, sans que deux ministres issus de notre territoire ne semble y trouver à redire le colloque de Paris, après celui du Havre et de Rouen, vise à rassembler, grâce à une méthode participative,  les différents acteurs  du monde institutionnel, politique et économique et à proposer des pistes communes notamment en matière de gouvernance.

     

    Rendez-vous donc le 22 novembre prochain à l'Hôtel de Ville de Paris pour convaincre que le projet a encore de l'avenir et de l'intérêt, malgré le froid soufflé ces derniers mois par l'actuel gouvernement.

     

    Absent de marque du casting des invitants, le Maire de Rouen encore une fois relégué au strapontin par le tout nouveau Président de l'Agglomération, quand sont présents les Maires de Paris, du Havre et de Caen.

     

    Une preuve encore s'il en faut que Rouen compte décidemment peu, et qu'il suffit simplement d'être élu maire d'une commune de 25.000 habitants pour présider au destin d'une Ville qui postule au rang de capitale régionale. De Rouen Capitale à Réver Rouen, il n'y a décidément qu'un pas.

     

  • Espace Public ?

    Rollon-tagué-.jpgNous nous en étions déjà émus en conseil Municipal, et avions interpellé l'adjointe en charge de la culture au détour d'une délibération portant sur le mécénat.

     

    Si par mécénat, on tente d'aider et peut être par la suite de promouvoir des arts et des lettres par des commandes ou des aides financières privées, que le mécène soit une personne physique ou une personne morale, comme une entreprise, attention toutefois comme responsable public, à ne pas décourager cet engagement par une absence de contrôle ou d'entretien de l'objet,de l'oeuvre ou de l'espace public qui aurait pu en bénéficier.

     

    Piqûre de rappel avec la tête d'un navigateur de Jean Marc de Pas disparue sans laisser de trace parce que mal fixée et non remplacée un certain temps, ou un hommage à Aimé Cesaire, le Gyro de Laurent Saksik, payé par l'entreprise Ferrero, caillassée et laissée en l'état sans la municipalité là aussi s'en émeuve...la liste des incivilités ou plus communément de la bétise de certains comme de l'inertie de la municipalité est plutôt longue.

     

    Aujourd'hui, c'est l'Association P’tit Pat’ Rouennais  qui nous interpelle, après que la statue de Rollon du sculpteur Alphonse Guilloux  Arsène Letellier, située dans les jardins de l'Hôtel de Ville et rénovée dernièrement, ait fait aujourd'hui l'objet de vandalisme en venant d’être amputée et son socle tagué. (© Bruno Girault)

     

    S'il n'est évidemmnt pas question de mettre une caméra ou un policier derrière chaque endroit susceptible d'être vandalisé, il est de notre devoir d'engager rapidement une réflexion et d'apporter des réponses.

     

    En détériorant le mobilier urbain, les transports en commun, les façades de bâtiments... , les graffitis et le vandalisme en général  entraînent des coûts importants pour les collectivités locales et participent au sentiment d’insécurité dans certains quartiers. Des expériences menées ici et là (mais pas à Rouen)  montrent qu’une lutte efficace contre les tags ou le vandalisme requiert des actions de répression mais aussi de prévention impliquant tous les services locaux concernés, les jeunes et la population sous forme de différentes actions possibles :



    • Le nettoyage systématique et rapide des inscriptions et dessins décourage les graffiteurs et permet d’éviter l’effet tâche d’huile.



    • Réglementer, identifier et poursuivre effectivement les auteurs des dégradations en leur réclamant entre autres, les frais de nettoyage.

     

    Montrer l'exemple et ne pas lorsqu'on est élu et membre d'un parti politique s'affranchir de certaines règles en pratiquant l'affichage sauvage.



    • Sensibiliser la population locale et l’impliquer dans la lutte contre le vandalisme.



    • Développer des espaces de pratique légale de graffitis pour les jeunes voire leur confier des projets artistiques.



    • Prendre en compte, dans les projets de réaménagement ou création d’espaces publics, des revêtements du mobilier urbain empêchant l’apparition des graffitis.

     

    Des pistes dont il devient urgent de débattre et de tester aussi chez nous.

  • Point d'étape : ouvrons le débat.

    pe.jpgCela fait maintenant 4 ans que l’actuelle majorité municipale est en exercice et administre la ville de Rouen. Et à l’heure de la présentation des bilans, le groupe Rouen Perspectives souhaitait participer au débat, afin de permettre aux Rouennais de disposer d’éléments objectifs, tangibles, de faits établis ainsi que d’une vision différente de celle du Maire et de son équipe sur ces quatre années écoulées.

     

    L’objectif est de permettre aux Rouennais de pouvoir, en toute connaissance de cause, exercer leur sens critique et ainsi estimer aussi bien les efforts réalisés depuis 4 ans que les échecs.

    Ce bilan de l’action municipale, telle que nous la percevons, ne se résume pas à une critique purement négative qui serait une caricature de l’action de notre groupe d’opposition. Notre démarche a toujours été constructive, même dans la critique , mais aussi participative, tant à l’égard de tous, comme le révèle au jour le jour nos actions sur le terrain, qu’en interne, comme le prouve notre démarche d’ouverture.

    Cette présentation n’est donc qu’une première étape. Elle a pour vocation, in fine, de proposer par la suite aux Rouennais un projet cohérent, clair, dynamique et honnête pour les années à venir. Elle montre aussi par ailleurs notre intérêt et notre suivi actif de l’action municipale.

    Ainsi, dans cet esprit constructif mais aussi franc et honnête, nous souhaitions mettre en avant les réussites et succès de la majorité mais aussi la confronter à ses échecs. Et hélas, comme le révèle la présentation qui suit, ces derniers apparaissent, de manière objective, importants.

    118 engagements majeurs ont été relevés dans le programme de 2008. Sur cette base, il apparaît dans les faits que le taux d’échec, à savoir les mesures totalement abandonnées à ce jour, s’élève à la hauteur de 53% (rouge) ; le taux des engagements réalisés partiellement et/ou de manière insatisfaisante à 22% (orange) et le taux de réussite à 25% (vert).

     

    Ce résultat était hélas prévisible dès l’année 2008.

     
    En effet, lors de la campagne des élections municipales, nous avions mis en garde contre des projets trop nombreux et parfois trop couteux. Ils nous apparaissait impératif d’être honnête envers les Rouennais, et de leur indiquer que ces « 100 projets » de Rouen Motivée, ajoutés aux investissements lancés lors du mandat précédant, aboutissaient à un défi insurmontable sauf à augmenter de façon excessive la fiscalité, d’abandonner des investissements lancés ou revenir sur des promesses de campagne plus axées sur l’importance d’un chiffre (100 projets) que sur la possibilité de leur exécution.

    Si des échecs sont manifestes, il n’en demeure pas moins que d’autres engagements ont été menés à terme et ce serait manquer d’objectivité que de ne pas reconnaître certains succès et engagements tenus.

    Nous avons souhaité, par le vecteur de cet inventaire, présenter avec un maximum de rigueur et d’objectivité, notre sentiment sur la réalité des réalisations des engagements pris par la majorité en 2008. Il n’engage que nous. Pour étayer nos appréciations, les délibérations votées en Conseil Municipal, la réalité du terrain, les échanges avec les habitants, l’information trouvée dans la presse…

    D’ici quelques jours, nous mettrons en ligne un questionnaire afin d’interroger les Rouennais sur  leur perception du degré de réalisation des promesses de Rouen Motivée dans tous les domaines déclinés dans le programme de 2008. Ils auront alors toute latitude pour exprimer leur propre sentiment car au final, c’est à eux de juger l’action menée à Rouen depuis 4 ans.



  • Visite de quartier

    sje.jpgLes élus d’Opposition au Conseil Municipal du groupe Rouen Perspectives - Centre, Démocrates, Indépendants et UMP - viendront à votre rencontre lors d’une visite dans votre quartier des Sapins



    le samedi 27 Octobre 2012


    sous forme d’un « diagnostic en marchant ».


    C'est l'un de nos engagements d’élus, que d’aller régulièrement à la rencontre des habitants afin d’instaurer avec eux une relation de proximité et de leur offrir un moment d’écoute pour aider à résoudre des dysfonctionnements ou situations difficiles.
    Nous espérons que vous serez nombreux à répondre à cette invitation et venir échanger avec nous. Vous trouverez ci-joint le plan du circuit proposé dans les différents secteurs, ainsi que les horaires approximatifs de passage.

     

    rendez-vous pour un Départ : devant la pharmacie Flaubert, 32 Rue Albert Dupuis -10H puis nous suivrons le parcours suivant :


    Place de l’église Saint Jean Eudes


    Les Canadiens


    Centre Texcier


    Allée Cherbourg


    Salle Louis Jouvet


    Rejoignez-nous dès le départ, sur le chemin ou lorsque cette visite se terminera vers 12H au Café le Rallye ,155 rue Albert Dupuis, où nous vous attendons nombreux pour parler de votre Quartier autour d’un verre de l’amitié.

     


    Agrandir le plan

  • Le changement c'est maintenant ! Enfin il parait....

    parti-socialiste-rose-logo.jpgNous nous en étions déjà fait l'écho.

     

    Le slogan de campagne qui voudrait nous faire croire que le parti socialiste a décidément changé, s'ouvrant au modernisme et à plus de démocratie comme partout ailleurs en Europe, semble avoir une fois encore chez nous en Seine Maritime, du plomb dans l'aile.

     

    Socialiste au pays des socialistes, c'est une fois encore, Dominique Gambier qui en parle le mieux.

     

    "Curieuse conception de la morale en politique : quand on soutient François Hollande aux primaires, on est viré des instances fédérales ; Quand on le traite de « gauche molle »-ou de fraise des bois-, on devient Numéro 2 du PS !

     

    Curieuse conception de la morale en politique quand on fait voter des règles par les militants , qu’on fait prendre des engagements par les candidats devant l'opinion , et qu’on ne les applique pas à soi même ; ce n'est pas le meilleur exemple de démocratie et de mise en œuvre d'un vivre ensemble nécessaire à tout parti !"


    On ne saurait le contredire.

  • Rouen Perspectives n°20.

    Rouen Perspectives, outre le blog, c'est aussi un quatre pages d'information mensuelle aux rouennais, rédigée de façon collégiale, que nous distribuons sur les quartiers, et plus spécialement sur les marchés de Rouen. Cette lettre ne traîte exclusivement que de sujets locaux, et a pour vocation de sensibiliser les rouennais sur ce qui se passe à Rouen, sur les projets à venir, et de les informer sur nos positions et nos propositions pour le quotidien de notre Ville, mais aussi imaginer ensemble le Rouen de demain. (Pour voir la lettre complète, cliquez sur son image.)

     

    Alors rendez-vous dès demain sur les marchés :)

     

    rpf1.jpg