Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Visite de quartier.

    cvrd.jpgElus d’Opposition au Conseil Municipal, nous viendrons à votre rencontre lors d’une visite dans votre quartier Centre ville rive droite


    le samedi 4 Mai 2013, de 10H30 à 12H.

    sous forme d’un « diagnostic en marchant ».
     
    C'est l'un de nos engagements d’élus, que d’aller régulièrement à la rencontre des habitants afin d’instaurer avec eux une relation de proximité et de leur offrir un moment d’écoute pour aider à résoudre des dysfonctionnements ou situations difficiles.
     
    Nous vous donnons rendez-vous
     
    -soit à 10H30 Place Foch d'où nous partirons pour visiter votre quartier, dialoguer avec vous, prendre note de vos demandes afin de les transmettre.
     
    -soit à midi au café "le diplomate" 10 place Foch, où nous continuerons nos échanges autour d'un café.
     

    Nous espérons que vous serez nombreux à répondre à cette invitation et venir échanger avec nous.

  • Et maintenant ?

    r-HOLLANDE-PETROPLUS-large570.jpgLes visites ministérielles s'enchainent les unes après les autres, à croire que Rouen serait devenue au delà d'une terre de pélerinage sur le lieu de naissance de notre actuel président, le passage obligé pour tout responsable gouvernemental, mais sans pour autant accompagné d'annonces de bonnes nouvelles pour notre territoire.

     

    Hélas, et malgré la présence de deux ministres issus de notre agglomération, Rouen n'y trouve toujours pas son compte, et si d'ici quelques jours le Président de la République viendra lui même couper le cordon de l'exposition Normandie Impressionniste version 2, il ne saura faire oublier la longue litanie des déconvenues que nous subissons : arrêt de la ligne nouvelle Paris Normandie, fin du canal Seine Nord, de l'axe Seine, contournement Est toujours aussi flou, déclin de notre outil industriel, dont le meilleur exemple, malgré les promesses de campagne comme à Florange, sera la fin de Pétroplus signée hier, et le drame de 448 familles de salariés....

     

    Alors que la Gauche, et le Parti Socialiste en particulier, n'ont eu de cesse de nous vendre un avenir meilleur et contrôlent aujourd'hui tous les étages des décisions politiques, le constat est amer.

     

    François Hollande inaugurera donc dimanche 28 Avril une grande exposition sur l'impressionnisme. On s'en félicitera, mais on aimerait pour autant que son intérêt pour sa ville natale ne s'arrête pas là, et que dans les mois à venir, au delà de l'impression, des décisions fortes soient clairement engagées. Aujourd'hui, il devient plus qu'urgent pour l'Etat de donner des gages quant à l’ambition et à la volonté politiques de porter à son terme un grand projet d’aménagement du territoire qui nous fait cruellement défaut.

     

  • Visite ministérielle.

    visite-ministerielle-8-5-544525.jpgLe jeudi 4 avril dernier, La Ministre des Sports, de l’Education populaire et de la vie associative accompagnait François Lamy, Ministre délégué chargé de la ville sur les Hauts de Rouen. Ils signaient au Centre André Malraux la convention triennale d’objectifs pour les quartiers populaires.

     

    L'occasion pour notre collègue Ministre, de montrer notre Ville et certaines réalisations dans ces quartiers du Grand Projet de Ville, engagées par son prédécesseur, en allant à la rencontre des acteurs économiques impliqués sur les Hauts de Rouen Ecoactive, Franck Archimbaud d'Otrechoze, Benjamin de Coster d' Alternoo, Guy Foulquié et l’ équipe d’I- Comm, mais aussi les commerçants de la Grand Mare, Dany Deman boucher, Carine Wolf pharmacienne pour ne citer qu'eux, une visite de l'immeuble du Rouen Hockey Elite avec Guy Fournier et Thierry Chaix, le Président du Club.Une visite qui s'achèvera au Centre André Malraux avec la présentation de la maquette de la reconstruction du secteur des Lods.

     

    Rien par contre en ce qui concerne le Centre Social de la Grand’Mare qui contribue pourtant au lien social et à la citoyenneté et qui constitue l'un des maillons essentiels de la lutte au quotidien contre les exclusions en permettant à chacun d’être acteur et citoyen, et qui n'aura pas été convié à cette rencontre. Etonnant quand l’article 3 de cette convention précise que "le Ministère de la Ville sera particulièrement vigilant, dans le cadre de l’intervention de l’ACSE, au soutien des Acteurs Associatifs de proximité contribuant au lien social et à la citoyenneté des habitants."

     

    Alors que cette convention devrait permettre de concentrer des moyens pour faire évoluer les quartiers, et notamment celui de la Grand Mare amené à subir une profonde mutation, en aidant la Ville à activer ce dispositif pour demander des financements de salles, d'emploi d'accompagnement ou d'éducation, il est dommage qu'un des acteurs majeurs du quartier ait été oublié.

     

    Image Paris Normandie.

  • Visite de quartier.

    1915680420-1.jpegSamedi 6 Avril dernier nous étions une fois encore sur le terrain, pour aller à la rencontre des habitants du Boulevard d'Orléans.

     

    L'occasion de faire le point sur leurs attentes, les points positifs et négatifs du quartier.

     

    Dans un quartier mixte socialement, du fait notamment de la présence d’habitat HLM et de logements privés, des populations différentes selon l’heure de la journée (Personnel de bureau le jour du fait de la présence de bureau dans ce quartier ; de nombreux résidents le matin et le soir du fait de la grande concentration d’habitats en immeubles ; une population plus noctambule dans la soirée du fait de l’existence d’établissements de nuit et la présence de prostituées) ; le quartier visité s’avère, néanmoins, selon les résident assez calme et agréable.

     

    Pourtant quelques problèmes subsistent et nécessitent un règlement urgent par les autorités municipales, compétente en la matière:

     

    - Un lamentable état structurel des trottoirs qui nécessite des travaux urgents de voirie.

     

    -L'immeuble Malherbe de Rouen Habitat qui présente un délabrement très avancé des rebords de fenêtres et des cages d’escalier avec présence de lézardes importantes.

     

    -Une privatisation sauvage de l'espace public de la part de promoteurs, obligeant les riverains à quitter les trottoirs, sans aucune sécurité.

     

    - Des désagréments liés à l’activité nocturne du quartier pourraient être plus canalisée, malgré la présence du Commissariat rue Brisout de Barneville.

     

    -Des commerces qui souffrent du fait de la progression des places de stationnement payantes. Les commerçants du boulevard d’Orléans se plaignent d’une baisse de fréquentation de leurs commerces et demandent la mise en place d’arrêts minute pour les courses rapides de leurs clients.

     

    Au final, une visite à laquelle se seront joints de nombreux habitants, et qui ne fois encore se sera terminée dans la convialité.

     

    A noter sur vos agenda, la prochaine est prévue le samedi 4 mai prochain dans le quartier du Palais de Justice.

  • Un mandat et un seul.

    1743517023.jpgAlors que le gouvernement tente toujours de tourner la page de l'affaire Jérome Cahuzac et réfléchit à des mesures pour prévenir et sanctionner les abus, le Premier Ministre a annoncé lundi que l'éxécutif entendait préparer "des mesures sévères".

     

    Face à la défiance des français envers les élus, il s'agit tout d'abord de redonner confiance par un choc psychologique qui passerait par des mesures profondes telles que le non-cumul des mandats appliqué à l'ensemble des élus, répondant aux mêmes exigences : respecter l’égalité des citoyens dans l’accès aux charges publiques, prévenir les pressions sur les électeurs, garantir la sincérité des élections et assurer tant la bonne administration des collectivités publiques que l’impartialité des titulaires de mandats.

     

    La déclaration et la publication des cas de cumul permettent seules de connaître l’étendue du phénomène. Selon un précédent rapport sénatorial de février 2012, la proportion d’élus en situation de cumul ne dépasse pas 20% dans la plupart des pays européens, en France, 84% des députés et 72% des sénateurs exerçaient au moins un autre mandat électif.

     

    Alors que Laurent Fabius annonçait ces derniers jours que les parlementaires socialistes de notre territoire devraient se conformer à la règle du non cumul (Laurent Fabius, ministre d’État, est toujours conseiller municipal au Grand-Quevilly, délégué au développement durable ; Marc Massion (PS) est à la fois maire de Grand-Quevilly, sénateur, et vice-président de l’Agglomération ; Christophe Bouillon (PS) est toujours député-maire de Canteleu (même si il a médiatisé sa démission, récemment, de son poste de vice-président de l’Agglomération de Rouen) ; Luce Pane (PS) est toujours députée et adjointe au maire de Sotteville-lès-Rouen, et Alain Le Vern, le président (PS) de la Région Haute-Normandie, est aussi sénateur à Saint-Saëns.), la liste des parlementaires ne saurait masquer la forêt d'autres élus cumulant eux aussi dans la consanguinité à la gestion d'autres collectivités. Ceci est vrai pour le PS, et il l'est tout autant ailleurs dans d'autres partis.

     

    Si nous ne devions prendre que l'exemple de Rouen, en 2013, comment des adjoints rouennais peuvent-ils cumuler une trentaine de mandats et délégations en étant efficaces ? Quelle crédibilité ont des conseillers généraux quand ils enlèvent 600 000 € de crédits à l’AREJ, association d’éducateurs de rue, provoquant une dizaine de licenciements, alors que comme adjoints au Maire, ils maintiennent la subvention municipale à la même association ?

     

    Les élus doivent prendre le temps d’écouter la population, les services, d’étudier leurs dossiers et d’y réfléchir en plus de leurs activités professionnelles, sociales et familiales, qui garantissent le maintien d'un lien avec les réalités quotidiennes, et amoindrissent le risque d'enfermement dans une sorte de tour d'ivoire forgées de certitudes.

     

    Nous redisons notre attachement au non-cumul des mandats que nous nous appliquerons à nous même si les Rouennais devaient nous faire confiance aux prochaines échéances, car pour nous, participer à un exécutif est incompatible avec toute autre responsabilité dans une autre collectivité.

     

    Aujourd'hui, nos concitoyens attendent des élus disponibles, présents et efficaces.

     

  • Université populaire.

    3128012368.JPGL'Université populaire de Rouen propose le jeudi 11 avril une conférence-débat animée par Jean Peyrelevade, sur le thème :

    "Les priorités économiques de la France".

     

    Au moment où notre pays s'enfonce dans les difficultés et le doute, l'analyse de cet économiste reconnu, qui se classe lui-même au centre gauche, sera certainement stimulante.

     

    Haut fonctionnaire, longtemps professeur d'économie à Polytechnique, Jean Peyrelevade a eu un parcours professionnel particulièrement riche. Conseiller économique de Pierre Mauroy, de 1981 à 1983, il a alors mis en oeuvre un programme de nationalisations qu'il n'approuvait pas sur le fond. Dirigeant de grandes entreprises (Suez, UAP), il a ensuite présidé le Crédit lyonnais, pendant 10 ans, de 1993 à 2003. Il est aujourd'hui chairman d'une banque d'investissement européenne Léonardo. Ses chroniques dans la presse sont toujours très pertinentes (la dernière, sur la crise de Chypre a été publiée dans le Figaro du 8 avril). Nul doute qu'il ferait, selon loi, un excellent ministre de l'économie, dans un gouvernement d'union nationale, consacré entièrement au redressement du pays.

    11 avril - Faculté de droit 3,avenue Pasteur- 18 heures


  • La marraine du Jean Ango.

    L’origine-de-la-tradition-d’une-bouteille-qu’on-brise-sur-la-coque-d’un-bateau.jpgLe Port de Rouen a une nouvelle drague, du nom d'un armateur dieppois : la Jean Ango. Long de 82 mètres, large de 15,4 mètres et d'une capacité de 1.500m3, ce nouveau navire viendra compléter les travaux de la drague Daniel Laval et devrait bientôt entrer en service, en remplacement de la Ronceray, mise en service en 1982, pour entretenir le chenal de navigation en Seine du port de Rouen, sur la partie située entre Rouen et Port-Jérôme


    Tradition remontant au delà de la première civilisation maritime des minoens, le baptême d'un bateau paraît pour le moins incontournable. En ces temps encore lointains, il était de bon ton d'étaler le sang d'une victime sacrificielle sur la proue du navire avant qu'il ne prenne la mer. Aujourd'hui le champagne a fort heureusement remplacé l'hémoglobine, et le baptème, s'il est bien fait, préserve le bateau, son équipage et ses passagers du naufrage, des tempêtes et des autres accidents de la mer. On dit que lors du baptême le navire reçoit ainsi son macoui qui le suivra toute sa vie. Un baptème qui doit en l'occurence, observer un rituel immuable et bien orchestré, sauf à laisser planer le doute d'un possible naufrage.

     

    Fort de cette tradition, le Jean Ango doit donc être baptisé demain samedi 6 avril 2013 à 11h30 au terminal croisières du Grand Port Maritime de Rouen, en présence de Valérie Fourneyron, "marraine officielle" de la drague.

     

    Officielle, puisque dans l'histoire du navire, on en oubliera la "marraine officieuse" ayant remplacé au pied levé notre collègue Ministre des Sports, n'ayant pas pu rejoindre pour cause d'emploi du temps chargé le chantier Astilleros de Murueta, près de Bilbao, en Espagne, où a été construit et lancé le navire sous son nom définitif de Jean Ango. Le 28 septembre 2012, la femme du chef de chantier, doublure "ministralisée" pour l'occasion et aidée du curé local, reconnaissable à son béret, aura donc lancé vaillamment la bouteille de champagne sur la proue de notre drague rouennaise. A l'occasion, une photo souvenir, qui si on ne se l'était procurée, serait passée aux oubliettes de l'histoire officielle qui se déroulera demain.

     

    Le Jean Ango aura donc deux marraines. Une entorse à la cérémonie du baptême, dont on espère que la nouvelle drague du port de Rouen et son équipage n'auront pas trop à souffrir...

     

    Souhaitons que Neptune saura être magnanime :)