Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • TCAR 0 - Dragons 1.

    dragonsrecadre.jpgA Rouen, il n'y aura pas de métro et de bus à partir de 21 heures ce soir. Une décision de la Crea au titre d'une soit-disant faible fréquentation.

     

    Alors que la Sécurité Routière multiplie les appels à la prudence notamment sur cette soirée de la Saint Sylvestre, que d'autres villes organisent les transports en commun gratuits ou décident comme au Havre de maintenir des lignes nocturnes, la décision interpelle.

     

    Il faudra faire donc sans, alors que ceux aujourd'hui aux commandes entendent vouloir jouer le rôle d'une ville capitale. Qu'on se le dise, la capitale ferme à 21H. Après, débrouillez vous !

     

    Alors pour ceux qui conscients que l'alcool et conduite font très mauvais ménage, on rappellera que ce soir encore les bénévoles des "Dragons vous ramènent" seront là de 20h et ce jusqu’à 8h du matin, le standard de cette association rouennaise, normalement basée sur l’île Lacroix, répondra aux appels des personnes soucieuses d’être ramenées chez elles en toute sécurité.

    Une centaine de bénévoles qui vous raccompagnent à leur domicile dans un rayon de 20 kilomètres autour de Rouen les conducteurs ayant dépassé le taux d’alcoolémie autorisé, et leur voiture.

     

    Alors on n'oublie pas le numéro, c'est le 02 35 15 12 07 !

  • Une bonne et heureuse année 2013.

    cv2013.jpgAlors que 2011 2012 s'achève, nous vous remercions encore une fois de vos messages de soutien et de votre fidélité, que ce soit au travers de notre travail d'élus, quand nous vous rencontrons lors de nos visites de quartiers, sur les marchés où lors de différentes manifestations, mais aussi au travers de la lecture de ce blog, où maintenant depuis 4 ans, vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre.


    Les derniers chiffres de fréquentation sont d'ailleurs là pour le prouver puisque sur ce mois de décembre, vous avez été 4683 lecteurs, pour 13.337 visites et un total de 33.321 pages consultées.

     

    Alors que dans quelques heures sonnera 2013, nous vous souhaitons une bonne et heureuse année, faîte de joie, de santé, et de solidarité.

  • Un joyeux Noël.

    Edith Calonne, Laurence de Kergal, Anne-Sophie Deschamps, Régine Marre, Alain Mbongo, Bruno Devaux et Nicolas Zuili ainsi que toute l'équipe de RouenPerspectives vous souhaitent un joyeux Noel, pour vous-même et pour tous ceux qui vous sont proches.

  • Billet de fin du monde.

    BUGARACH.jpg

     

  • Burnout, attention danger !

    1743517023.jpgContrairement à ce que l’on pense souvent, le burnout est le fait d'un processus physiologique et non psychologique, complémentaire aux mécanismes du stress. Un événement inhabituel, comme une surcharge de travail passagère, provoque dans l’organisme humain diverses réactions chimiques telles que la montée d'adrénaline, comme pour le stress. Le cumul des signaux d’alerte finit par altérer l'organisme. Généralement, le syndrome monte lentement en puissance, sans même que l’individu qui en est victime ne s'en rende compte.

    Puis vient le jour fatal : l’individu ne peut plus ignorer cette fatigue permanente et intense, ce manque de motivation pour aller travailler, ces symptômes de stress omniprésents qui le rendent insupportable à autrui et à lui-même... Il est alors trop tard pour faire machine arrière : l’individu est « en burnout ». Il est complètement consumé, démotivé, démobilisé. Des semaines de repos voire de thérapie sont nécessaires pour lui faire retrouver le goût du travail.

     

    Nous apprenons aujourd'hui que notre collègue adjointe aux finances et adjointe à la culture à la Ville, Emmanuèle Jeandet-Mengual, par ailleurs, vice-présidente chargée de la culture et du sport à la Région Haute-Normandie., présidente du conseil de surveillance du CHU de Rouen, Présidente de la Fédération hospitalière de France (FHF) de Haute-Normandie, Inspectrice générale des affaires sociales (IGAS) honoraire... aura la charge de remplacer Alain le Vern à la Présidence de la Région Haute-Normandie après la démission, pour les fêtes, de celui-ci.

     

    Nous attirons l'attention du Maire de Rouen, de notre collègue adjoint à la santé et des décideurs socialistes sur les risques de burnout qui planent sur notre collègue en cette période de fin d'année, comme pour notre collègue Christine Rambaud, conseillère générale, vice-présidente à la Créa, devenue en plus de ses délégations première adjointe et depuis peu vice-présidente de Rouen Habitat.

     

    Les symptômes du burnout apparaissent progressivement, imperceptiblement au fil du temps, ce qui les rend d'autant plus difficiles à détecter. Pourtant, certains signaux faibles les caractérisent et leur apparition doit rapidement alerter celui qui les constate sur autrui ou celui qui les ressent sur lui-même.

    D’autres signaux, comme des signaux faibles plus prononcés et répétés ou des signaux plus caractéristiques d’un état de stress chronique, sont l’annonce d’une détérioration de l’état de l’individu. Il est alors urgent d’agir. Ce n’est toutefois pas aisé car l'une des constantes de cette pathologie est que la victime refuse d'écouter ces signaux d'alerte, même pour les plus prononcés. Or, si l’individu n'y prête pas attention, son état prend une telle ampleur qu’il en arrive à l’effondrement irrémédiable. Avec des conséquences graves, tant sur le plan physique que sur le plan psychique, comme pour le stress : blocage du dos, problème cardiaque, profonde angoisse, effondrement émotionnel, sentiment d'agression... Jusqu’à des crises ultimes comme des comportements inappropriés en public (colère ou pleurs excessifs), ou pire, la tentative de suicide. (sources www.travailler-mieux.gouv.fr)

     

  • A Paris, le Crédit Municipal lance le prêt santé. Et si on y réféchissait aussi à Rouen ?

    1046191955.jpgÉtablissement bancaire de proximité à vocation sociale, le Crédit Municipal de Rouen a (malheureusement) toujours une forte activité, son but étant d'apporter aux clients un financement ponctuel pour faire face à une dépense imprévue quand d'autres établissements financiers institutionnels s'y refusent.

     

    Alors qu'il vient d'intégrer des locaux neufs, plus aptes à accueillir les personnes ayant recours à ses services, le Maire de Rouen, président de fait de cet établissement, laissait entendre lors de leur inauguration, que le temps de la réflexion était lancé pour aider davantage les plus faibles en cette période de crise. Dont acte.

     

    C'est sur un constat difficile et lacunaire de difficulté d'accès aux soins que le Crédit municipal de Paris a lui décidé de lancer une offre de prêt à taux bas, et fixe qui permettra d'emprunter jusqu'à 3000 euros à 2,95% pour pouvoir faire face à des dépenses de santé sans entrer dans la spirale du surendettement. Une fois le dossier d'un client étudié, puis avalisé, (...) le prêt pourra être accordé en 48 heures, et contrairement à ses habitudes, le Crédit Municipal ne demandera aucun gage en échange.



    Selon le directeur général adjoint du Crédit Municipal de Paris, il s'agit là de lutter contre le surendettement. Car en France, un Français sur quatre contracte déjà un emprunt pour faire face aux dépenses de santé. Ces prêts à la consommation ont des taux beaucoup plus importants que ceux que va proposer le Crédit municipal, puisqu'ils dépassent généralement les 15 à 18 %.

     

    Une idée innovante et surtout en phase avec la réalité quotidienne vécue par nombre de français ne pouvant bénéficier de la couverture maladie universelle qui offre, on le rappellera, l'accès à un panier de soins pris totalement en charge par la Sécurité Sociale, sans en avoir à faire l'avance. Une action  qui devrait s'adresser à ceux qui sont au dessus des plafonds donnant droit à la CMU, mais qui gagnent moins de 1,5 fois le SMIC puisque ce sont eux qui sont principalement touchés par le renoncement aux soins.

     

    Une idée que nous proposerons au Conseil d'Administration du Crédit Municipal du 19 décembre prochain où nous siégeons, afin d'en étudier la faisabilité à Rouen.

  • Haropa : quand les ports de l'axe Seine jouent dans la cour des grands.

    haropa.jpgIl y a presque un an, les ports de Paris, de Rouen et du Havre s'alliaient au sein d'Haropa. Force est de constater aujourd'hui que le mariage porte ses fruits, puisque que les trois ports de l'Axe Seine ont su se faire remarquer depuis janvier 2012, date de création du GIE qui les unit.


    Après avoir été élu " Best seaport in Europe " par les asiatiques, HAROPA a en effet reçu plusieurs marques de reconnaissance internationale, saluant le savoir-faire des trois places portuaires et parfois même leurs résultats.

     

    Parmi les plus récentes, on citera :

    -Les IBJ Awards qui ont sacré HAROPA Meilleur port de vracs au monde, face à 87 compétiteurs mondiaux (le 19 novembre)

     

    -L'industrie automobile chinoise qui a salué la qualité de services du terminal roulier havrais et l'excellente relation-client d'HAROPA en remettant pour la première fois, deux distinctions au port du Havre.

     

    -Le Bureau de Promotion du Shortsea Shipping et de l'intermodalité (BP2S) qui a désigné Haropa "Port de l'année" lors de la Nuit du Shortsea (le 5 décembre).

     

    En cette période de crise, même si nul ne peut présager de l'avenir, parler de ce qui marche ne fait jamais de mal, car aujourd'hui encore, des entreprises témoignent qu'elles n'hésitent plus à placer Haropa parmi les incontournables points de passage, en lieu et place d'Anvers hier ou Rotterdam avant-hier…

     

    Et de cela, on ne peut que s'en féliciter.